TRIESTE, ville néo-classique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le jardin lapidaire de l'antique colline de San Giusto qui domine le port de Trieste, un reposoir en forme de cella abrite le cénotaphe élevé à la mémoire de Winckelmann, œuvre d'un élève de Canova. Trieste connut dans l'Europe des Lumières un instant de célébrité, en 1768, au moment de l'assassinat du fondateur de l'histoire de l'art comme discipline moderne, véritable apôtre du courant néo-classique. Mais c'est sa situation de ville des confins, où « la langue italienne finit insensiblement », comme l'écrit en 1774 Bergeret, qui explique paradoxalement la prospérité de Trieste et l'unité de son cadre urbain. Dotée par les Habsbourg du statut de port franc dès 1719, à l'exemple de Livourne, et de lois de tolérance religieuse et de liberté d'échanges, la cité devait attirer migrants levantins et germaniques, aventuriers du capital et des routes maritimes, voyageurs (comme le piranésien Cassas venu « dessiner le portrait de la ville » en 1782 ou l'architecte Schinkel en 1803), ainsi que de riches exilés ; elle devait aussi éveiller l'appétit des envahisseurs menés par Bonaparte. On comprend la remarque du général Desaix en 1797 : « C'est une ville presque toute neuve. Dans dix ans, elle a augmenté d'un tiers. » Cette union de Mercure et d'Apollon, élément du décor sculpté de plusieurs façades de la ville, est le fruit de la politique économique et administrative de Vienne et témoigne du goût nouveau d'une société mercantile pour le décor monumental. La petite cité bloquée au pied des roches du Karst devient au milieu du xixe siècle un centre de trafic international.

Le développement urbain répond aux rythmes de croissance d'une véritable colonie : à l'ouest de la cité médiévale, le tracé orthogonal (superposé à d'anciennes salines) du borgo teresiano, le faubourg de Marie-Thérèse, percé en son centre du Grand Canal, port moderne à la forme quasi unique. Puis, à l'est, le borgo giuseppino et, au nord-est, le borgo franceschina étirant au bord du rivage un front de palais à colonnes. D'abord issues d'un plan type fourni par [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : historien de l'art, chargé de mission à la Caisse nationale des monuments historiques et des sites

Classification

Pour citer l’article

Jean-Pierre MOUILLESEAUX, « TRIESTE, ville néo-classique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/trieste-ville-neo-classique/