TRANSFUSION SANGUINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les fractions plasmatiques

Le plasma est fractionné en vue d'isoler et de concentrer ses constituants les plus précieux pour la thérapeutique : albumine, fractions coagulantes, gammaglobulines.

L'albumine possède les mêmes propriétés que le plasma total pour traiter les « états de choc », en particulier ceux des brûlés. Les solutions concentrées d'albumine permettent de restaurer la masse liquidienne en circulation dans les vaisseaux, sans risque de transmission d'hépatite B ou C du fait de son chauffage, dix heures à 60 0C.

Les fractions coagulantes contiennent soit les facteurs antihémophiliques, soit un mélange de facteurs vitamine K-dépendants (complexe prothrombique et facteur IX), préparé pour la première fois en France sous le nom de P.P.S.B. Les concentrés de facteur VIII sont utilisés pour le traitement de l'hémophilie A (85 p. 100 des hémophilies). Ces concentrés sont de plus en plus purifiés, et, depuis peu, on dispose de facteur VIII recombinant. Le P.P.S.B. est utilisé pour traiter l'hémophilie B, les intoxications par les antivitamines K et le syndrome hémorragique du nouveau-né. Les concentrés purifiés de facteur IX tendent à remplacer le P.P.S.B. dans le traitement de l'hémophilie B. Toutes les fractions coagulantes subissent, depuis 1985, une inactivation virale (par la chaleur ou par solvants-détergents).

Les gammaglobulines ou immunoglobulines sont des fractions d'anticorps concentrés permettant de lutter contre certaines maladies infectieuses, bactériennes ou virales, soit à titre préventif (coqueluche, oreillons, tétanos, hépatite virale, rubéole), soit à titre curatif pour une infection déjà déclarée. Certaines immunoglobulines sont capables de prévenir des accidents de nature non pas infectieuse mais immunologique ; c'est ainsi que chez les femmes « Rhésus négatif » dont le mari est « Rhésus positif » des gammaglobulines anti-Rhésus permettent de prévenir la maladie hémolytique du nouveau-né, à condition de les injecter immédiatement après le premier [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur d'hématologie, directeur du Centre national de transfusion sanguine

Classification

Autres références

«  TRANSFUSION SANGUINE  » est également traité dans :

CHIRURGIE

  • Écrit par 
  • Claude d' ALLAINES, 
  • Jean-Édouard CLOTTEAU, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 8 642 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La réanimation »  : […] La réanimation a pour but de surveiller et de rééquilibrer physiologiquement le malade non seulement après, mais aussi avant et pendant l'opération. Plus la maladie à opérer sera grave et l'opération faite importante, plus le rôle de la réanimation sera primordial. Celle-ci fait appel à de très nombreuses disciplines annexes, notamment la radiologie, et le laboratoire biochimique permet de mesure […] Lire la suite

CŒUR - Chirurgie cardiaque

  • Écrit par 
  • Claude d' ALLAINES, 
  • Christian CABROL
  •  • 6 515 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Spécificités de la chirurgie cardiaque »  : […] Pour atteindre et opérer le cœur, il fallut franchir successivement de nombreux obstacles. Le premier de ces obstacles est la position même du cœur : il est situé au milieu de la cage thoracique ; pour l'aborder, il faut donc nécessairement ouvrir l'une des deux hémi-cavités thoraciques. Cela provoque immédiatement un affaissement du poumon et une asphyxie partielle. Cette thoracotomie n'est deve […] Lire la suite

DENIS JEAN-BAPTISTE (1643-1704)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 520 mots
  •  • 1 média

Le 15 juin 1667, Jean-Baptiste Denis, médecin parisien formé à Montpellier, diplômé en 1667, réussit à injecter dans les veines d’un jeune homme affaibli par des saignées successives l’équivalent de 300 millilitres de sang d’un agneau . Denis venait de réaliser la première transfusion de sang chez l’homme. Les saignées avaient pour but de corriger l’état mental de ce patient ; l’amélioration fut, […] Lire la suite

