URTICALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ulmacées

Outre les caractères déjà cités, les Ulmacées se reconnaissent par leurs feuilles distiques, fréquemment trinervées et asymétriques à la base, pourvues de stipules caduques. Famille cosmopolite, elle englobe 150 espèces environ, dont l'orme champêtre (Ulmus campestris). Bel arbre d'avenue et de parc, répandu dans les régions tempérées de l'hémisphère Nord, l'orme fournit un bois d'ébénisterie d'excellente qualité. Malheureusement, il est sensible aux attaques d'un champignon (Ceratostomella Graphium ulmi), véhiculé par un scolyte. Espèces américaines (U. americana, U. rubra) et européennes (U. laevis, U. glabra) se ressemblent beaucoup, ce qui fait penser qu'elles dériveraient d'un ancêtre commun qui aurait couvert tout l'hémisphère Nord avant l'apparition de l'océan Atlantique. Les ormes sont diploïdes (2 n = 28 chromosomes) à l'exception d'U. americana, tétraploïde (2 n = 56), et d'U. glabra, qui comprend des races diploïdes, triploïdes et tétraploïdes. Celtis et Trema sont pantropicaux ; leurs fruits sont des drupes et non des samares comme chez les ormes. Dans les régions méditerranéennes, le micocoulier (C. australis) est un arbre d'ornement dont le bois sert à faire des manches de fouet ; ses fruits sont comestibles. Le domaine préféré des Celtis, en Afrique, est la forêt semi-décidue. Ce sont de grands arbres aux fûts réguliers, munis à la base de puissants contreforts. C. integrifolia, des savanes, a de multiples utilisations ; les feuilles entrent dans les potages, salades et sauces ; les fibres servent à faire de la ficelle ; le bois est très résistant. Trema guineensis, petit arbre envahissant typique des forêts secondaires et des jachères âgées, aurait de multiples vertus utilisées dans la préparation de nombreux médicaments indigènes. De plus, ses racines abriteraient des bactéries nitrifiantes : il serait donc susceptible d'améliorer les sols.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Moracées : inflorescences et infrutescences

Moracées : inflorescences et infrutescences
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Chanvre indien

Chanvre indien
Crédits : Phil Schermeister, Getty Images

photographie

Ficus retusa

Ficus retusa
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama





Écrit par :

  • : professeur à l'université de Genève, directeur du département de biologie végétale

Classification


Autres références

«  URTICALES  » est également traité dans :

CENTROSPERMALES

  • Écrit par 
  • Chantal BERNARD-NENAULT
  •  • 2 133 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Relations phylogénétiques »  : […] Les types primitifs (Chénopodiacées, Amarantacées) présentent de nombreuses affinités avec les Urticales (ortie) : l'inflorescence en cyme contractée, le périanthe simple, les étamines parfois recourbées dans le bouton et face aux pièces périanthaires, l'ovaire supère uniloculaire et uniovulé, les akènes entourés d'un périanthe accrescent sont autant de caractères communs. Pour Emberger (1960), le […] Lire la suite

CHANVRE INDIEN

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 751 mots
  •  • 1 média

Le chanvre ( Cannabis sativa  ; cannabinacées) est une herbe annuelle , dioïque, qui ressemble de loin à l'ortie, mais peut atteindre 2,50 m de hauteur ; elle est commune dans toutes les régions du globe, excepté l'Australie. D'une latitude à l'autre, son comportement, sa biologie et ses propriétés sont différents, de sorte qu'on en vient à distinguer le chanvre textile des pays tempérés et le cha […] Lire la suite

ORTIE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 582 mots

« Mauvaise herbe » détestée, l'ortie est pourtant l'une des plantes les plus utiles d'Europe. Les deux espèces les plus répandues, l'ortie dioïque ou grande ortie ( Urtica dioïca ) et l'ortie brûlante ou petite ortie ( Urtica urens ), ont les mêmes emplois. Plante des terres azotées, fréquentant surtout les lieux habités, l'ortie, qui se rappelle toujours chaudement à l'attention des hommes, a été […] Lire la suite

PARIÉTAIRE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 240 mots

Plante sans aucun attrait, la pariétaire officinale ( Parietaria officinalis L. ; urticacées) n'est pas sans vertus. Connue des médecins des premiers siècles, qui l'indiquaient dans la toux, les maux de gorge, les maladies de peau, les tumeurs, les traumatismes, célébrée comme vulnéraire et antilithiasique à la Renaissance, elle gardera de nombreux usages jusqu'au xviii e siècle. Très dénigrée a […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques MIÈGE, « URTICALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/urticales/