Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TRANSHUMANCE

Les mouvements pastoraux en montagne ont pour but de profiter au mieux de l'étagement des pâturages en altitude. L'estivage, ou inalpage, des montagnes d'Europe est un déplacement intramontagnard entre des étables d'hiver situées dans les vallées et les alpages. Le semi-nomadisme montagnard oriental (Turquie, Iran, Caucase) entraîne tout le groupe humain à la suite du troupeau. La transhumance véritable est un mouvement menant les troupeaux d'un pâturage d'été à un pâturage d'hiver et vice versa. La transhumance normale, qui intéresse les troupeaux de plaine, associe un alpage d'été et un pâturage d'hiver en plaine. La transhumance inverse, au contraire, met en mouvement les troupeaux des villages montagnards vers les plaines périphériques pendant l'hiver.

L'ampleur des mouvements de transhumance traditionnels en avait fait une véritable institution, reconnue et favorisée par les pouvoirs publics. Les règles de passage sur les territoires cultivés étaient soigneusement codifiées, les chemins bien tracés et respectés par les sédentaires (drailles conduisant vers le Massif central). En Espagne, l'association des grands éleveurs, la Mesta, fut un groupe de pression très puissant qui défendait âprement ses privilèges et ses zones de parcours.

Un troupeau transhumant pouvait rassembler jusqu'à 15 000 moutons, menés par une trentaine de bergers accompagnés de 100 à 150 bêtes de somme. Son passage était un événement dans les campagnes, à la montée comme à la descente. Cependant, la transhumance aboutissait souvent à une mise en coupe réglée de la montagne. Des conflits constants opposaient les bergers aux communautés rurales montagnardes pourvoyeuses de pâturages : querelles à propos de la surcharge des alpages entraînant un danger de surpâturage, conflits violents avec les forestiers accusant les bergers d'incendies volontaires pour accroître la surface des pacages.

La transhumance est un mode d'élevage qui se perd, notamment à cause de la mise en culture des pâturages d'hiver dans les plaines et de l'exode rural.

— Roger BÉTEILLE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Poitiers

Classification

Pour citer cet article

Roger BÉTEILLE. TRANSHUMANCE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ÉLEVAGE

    • Écrit par
    • 6 709 mots
    • 11 médias
    ...pratiquées par les Touareg ou les Peuls dans la zone sahélienne. Dans les montagnes du pourtour méditerranéen, il prend la forme de différents types de transhumance. On distinguait traditionnellement les transhumances directes ou ascendantes (les troupeaux venus des plaines méditerranéennes où ils passaient...
  • MESTA

    • Écrit par
    • 892 mots

    À partir du xiie siècle, lorsque la reconquête de l'Espagne sur les Maures progresse nettement, les souverains de Castille récompensent leurs vassaux, nobles et chevaliers des ordres militaires, des services rendus dans la lutte contre l'adversaire musulman, par la cession de terres...

  • REMUE

    • Écrit par
    • 402 mots

    Passé dans le vocabulaire de la géographie alpine, le terme savoyard local « remue » désigne les déplacements, au long de l'année, de tout ou partie des habitants et du bétail d'une collectivité montagnarde, entre les différents niveaux de la montagne utilisant au maximum l'étagement des ressources....

  • SAHEL

    • Écrit par
    • 3 538 mots
    ...traction. Mené essentiellement dans un cadre extensif (sauf autour de certaines grandes villes où des formes plus intensives existent déjà), l'élevage transhumant est une remarquable forme d'adaptation des populations face à l'insuffisance et à la variabilité pluviométriques. Aussi l'élevage dépend-il...
  • Afficher les 7 références