URTICALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Urticacées

La famille des Urticacées comporte des plantes, généralement herbacées, qui possèdent des poils urticants couvrant tiges et feuilles de beaucoup de ses représentants. La raideur des poils est due à une minéralisation partielle de la paroi cellulosique (silicification et calcification) avec présence fréquente de cystolithes. Les feuilles sont alternes ou opposées, ordinairement trinervées. L'appareil sécréteur est constitué de canaux lysigènes, de poches ou de cellules à mucilage. La tige renferme des fibres péricycliques longues et abondantes, ayant souvent une bonne valeur textile. Les fleurs, petites, unisexuées, tétramères ou pentamères, sont réunies en cymes contractées, groupées elles-mêmes en panicules, épis, chatons. Les fleurs femelles ont un calice semblable à celui des fleurs mâles, mais il peut être absent. L'ovaire libre ou adné au calice est unicarpellé.

Les types d'organisation des appareils reproducteurs sont très variés et intéressants, car il est possible de les décomposer en unités élémentaires. R. Rivières a démontré ainsi que les fleurs d'Urticacées sont en réalité des pseudo-fleurs, formées par association d'unités florales plus simples ; elles correspondraient donc à des états préfloraux, et le périanthe serait d'origine bractéale. En considérant les inflorescences, on découvre une série dont les premiers termes sont ramifiés et lâches (Urera) et les derniers compacts (Parietaria cretica), cette série phylogénétique présentant tous les intermédiaires. La pollinisation est anémophile. Des cas d'apogamie sont connus. Le fruit est un akène, parfois une drupe ; il est souvent enveloppé par le périanthe accrescent. La dissémination est mécanique (Pilea, Elatostema) ou bien se fait par les oiseaux (Urera). La géocarpie se rencontre chez Fleurya podocarpa.

La famille se compose de 700 espèces, surtout tropicales. Parmi les plus répandues dans les régions tempérées, il y a les orties, plantes nitrophiles dont l'action urticante est due aux acides formique et résinique : l'ortie brûlante (Urtica urens) est [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Moracées : inflorescences et infrutescences

Moracées : inflorescences et infrutescences
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Chanvre indien

Chanvre indien
Crédits : Anton Petrus/ Moment Open/ Getty Images

photographie

Ficus retusa

Ficus retusa
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Genève, directeur du département de biologie végétale

Classification

Autres références

«  URTICALES  » est également traité dans :

CENTROSPERMALES

  • Écrit par 
  • Chantal BERNARD-NENAULT
  •  • 2 133 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Relations phylogénétiques »  : […] Les types primitifs (Chénopodiacées, Amarantacées) présentent de nombreuses affinités avec les Urticales (ortie) : l'inflorescence en cyme contractée, le périanthe simple, les étamines parfois recourbées dans le bouton et face aux pièces périanthaires, l'ovaire supère uniloculaire et uniovulé, les akènes entourés d'un périanthe accrescent sont autant de caractères communs. Pour Emberger (1960), le […] Lire la suite

CHANVRE INDIEN

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 751 mots
  •  • 1 média

Le chanvre ( Cannabis sativa  ; cannabinacées) est une herbe annuelle , dioïque, qui ressemble de loin à l'ortie, mais peut atteindre 2,50 m de hauteur ; elle est commune dans toutes les régions du globe, excepté l'Australie. D'une latitude à l'autre, son comportement, sa biologie et ses propriétés sont différents, de sorte qu'on en vient à distinguer le chanvre textile des pays tempérés et le cha […] Lire la suite

ORTIE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 582 mots

« Mauvaise herbe » détestée, l'ortie est pourtant l'une des plantes les plus utiles d'Europe. Les deux espèces les plus répandues, l'ortie dioïque ou grande ortie ( Urtica dioïca ) et l'ortie brûlante ou petite ortie ( Urtica urens ), ont les mêmes emplois. Plante des terres azotées, fréquentant surtout les lieux habités, l'ortie, qui se rappelle toujours chaudement à l'attention des hommes, a été […] Lire la suite

PARIÉTAIRE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 240 mots

Plante sans aucun attrait, la pariétaire officinale ( Parietaria officinalis L. ; urticacées) n'est pas sans vertus. Connue des médecins des premiers siècles, qui l'indiquaient dans la toux, les maux de gorge, les maladies de peau, les tumeurs, les traumatismes, célébrée comme vulnéraire et antilithiasique à la Renaissance, elle gardera de nombreux usages jusqu'au xviii e siècle. Très dénigrée a […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques MIÈGE, « URTICALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/urticales/