URTICALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Moracées

La famille des Moracées, de répartition mondiale, est importante aussi bien par le nombre (60 genres, 1 500 espèces dont 700 pour les seuls Ficus) que par la variété de ses représentants et de leurs produits. En effet, l'on y trouve de grands arbres (Chlorophora excelsa), des arbres de moyenne ou de petite stature (Musanga, Ficus carica), des arbrisseaux (Craterogyne), des herbes (Dorstenia), des lianes (Ficus anomani), des épiphytes (Ficus spp.). Les feuilles sont alternes ou opposées, simples ou digitées (Musanga, Cecropia). L'hétérophyllie est fréquente (Broussonetia). Les stipules sont persistantes ou caduques, laissant, dans le second cas, une cicatrice annulaire caractéristique. Un système de laticifères produit un latex limpide (Morus) ou laiteux (Castilloa) qui peut être consommé comme lait chez certaines espèces (Brosimum galactodendron du Venezuela).

Il y a monécie ou diécie. Les fleurs mâles ont un périanthe de 0 à 5 pièces persistantes et un androcée de 1 à 5 étamines et parfois un rudiment d'ovaire. Les fleurs femelles ont un ovaire supère ou infère, bicarpellé (un des 2 carpelles avorte), uniloculaire, uniovulé. La cauliflorie se rencontre chez certains Ficus. L'entomophilie, la myrmécophilie notamment, est habituelle. Plusieurs tendances se dégagent de l'observation de l'appareil floral : un groupement de plus en plus accusé des fleurs avec, à partir d'inflorescences lâches aux fleurs bien distinctes, passage à des assemblages très contractés ; un développement du réceptacle et des calices, qui deviennent charnus, les fruits pouvant alors former des syncarpes très volumineux (30 cm de diamètre et 15 kg chez Treculia) ; un changement de la forme du réceptacle, qui est convexe (Myrianthus), plan (Dorstenia) ou concave (Ficus). Chez Treculia africana, les cœnocarpes sphériques sont unisexués ; chez Antiaris africana, les fleurs femelles sont solitaires, les mâles sont portées par un réceptacle en forme de disque aplati ; le réceptacle des Dorstenia est recouvert par des fleurs mâles et femelles, ceux des Craterogyne offrent la même disposition m [...]

Ficus retusa

Ficus retusa

Diaporama

Ficus retusa 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Moracées : inflorescences et infrutescences

Moracées : inflorescences et infrutescences
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Chanvre indien

Chanvre indien
Crédits : Phil Schermeister, Getty Images

photographie

Ficus retusa

Ficus retusa
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama





Écrit par :

  • : professeur à l'université de Genève, directeur du département de biologie végétale

Classification


Autres références

«  URTICALES  » est également traité dans :

CENTROSPERMALES

  • Écrit par 
  • Chantal BERNARD-NENAULT
  •  • 2 133 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Relations phylogénétiques »  : […] Les types primitifs (Chénopodiacées, Amarantacées) présentent de nombreuses affinités avec les Urticales (ortie) : l'inflorescence en cyme contractée, le périanthe simple, les étamines parfois recourbées dans le bouton et face aux pièces périanthaires, l'ovaire supère uniloculaire et uniovulé, les akènes entourés d'un périanthe accrescent sont autant de caractères communs. Pour Emberger (1960), le […] Lire la suite

CHANVRE INDIEN

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 751 mots
  •  • 1 média

Le chanvre ( Cannabis sativa  ; cannabinacées) est une herbe annuelle , dioïque, qui ressemble de loin à l'ortie, mais peut atteindre 2,50 m de hauteur ; elle est commune dans toutes les régions du globe, excepté l'Australie. D'une latitude à l'autre, son comportement, sa biologie et ses propriétés sont différents, de sorte qu'on en vient à distinguer le chanvre textile des pays tempérés et le cha […] Lire la suite

ORTIE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 582 mots

« Mauvaise herbe » détestée, l'ortie est pourtant l'une des plantes les plus utiles d'Europe. Les deux espèces les plus répandues, l'ortie dioïque ou grande ortie ( Urtica dioïca ) et l'ortie brûlante ou petite ortie ( Urtica urens ), ont les mêmes emplois. Plante des terres azotées, fréquentant surtout les lieux habités, l'ortie, qui se rappelle toujours chaudement à l'attention des hommes, a été […] Lire la suite

PARIÉTAIRE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 240 mots

Plante sans aucun attrait, la pariétaire officinale ( Parietaria officinalis L. ; urticacées) n'est pas sans vertus. Connue des médecins des premiers siècles, qui l'indiquaient dans la toux, les maux de gorge, les maladies de peau, les tumeurs, les traumatismes, célébrée comme vulnéraire et antilithiasique à la Renaissance, elle gardera de nombreux usages jusqu'au xviii e siècle. Très dénigrée a […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques MIÈGE, « URTICALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/urticales/