UPANAYANA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rituel initiatique hindou réservé aux trois classes sociales (varṇa) supérieures, l'upanayana marque l'entrée d'un enfant mâle dans la vie d'étudiant (brahmacārin) et son admission comme membre à part entière de la communauté religieuse. L'âge auquel on y accède peut se situer entre cinq et vingt-quatre ans, le décalage reflétant les différences entre les prescriptions éducatives des trois classes supérieures : brahmanes (prêtres et enseignants), kshatriyas (guerriers et dirigeants) et vaishyas (marchands et commerçants).

Après un bain rituel, le garçon revêt les vêtements de l'ascète et est conduit devant son guru ; celui-ci le revêt d'une peau de cerf, à porter par-dessus les autres vêtements, et lui remet un bâton et le fil sacré (upavīta ou yajñopavīta). Le cordon de coton, constitué de façon symbolique de trois fibres nouées et tressées, est remplacé régulièrement, de façon à pouvoir être porté pendant toute la vie, habituellement en diagonale sur la poitrine, de l'épaule gauche à la hanche droite. Il consacre son porteur comme dvija, ou « deux fois né », cette seconde naissance correspondant à la transmission par le guru à l'étudiant de la vérité contenue dans le mantra « Gāyatrī », qui est un vers sacré du Rig-Véda. À la fin de la cérémonie d'initiation, l'étudiant allume le feu sacrificatoire et reçoit l'aumône qui symbolise sa dépendance à l'égard d'autrui durant son stage de brahmacārin.

L'observance stricte de l'upanayana se limite de plus en plus aux hindous les plus orthodoxes, en particulier à ceux de la caste des brahmanes. Cette initiation étant obligatoire avant le mariage, elle est parfois remplacée, le jour même du mariage, par une cérémonie plus simple, dont la signification est moins profonde et qui est appelée janeū dans le nord de l'Inde ; mais il arrive fréquemment de nos jours que ces rites soient complètement supprimés, le second comme le premier.

On trouve chez les Parsis, dont l'ancienne patrie était l'Iran, un rituel analogue à l'upanayana hindou, qui est appelé naojote (en persan : « nouvelle naissance ») et au cours duquel les enfants entre sept et quinze ans (les garçons, mais, à la différence de ce qui se passe dans l'hindouisme, les filles aussi) sont ceints d'un cordon. Certains voient dans cette concordance la preuve d'un rite originel commun aux anciens Indo-Iraniens.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  UPANAYANA  » est également traité dans :

CASTES

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 5 986 mots

Dans le chapitre « Vaiśya »  : […] Élevage, commerce, agriculture sont le fait des vaiśya, ceux qui appartiennent au viś , c'est-à-dire au peuple de la contrée. Ils sont habilités, comme les kṣatriya, à accomplir les rites d'oblation. Le prêt à intérêt, très répandu dans l'Inde, dépendait d'eux en principe. La protection des bestiaux est la première fonction des vaiśya et s'étend principalement sur les vaches, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castes/#i_34791

SĀVITRĪ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 363 mots

Mot sanskrit ( sāvitrī , l'« incitatrice ») qui désigne d'abord une formule rituelle utilisée dans la cérémonie de l'initiation ( upanayana ). Au moment où le jeune garçon de bonne caste atteint l'âge de raison, vers huit ans, il est introduit dans le monde des adultes par le maître spirituel (guru) qui l'adopte en lui communiquant la teneur d'une stroph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/savitri/#i_34791

VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 13 414 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Rites domestiques »  : […] Il est important d'indiquer d'abord que le védisme est une religion sociale et non pas individuelle. Il a certes pu exister des personnalités capables de sortir du cadre normal des attitudes culturelles requises pour avoir des relations directes et solitaires avec leur divinité d'élection (préfiguration de la bhakti hindouiste), mais ce ne pouvait être que des exceptions confirmant la règle : l'ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/veda/#i_34791

Pour citer l’article

« UPANAYANA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/upanayana/