TSARSKOÏE SELO, Russie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tsarskoïe Selo est situé au sud de Saint-Pétersbourg (24 km) sur les terres d'un ancien domaine suédois qui portait le nom de Saari mojs, « lieu élevé » en finnois. Russifié, ce nom fut transformé d'abord en Sarskaïa myza puis en Sarskoïe Selo. Le domaine fut offert, en 1703, par Pierre le Grand au premier gouverneur de Saint-Pétersbourg, Alexandre Menchikov, et, en 1710, à la femme de Pierre, Catherine Ire, pour laquelle l'architecte Johann Friedrich Braunstein construisit le premier palais en 1717-1723. En 1725, la propriété reçut le statut de la résidence impériale, connue, depuis 1728, sous le nom de Tsarskoïe Selo (village des tsars). Les grands travaux commencèrent à Tsarskoïe Selo sous le règne de l'impératrice Élisabeth, fille de Pierre et de Catherine, qui créa un ensemble splendide de style baroque. Pendant les huit premières années (1744-1752) le chantier fut dirigé par plusieurs architectes sans aucun plan général, l'impératrice ne cessant d'ajouter, de casser, ou encore de refaire ce qui venait d'être bâti. Mais en 1752 Élisabeth commanda à l'Italien Francesco Bartolomeo Rastrelli (1700-1771), arrivé en Russie en 1716, une reconstruction radicale de son palais. Rastrelli devenait le maître d'œuvre à une seule condition : il ne devait pas toucher au bâtiment central du palais construit sous Catherine Ire. Comme Louis XIV à Versailles, qui avait voulu garder le pavillon de chasse de son père, Élisabeth préservait la mémoire de sa mère.

Le palais Catherine fut achevé en 1756. En réunissant les différentes parties sous une seule toiture, Rastrelli créa un bâtiment long de 306 mètres qui donnait une impression d'achèvement grâce aux deux pavillons qui se dressaient de chaque côté et qui comprenaient, à gauche, un escalier d'honneur et, à droite, une chapelle ornée de cinq coupoles à bulbe. Les murs de façade disparaissent sous une abondante décoration de stucs, de colonnes et d'innombrables statues qui encadre les grandes fenêtres. À l'intérieur du palais, une enfilade de salles mène de l'escalier d'honneur jusqu'aux appartements de l'impératrice. Elle comporte une salle de bal gigantesque, réplique de la galerie des Glaces à Versailles, un salon chinois, la salle des Portraits, la salle des Tableaux et d'autres pièces, toutes richement ornées de peintures, de tapisseries, de boiseries dorées et de glaces. Le célèbre cabinet d'Ambre avec ses murs en mosaïque d'ambre transparent avait été offert à Pierre le Grand par le roi de Prusse en 1716. Au cours des années 1750, il fut installé au palais Catherine, mais les plaques d'ambre ont disparu pendant la Seconde Guerre mondiale.

Palais Catherine à Tsarskoïe Selo (Pouchkine)

Photographie : Palais Catherine à Tsarskoïe Selo (Pouchkine)

L'église du palais Catherine à Tsarskoïe Selo (Pouchkine), près de Saint-Pétersbourg, Russie. 

Crédits : Walter Bibikow/ AWL Images/ Getty Images

Afficher

Tsarskoïe Selo, façade

Photographie : Tsarskoïe Selo, façade

Tsarskoïe Selo, façade orientale du palais de Catherine II. Architecte : Francesco Rastrelli. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Tsarskoïe Selo, salons

Photographie : Tsarskoïe Selo, salons

Tsarskoïe Selo, palais de Catherine II, portes en enfilade. Architecte : Francesco Rastrelli. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Tsarskoïe Selo, grande galerie

Photographie : Tsarskoïe Selo, grande galerie

Tsarskoïe Selo, palais de Catherine II, la grande galerie. Architecte : Francesco Rastrelli. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Dans le vieux Jardin, dessiné à la française dès le début des années 1720, Rastrelli bâtit plusieurs pavillons : en particulier l'Ermitage, dont la table pouvait être montée au premier étage, la Grotte et la Glissière. De l'autre côté du palais, la cour d'honneur fut entourée de portiques circulaires, devant lesquels s'étendait le Nouveau Jardin et la Ménagerie ainsi que le pavillon appelé Monbijou.

