TOGNAZZI UGO (1922-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ugo Tognazzi est né à Crémone. Après avoir fait ses débuts cinématographiques en 1950 dans I Cadetti di Guascogna de Mario Mattoli, il met la verve, le sens du comique et l'expérience acquise depuis 1944 dans les théâtres de variété au service de petites comédies, souvent médiocres, réalisées pour la plupart par Carlo Ludovico Bragaglia, Camillo Mastrocinque, Mario Mattoli, Giorgio Simonelli et Steno. Là il est soit le comparse de vedettes comme Peppino De Filippo, Tina Pica, Silvana Pampanini, Nino Taranto et Totò, voire Fernandel, soit le partenaire de Walter Chiari ou de Raimondo Vianello. Il tourne ainsi près d'une cinquantaine de ces comédies jusqu'au début des années 1960 où, après avoir surpris la critique par son rôle tragi-comique de chemise noire dans Il Federale (1961) de Luciano Salce, il joue dans des films plus ambitieux sous la direction de Salce (Elle est terrible, 1962 ; Le Ore dell 'Amore, 1963), Dino Risi (La Marche sur Rome, 1962 ; Les Monstres, 1963) et de Marco Ferreri (Le Lit conjugal, 1963 ; Le Mari de la femme à barbe, 1964), dans lesquels il met en place son personnage de petit ou moyen bourgeois velléitaire, pris au piège des situations frustrantes dans lesquelles il s'est généralement placé. Il enrichit ensuite sa galerie de figures pittoresques au fil de fructueuses collaborations avec, entre autres, Antonio Pietrangeli (Je la connaissais bien, 1965), Pietro Germi (Beaucoup trop pour un seul homme, 1967), Vittorio Caprioli (Splendori et Miserie di Madame Royale, 1970), Alberto Lattuada (Venez donc prendre le café chez nous, 1970), Mario Monicelli (Nous voulons les colonels, 1973, Mes Chers Amis, 1975), Elio Petri (La propriété c'est plus le vol, 1973), Luigi Comencini (Qui a tué le chat ?, 1977) et, surtout, Marco Ferreri (Controsesso, 1964, L'Audience, 1971, La [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, professeur d'histoire du cinéma

Classification


Autres références

«  TOGNAZZI UGO (1922-1990)  » est également traité dans :

COMÉDIE ITALIENNE, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI, 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 510 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'importance des interprètes et le rôle des scénaristes »  : […] On se doute que la comédie italienne est avant tout rendue vivante par ses interprètes. Leurs types ont été décrits par Dino Risi et d'autres réalisateurs. Mais par-delà leurs différences d'origine, les « cinq grands » (Vittorio Gassman, Nino Manfredi, Marcello Mastroianni, Alberto Sordi et Ugo Tognazzi) incarnent chacun un aspect, voire plusieurs, de l'Italien. Rien de moins abstrait que cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-italienne-cinema/#i_82211

RISI DINO (1916-2008)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 884 mots
  •  • 1 média

Dino Risi est né à Milan. Médecin psychiatre, il se lie au groupe de jeunes Milanais, dont Alberto Lattuada et Luigi Comencini qui, à la fin des années 1930, essaient de mettre sur pied une cinémathèque. Après avoir été l'assistant de Mario Soldati et de Lattuada quand celui-ci passe à la réalisation, il signe en 1946 un court-métrage, Barboni , qui le fait remarquer : déjà son œil vif sait cerner […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dino-risi/#i_82211

Pour citer l’article

Alain GAREL, « TOGNAZZI UGO - (1922-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ugo-tognazzi/