PRAGUE UNIVERSITÉ DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jusqu'au milieu du xive siècle, sans doute en raison de l'archaïsme de ses structures sociales, l'Europe centrale et orientale n'a pas eu d'université propre et ses étudiants devaient aller à Paris ou à Bologne. En 1347, Charles IV, roi des Romains et roi de Bohême, obtint du pape Clément VI la création d'une université complète à Prague, sa capitale, où existaient déjà des écoles d'arts et de théologie. Il fonda aussi, en 1366, le Collegium Carolinum pour les étudiants en théologie. Le succès fut rapide ; vers 1380, l'université comptait environ cinquante professeurs et quinze cents à deux mille étudiants. Des conflits éclatèrent bientôt entre les Allemands, majoritaires, regroupés dans les « nations » de Saxe, de Bavière et même de Pologne, et les Tchèques de la « nation » de Bohême ; opposition à la fois nationale et doctrinale : alors que les Allemands étaient « nominalistes », les Tchèques étaient « réalistes » et diffusaient les idées hétérodoxes de Wyclif. À partir de 1402, ils se trouvèrent un chef en la personne du recteur Jean Hus (1369-1415). En 1409, le décret de Kutna Hora donna aux Tchèques la majorité dans les conseils de l'université. Les Allemands s'en allèrent à Leipzig où ils fondèrent une nouvelle université. À Prague, Jean Hus continuait à prêcher pour la réforme de l'Église, ce qui lui valut d'être condamné au concile de Constance (1414) et brûlé vif le 6 juillet 1415. Cependant, dans les troubles qui suivirent cette exécution, l'université de Prague adopta dans l'ensemble une attitude modérée, très hostile aux thèses extrêmes des taborites. Les xvie et xviie siècles furent pour l'université de Prague une période difficile, du fait de la concurrence des Jésuites qui, en 1654, absorbèrent complètement la faculté des arts. Mais elle a retrouvé un rôle important depuis le xixe siècle, à la fois par la création de nombreux instituts scientifiques et techniques et par le rôle qu'elle a joué dans le réveil de la conscience nationale tchèque.

—  Jacques VERGER

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, assistant à l'université de Nancy-II

Classification


Autres références

«  PRAGUE UNIVERSITÉ DE  » est également traité dans :

MOYEN ÂGE - Les universités médiévales

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 2 180 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fonction politique »  : […] Les écoles du xii e  siècle avaient fourni aux princes nombre de leurs plus efficaces collaborateurs. Les universités ne pouvaient que prendre une part déterminante à la vie politique, alors que grandissait à travers toute l'Europe le rôle des administrateurs. On trouva désormais maîtres et anciens élèves de l'université dans les conseils et les p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-les-universites-medievales/#i_36142

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 244 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La crise hussite et ses conséquences »  : […] Les tensions entre le patriciat urbain, alors majoritairement allemand, et les autres couches urbaines tchèques, une crise à l'université entre maîtres tchèques et maîtres allemands, les ambitions de la haute noblesse, et surtout le désir d'une réforme de l'Église et de la vie chrétienne, prêché en public dès le milieu du xiv e  siècle par des pré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-tcheque/#i_36142

Pour citer l’article

Jacques VERGER, « PRAGUE UNIVERSITÉ DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/universite-de-prague/