NIJINSKI VASLAV (1889-1950)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le triomphe des Ballets russes

Fruit de deux semaines de travail acharné au Théâtre du Châtelet, l'enchantement des Ballets russes, le 18 mai 1909, subjugue le Tout-Paris. Un tonnerre d'applaudissements accompagne le fabuleux saut de Nijinski – vêtu par Benois à la manière de Vestris dans Le Pavillon d'Armide –, puis ses pirouettes, brisés-volés, entrechats-dix et triples tours en l'air dans L'Oiseau bleu et dans la lezghinka (célèbre danse géorgienne) du Festin (une suite d'extraits de ballets et de divertissements d'opéra). Cléopâtre et Les Sylphides révèlent, le 2 juin 1909, les dons lyriques du danseur. Presse et public rivalisent d'enthousiasme. Anna Pavlova, Tamara Karsavina et Vaslav Nijinski reçoivent les palmes académiques et sont invités dans la haute société. Lors de la saison donnée à l'Opéra de Paris en 1910, Nijinski interprète tour à tour le prince Albert de Giselle (chorégraphie de Jules Perrot, musique d'Adolphe Adam) puis l'esclave d'or voluptueux et félin de Schéhérazade (chorégraphie de Michel Fokine, musique de Nikolaï Rimski-Korsakov, décor de Léon Bakst). Son choix de porter, au Mariinski comme à Paris, le costume de Benois sans la courte et pudique culotte scandalise l'impératrice mère, et provoque en 1911 son exclusion des théâtres impériaux, que vont suivre son départ définitif de Russie et son triomphe à travers l'Europe. En fait, l'artiste n'appréciera jamais l'emploi, banal à ses yeux, de prince du répertoire classique. Les Ballets russes de Diaghilev deviennent son écrin et le foyer de sa créativité.

Apportant un soin extrême à son maquillage, au port de ses costumes, Nijinski, viril mais doté d'un charme androgyne, possède un génie exceptionnel de métamorphose corporelle et spirituelle. Développant celui-ci, il est tour à tour Le Spectre de la rose (chorégraphie de Fokine, musique de Carl Maria von Weber et Hector Berlioz, 1911), esprit éthéré et impondérable, la pitoyable marionnette de Petrouchka (chorégraphie de Fokine, musique d'Igor Stravinski, décor et costumes de Benois, 1911), l'exotique Dieu bleu (chorégraphie de Fokine, musique de Reynaldo Hahn, 1912), le pâtre ingénu de Daphnis et Chloé (chorégraphie de Fokine, musique de Maurice Ravel, décor de Bakst, 1912). Déjà lassé de Fokine, Diaghilev rêve de révéler en Nijinski un chorégraphe novateur. Il l'a entraîné à Hellerau, en Allemagne, à la découverte de la danse rythmique de Jaques-Dalcroze, et dans les musées italiens. Mais c'est dans le département égyptien du Louvre que Nijinski va puiser l'esthétique du Prélude à l'après-midi d'un faune dont la gestuelle, anguleuse et saccadée, contraste hardiment avec la fluide partition de Claude Debussy inspirée par le poème de Mallarmé. Le scandale parisien de la première est immense et culmine avec la pose finale, esquisse de masturbation. Auguste Rodin observe avec enthousiasme : « plus de bonds, rien que les attitudes et les gestes d'une animalité à demi-consciente ». D'innombrables dessins et les photogaphies du baron de Meyer fixent les moments-clés de l'œuvre culte.

Vaslav Nijinski dans Petrouchka

Photographie : Vaslav Nijinski dans Petrouchka

Vaslav Nijinski dans le rôle-titre du ballet «Petrouchka» d'Igor Stravinski, lors de la création de l'œuvre, le 13 juin 1911, au théâtre du Châtelet, à Paris, par les Ballets russes de Serge de Diaghilev. «Petrouchka» constitue une étape importante dans l'évolution esthétique de... 

Crédits : AKG

Afficher

Après une gestation difficile, deux autres créations du jeune chorégraphe marquent en 1913 l'inauguration du Théâtre des Champs-Élysées. Exploration stylistique du tennis alors à la mode, pas de trois à la Gauguin selon Bronislava Nijinska, le badinage de Jeux (musique de Claude Debussy, décor et costumes modernes de Bakst) est éclipsé par la bataille du Sacre du printemps lors de sa création le 29 mai 1913. Le chef-d'œuvre barbare de Stravinski deviendra un des emblèmes du xxe siècle et inspirera par la suite d'innombrables chorégraphes, de Béjart à Pina Bausch. Contrepoint brutal et paroxystique, en totale opposition avec les codes de la danse classique, cette version sera pieusement reconstituée en 1987 par Millicent Hodson pour le Joffrey Ballet, avec les décors et costumes conçus en 1913 par Nicolas Roerich. Après une saison londonienne, la compagnie s'embarque pour l'Amérique du Sud. Séduit par Romola de Pulsky, fille de la comédienne hongroise Emilia Markus, Nijinski l'épouse à Buenos Aires le 13 septembre 1913, ce qui suscite la violente colère de Diaghilev, resté en Europe, et la rupture de son contrat avec les Ballets russes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : docteur d'État ès lettres, conservateur honoraire à la Bibliothèque nationale de France, écrivain et critique

