UNION ÉVANGÉLIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondée le 12 mai 1608 pour une durée de dix ans à l'instigation de l'Électeur palatin Frédéric V, l'Union évangélique constitue une alliance défensive entre princes et villes protestantes du Saint Empire romain germanique (Palatinat, Anhalt, Wurtemberg, Bade, Francfort, Nuremberg, Strasbourg, Ulm, etc.). Le Brandebourg y adhère une année plus tard. Dans sa courte existence de treize ans, l'Union a connu diverses fortunes. Ligue composite, dominée par les éléments calvinistes, sa formation s'explique par l'évolution politico-religieuse de l'Allemagne du Sud et rhénane depuis la paix d'Augsbourg en 1555. D'une part, les progrès de la Contre-Réforme, surtout après 1580, rendent précaires les positions protestantes au sud d'une ligne Main-Rhin, d'autre part, les calvinistes, exclus de la paix d'Augsbourg ont fait de constants progrès, notamment à Brême et dans le Palatinat. En 1582, une tentative de sécularisation de l'électorat de Cologne avait ainsi échoué de justesse. Au début du xviie siècle, les inquiétudes protestantes se trouvent avisées par l'affaire de Donauwörth. La population de cette petite ville de 4 000 habitants est en majorité protestante. Mais, depuis 1602, le couvent de cette ville a pris l'habitude de célébrer la Fête-Dieu par une grande procession. D'où des incidents multiples, qui dégénèrent en bataille de rue en 1607. La ville est mise au ban de l'Empire en décembre 1607, et l'Électeur de Bavière est chargé de la répression. Il appelle les Jésuites, fait fermer les temples, impose la religion catholique puis annexe la ville à la Bavière. La réaction protestante se traduit d'abord, le 27 avril 1608, par la dissolution de la diète de Ratisbonne par la force, puis par la fondation de l'Union évangélique. D'où, par contrecoup, la création, sous l'égide de l'Électeur de Bavière, de la Sainte-Ligue catholique, conclue en 1609 pour neuf ans entre les trois Électeurs ecclésiastiques de Mayence, Trèves et Cologne, la Bavière et les États catholiques de la R [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes

Classification


Autres références

«  UNION ÉVANGÉLIQUE  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne du XVIe et du XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 6 501 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les luttes religieuses et l'évolution politique »  : […] La lutte se circonscrit autour des évêchés de Cologne et de Strasbourg. Dans l'Union évangélique (16 mai 1608) se groupent les villes et les princes protestants, à l'exception de l'Électeur de Saxe et du duc de Brunswick-Wolfenbüttel. Maximilien de Bavière riposte par la constitution d'une Sainte Ligue (10 juill. 1609) à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-du-xvie-et-du-xviie-s/#i_9450

RELIGION GUERRES DE

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 4 620 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La guerre de Trente Ans (1618-1648) »  : […] que l'Espagne désirait reconquérir ; l'Allemagne où, en 1608, s'était constituée une Union évangélique contre laquelle se forma dès l'année suivante une Ligue catholique soutenue par l'Espagne ; le royaume de Bohême, qui avait largement abandonné la confession romaine et où Rodolphe de Habsbourg avait dû accepter en 1609, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-de-religion/#i_9450

Pour citer l’article

Jean MEYER, « UNION ÉVANGÉLIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/union-evangelique/