Dans la seconde moitié du xviiie siècle, Catherine II, passionnée d'architecture, reprit l'aménagement de sa résidence préférée. Plusieurs salles du palais Catherine (salle à manger Verte, salle d'Arabesques) furent décorées dans le nouveau style néoclassique par l'Écossais Charles Cameron (vers 1740-1812), qui avait fait ses études d'architecture à Rome avant d'arriver en Russie en 1779. Dans les années 1780, ce connaisseur des thermes romains éleva à Tsarskoïe Selo le bâtiment des Thermes, fantaisie architecturale à l'antique qui jouxtait l'aile sud du palais Catherine. L'église Sainte-Sophie, construite par Cameron sur la place centrale du village « Sophie » à Tsarskoïe Selo, évoquait Sainte-Sophie de Constantinople, alors que la Russie était en guerre contre la Turquie. Les jardins de Tsarskoïe Selo furent d'ailleurs parsemés de monuments consacrés à des victoires russes au cours de cette guerre. Un village chinois fut construit par Cameron à Tsarskoïe Selo dans l'esprit des fantaisies exotiques alors à la mode.

L'Italien Giacomo Quarenghi (1744-1817), arrivé en Russie en 1779, représentant lui aussi du néo-classicisme de la deuxième moitié du xviiie siècle, marqua Tsarskoïe Selo par le palais Alexandre, construit pour le petit-fils de Catherine, le futur tsar Alexandre Ier. Ce palais, entouré d'un jardin anglais, reprend un schéma palladien assez rare avec sa façade ornée d'une colonnade ouverte.

Le corps du lycée fut ajouté à l'aile nord du palais Catherine (architecte Ivan Neelov, reconstruit en 1811 par l'architecte Stasov). Le lycée fonctionna de 1811 à 1843 et compta parmi ses premiers élèves le jeune Alexandre Pouchkine.

En 1808, Tsarskoïe Selo reçut le statut de ville. En 1918, l'ensemble des palais et des jardins fut transformé en musée. Aux environs de la résidence les propriétés des nobles furent occupées par des institutions scolaires et la ville fut baptisée Detskoïe Selo (village des enfants), puis Pouchkine, en 1937, pour le centenaire de la mort du poète.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Palais Catherine à Tsarskoïe Selo (Pouchkine)

Palais Catherine à Tsarskoïe Selo (Pouchkine)
Crédits : Walter Bibikow/ AWL Images/ Getty Images

photographie

Tsarskoïe Selo, façade

Tsarskoïe Selo, façade
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tsarskoïe Selo, salons

Tsarskoïe Selo, salons
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tsarskoïe Selo, grande galerie

Tsarskoïe Selo, grande galerie
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : chargée de recherche au centre André-Chastel, université de Paris-IV-Sorbonne, docteur en histoire et civilisation de l'École des hautes études en sciences sociales, habilitée à diriger les recherches

Classification

Autres références

«  TSARSKOÏE SELO, Russie  » est également traité dans :

AKHMATOVA ANNA (1889-1966)

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER
  •  • 2 549 mots

Dans le chapitre « Formation et débuts littéraires »  : […] Fille d'un ingénieur-mécanicien de la marine, Anna Akhmatova (de son vrai nom Gorenko), née le 11 (23) juin 1889 près d'Odessa, a passé une grande partie de son enfance et de sa jeunesse près de Saint-Pétersbourg, à Tsarskoïe-Selo, résidence d'été des souverains russes à partir du xviii e  siècle. Le palais baroque, bâti pour l'impératrice Élisabeth par l'architecte italien Rastrelli, le lycée im […] Lire la suite

CAMERON CHARLES (vers 1740-1812)

  • Écrit par 
  • Olga MEDVEDKOVA
  •  • 937 mots

La biographie de l'architecte écossais Charles Cameron à longtemps posé des problèmes jusqu'à ce que des recherches récentes, notamment celles de Dimitri Shvidkovsky ( The Empress and the Architect , New Haven-Londres, Yale University Press, 1996) fassent le point sur cette question. Charles Cameron est né vers 1740. Son père, Walter Cameron, était entrepreneur en bâtiment à Londres et l'ami du cé […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olga MEDVEDKOVA, « TSARSKOÏE SELO, Russie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tsarskoie-selo-russie/