Classification

Autres références

«  NIJINSKI VASLAV (1889-1950)  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 654 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Diaghilev et les Ballets russes »  : […] Fondateur de la revue Le Monde de l'art qui parut de 1898 à 1905, Serge de Diaghilev est un amateur génial et un imprésario avisé. Après avoir organisé une grande exposition, Deux Siècles de peinture et de sculpture russes , il fait connaître à Paris Chaliapine, puis lance en 1909, au théâtre du Châtelet, un programme de Ballets russes dont Marcel Proust parle comme d'une efflorescence prodigieu […] Lire la suite

CHORÉGRAPHIE - L'art d'écrire la danse

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT
  •  • 2 173 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  « Danser à livre ouvert » »  : […] Dans le dessein d'enseigner les principes de la danse, de les transcrire graphiquement par signes distinctifs, de proposer diverses entrées de bal et ballet de Louis Pécour, Raoul-Auger Feuillet publie, en 1700, Chorégraphie, ou l'Art de décrire la dance par caractères, figures et signes démonstratifs . En haut de page, il note sommairement sur une ou deux portées la musique pour violon seul, pui […] Lire la suite

CHORÉGRAPHIE - L'art de créer les gestes

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 3 695 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  La chorégraphie moderne et contemporaine »  : […] Le xx e  siècle va révolutionner l'idée même de ce que peut être une chorégraphie grâce à la danse moderne puis contemporaine. On attribue traditionnellement ce renouveau à deux américaines, Isadora Duncan (1877- 1927) et Loïe Fuller (1862-1928). En réalité, c'est un mouvement qui apparaît presque simultanément aux États-Unis et en Allemagne au tout début du xx e  siècle. La conception qui pré […] Lire la suite

DANSE

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT, 
  • Serge JOUHET
  •  • 5 069 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La danse théâtrale »  : […] Lorsque la danse se présente sous la forme du ballet et qu'elle devient un spectacle en Europe, la plastique prend une place considérable qui l'éloigne de ses origines magiques et religieuses. La définition qu'en donne Théophile Gautier ressortit à l'esthétique du spectateur : « La danse est l'art de montrer les formes élégantes et correctes dans diverses positions favorables au développement des […] Lire la suite

FOKINE MICHEL (1880-1942)

  • Écrit par 
  • Béatrice MASSIN
  •  • 700 mots
  •  • 2 médias

Danseur et chorégraphe russe, né à Saint-Pétersbourg. À l'âge de huit ans, Michel Fokine entre à l'école de ballet du théâtre Marie de Saint-Pétersbourg, où il est l'élève de Gerdt et de Legat. Contrairement à tous les usages, ses études terminées, il est engagé en 1898 comme premier danseur au théâtre Marie ; mais sa vocation est ailleurs, et dès ce moment il suit des cours de chorégraphie avec J […] Lire la suite

GALVÁN ISRAEL (1973- )

  • Écrit par 
  • Lise OTT
  •  • 970 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la consécration à la libération »  : […] Depuis 2004, Israel Galván est un artiste hors du commun. Certains, comme le critique Laurent Goumarre, vont jusqu'à comparer sa posture gestuelle à celle d'un Nijinski pour sa « silhouette râblée présentée de profil, le cul bas, la tête volontairement portée en avant ». Il signe alors des pièces de plus grande envergure encore, alternant formes simplifiées et plus complexes. Après avoir créé le […] Lire la suite

LE SACRE DU PRINTEMPS (I. Stravinski)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 240 mots

La création du Sacre du printemps , le 29 mai 1913, au théâtre des Champs-Élysées, à Paris, a donné lieu à l'un des plus fameux scandales de l'histoire de la musique, empoignades entre les spectateurs, sifflets et hurlements couvrant la musique. Alors que la comtesse de Pourtalès déplorait qu'on lui manque de respect pour la première fois de sa vie, Ravel criait au génie. Ces « Tableaux de la Russ […] Lire la suite

STRAVINSKI IGOR FEODOROVITCH - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 201 mots

5 juin (ancien style)-17 juin (nouveau style) 1882 Igor Feodorovitch Stravinski (ou Stravinsky) naît à Oranienbaum, près de Saint-Pétersbourg. Son père, Feodor Ignatievitch Stravinski, est chanteur au théâtre Mariinski. 25 juin 1910 L'Oiseau de feu , « conte dansé en deux tableaux d'après le conte national russe, par Michel Fokine », est créé à l'Opéra de Paris (Palais Garnier), par les Ballets […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Françoise CHRISTOUT, « NIJINSKI VASLAV - (1889-1950) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vaslav-nijinski/