TRIESTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec 209 520 habitants en 2001, Trieste est la principale ville et le chef-lieu de la région administrative du Frioul-Vénétie Julienne. Le trafic de son port est important mais très déséquilibré, il est constitué pour 90 p. 100 d'importations d'hydrocarbures, et son essor a pour cause principale la mise en service du pipe-line Trieste-Ingolstadt, prolongé ensuite jusqu'à Karlsruhe. L'histoire récente de Trieste est en fait dominée par un marasme économique qu'illustre la diminution constante de sa population depuis 1980 et qui contraste avec sa fortune passée.

Italie : carte administrative

Italie : carte administrative

carte

Carte administrative de l'Italie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Petit port de pêche et de cabotage à l'origine, Trieste fut, du début du xviiie siècle à la fin de la Première Guerre mondiale, le principal port maritime de l'Empire austro-hongrois ; le chemin de fer le relie à Vienne dès 1849. Si les conditions nautiques étaient bonnes, le site, dominé par le plateau du Carso (Karst), n'a pas tardé à se révéler étroit pour une agglomération qui atteignait 250 000 habitants en 1914.

Après 1918, Trieste rédimée a souffert de sa situation géographique excentrique, tout comme des nouvelles conditions politiques et économiques de l'Europe centrale. De nouveau italienne en 1954 après être restée, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, ville libre contrôlée par l'O.N.U., elle est désormais contiguë à la frontière slovène. La volonté italienne d'empêcher son dépérissement s'est traduite par son raccordement au réseau autoroutier national et par la poursuite d'une industrialisation commencée sous le fascisme. Trieste a des constructions navales, une fonderie, une raffinerie de pétrole, des industries chimiques, métallurgiques, alimentaires. Le rôle de Trieste reste essentiel pour le stockage et le conditionnement des agrumes, du café, des vins. Sa fonction de transit vis-à-vis des États d'Europe centrale (Autriche en premier lieu) reste limitée par la concurrence des ports allemands. On a pu parler à son propos de « modernisation inefficace » ; mais le renforcement du rôle pétrolier semble avoir préludé à une intégration européenne plus profitable.

—  Michel ROUX

Écrit par :

Classification


Autres références

«  TRIESTE  » est également traité dans :

FRIOUL-VÉNÉTIE JULIENNE

  • Écrit par 
  • Michel ROUX
  •  • 596 mots
  •  • 1 média

La région Frioul-Vénétie Julienne s'étend sur 7 844 km 2  ; sa capitale est Trieste. Depuis 1963, la région (dont le nombre d'habitants était de 1 208 000 en 2006) jouit d'un statut spécial d'autonomie. Son territoire regroupe la plaine du Frioul, sa bordure montagneuse du nord et, dans l'est, les Préalpes Carniques et les Préalpes Juliennes, réduites aux environs immédiats de Trieste depuis 1945 […] Lire la suite

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 392 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La réponse du pays »  : […] Les premières élections politiques, celles de l'Assemblée constituante, le 2 juin 1946, confirment l'affirmation de trois partis de masse, communiste, socialiste et démocrate-chrétien et le déclin du parti de notables qui avait dominé la politique italienne du Risorgimento au fascisme, le Parti libéral. Avec 35,2 p. 100 des suffrages, la D.C. est consacrée premier parti italien et leader du bloc m […] Lire la suite

MAGRIS CLAUDIO (1939- )

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 081 mots
  •  • 1 média

Né en 1939 à Trieste, où il a vécu jusqu'à l'âge de dix-huit ans, ayant fait ses études à Turin, l'écrivain Claudio Magris appartient à cette partie de l'Italie dont le destin historique a longtemps été lié à celui de la monarchie habsbourgeoise. Il est lui-même, dans la lignée d'Italo Svevo et d'Umberto Saba, un parfait produit de cette « identité de frontière » triestine qu'il a si bien décrite […] Lire la suite

PATRIMOINE PORTUAIRE EN EUROPE

  • Écrit par 
  • Louis BERGERON
  •  • 2 552 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Trieste »  : […] De tous les ports de la péninsule italienne, Trieste, porte de l'ancien empire austro-hongrois sur le bassin méditerranéen, est le moins italien de tous. C'est pourtant le seul qui corresponde au modèle anglais, à travers le relais de l'intervention d'ingénieurs marseillais. Avec un décalage d'une vingtaine d'années vers la fin du siècle, il a bénéficié d'une planification magistrale qui en a fait […] Lire la suite

SLOVÉNIE

  • Écrit par 
  • Evgen BAVCAR, 
  • Antonia BERNARD, 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Franc ZADRAVEC
  •  • 10 226 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les périodes yougoslaves »  : […] Il est incontestable que les Slovènes y gagnèrent, du point de vue politique, en entrant dans le nouvel ensemble. Cependant, celui-ci se voulait « triunitaire », c'est-à-dire triple et un à la fois, y compris pour la langue et pour la culture. Malgré la création en 1919 de l'Université slovène et, plus tard, de l'Académie, la déception fut grande : les Slovènes se rendirent compte de la méconnaiss […] Lire la suite

TRIESTE, ville néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 1 626 mots

Dans le jardin lapidaire de l'antique colline de San Giusto qui domine le port de Trieste, un reposoir en forme de cella abrite le cénotaphe élevé à la mémoire de Winckelmann, œuvre d'un élève de Canova. Trieste connut dans l'Europe des Lumières un instant de célébrité, en 1768, au moment de l'assassinat du fondateur de l'histoire de l'art comme discipline moderne, véritable apôtre du courant né […] Lire la suite

YOUGOSLAVIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Catherine LUTARD, 
  • Robert PHILIPPOT
  • , Universalis
  •  • 15 194 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'occupation et la résistance »  : […] La résistance à l'occupation ennemie commence dès le printemps 1941 en Vieille-Serbie et s'affirme avec une force redoublée après l'invasion de l'U.R.S.S. Mais, dès les premiers jours aussi, elle se divise en deux mouvements rivaux. L'un, dirigé par le général Draja Mihajlović qui a refusé de capituler en avril et poursuit la guérilla avec ses tchetniks (terme emprunté au folklore héroïque de la […] Lire la suite

Les derniers événements

30 mai 2011 • Italie • Victoire de l'opposition de gauche aux élections municipales partielles.

par le candidat du Parti démocrate, Giuliano Pisapia, témoigne de la perte d'influence du Cavaliere jusque dans son fief d'origine. L'opposition de gauche conserve Naples, Turin et Bologne, et l'emporte à Cagliari et à Trieste. Les défaites du P.D.L. s'accompagnent d'un affaiblissement de la Ligue du Nord d'Umberto Bossi, membre de la majorité parlementaire.  [...] Lire la suite

12-15 février 2007 • Italie • Arrestation d'un groupe terroriste d'extrême gauche.

Le 12, une vaste opération de police, menée dans les régions de Milan, Turin, Padoue et Trieste, aboutit à l'arrestation, de quinze personnes suspectées d'appartenir à un groupe terroriste d'extrême gauche identifié comme les « nouvelles Brigades rouges », en référence au mouvement armé des années [...] Lire la suite

5-22 décembre 1993 • Italie • Victoire de la gauche aux élections municipales partielles.

(P.D.S., social-démocrate, ex-communiste), du Mouvement social italien (néo-fasciste) et de la Ligue lombarde (populiste). Seul ou au sein de coalitions progressistes, le P.D.S. s'impose à Rome, Naples, Gênes, Venise et Trieste. Il apparaît ainsi comme le pivot de la reconstruction de la gauche [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel ROUX, « TRIESTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/trieste/