FER - Rôle biologique du fer

  • Écrit par 
  • Carole BEAUMONT
  •  • 4 718 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le fer : ni trop, ni trop peu »  : […] La quantité de fer présente à un moment donné dans un organisme doit être finement contrôlée, l'excès comme la carence pouvant avoir des conséquences néfastes. La carence en fer, dite carence martiale d'origine nutritionnelle, touche environ deux milliards d'individus dans le monde. Elle est à l'origine d'une anémie par insuffisance des apports en fer destinés à l'érythropoïèse, mais elle entraîn […] Lire la suite

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 674 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Transmission des hépatites virales »  : […] La transmission des virus A (et E) se fait par voie fécale-orale : le virus est éliminé avec les selles dans le milieu extérieur, où il peut contaminer l'eau de boisson, les aliments, parfois le linge. Ce mode de transmission explique l' épidémiologie de la maladie : dans les pays où les conditions d'hygiène sont médiocres, l'endémie est permanente, les populations sont infectées à un âge précoce […] Lire la suite

GROUPES SANGUINS : KARL LANDSTEINER

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 255 mots
  •  • 1 média

Karl Landsteiner (1868-1943), médecin viennois en même temps que biochimiste, fut un précurseur de l'étude moléculaire des maladies. Son nom reste surtout attaché à la découverte des groupes sanguins en 1901, pour laquelle il reçut le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1930. On savait depuis des années que lorsqu'on mélange les sangs d'animaux différents les globules rouges s'agglutinent et […] Lire la suite

HÉMOPHILIE

  • Écrit par 
  • Édith FRESSINAUD, 
  • Dominique MEYER
  •  • 4 269 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Traitement »  : […] Il n'existe actuellement aucun traitement curatif de l'hémophilie. Toute thérapeutique est donc essentiellement substitutive et consiste à augmenter le taux de facteur VIII ou IX à un niveau suffisant pour assurer une hémostase normale par l'apport de fractions plasmatiques concentrées de facteur VIII ou de facteur IX. […] Lire la suite

HÉPATITE VIRALE C

  • Écrit par 
  • Stanislas POL, 
  • Anaïs VALLET-PICHARD
  •  • 7 266 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Modes de transmission du VHC »  : […] Le VHC a une transmission principalement parentérale, c'est-à-dire par contact avec le sang. Les infections nosocomiales (liées à l’activité médicale), notamment lors de transfusions sanguines ou d’autres soins médico-chirurgicaux pratiqués dans les années 1960-1989, en ont été la cause principale dans les pays du Nord (et le reste dans les pays en développement). En France, la présence des antic […] Lire la suite

HISTOCOMPATIBILITÉ

  • Écrit par 
  • Jean DAUSSET, 
  • David GRAUSZ
  •  • 4 809 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « En transplantation »  : […] Le rôle des antigènes HLA et H-2 (souris) en transplantation et survie des greffes a été la première observation, c'est pourquoi ils sont appelés couramment antigènes de transplantation. Par greffe de peau il a été démontré que le destin du greffon est fonction essentiellement de la compatibilité de deux systèmes : le système ABO (groupes sanguins) et le système HLA. Ces notions ont été rapideme […] Lire la suite

HYBRIDATION

  • Écrit par 
  • Georges BARSKI, 
  • Yves DEMARLY, 
  • Simone GILGENKRANTZ
  •  • 5 921 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le chimérisme lié à la reproduction humaine »  : […] Dans la population des jumeaux dizygotes, frères et sœurs simultanés issus de deux ovocytes et de deux spermatozoïdes différents, l'existence d'une chimère sanguine n'est pas exceptionnelle, puisqu'elle survient dans 8 p. 100 des cas environ, la pratique de la fécondation in vitro ayant en outre considérablement augmenté le nombre des grossesses multiples. Cet échange se produit au niveau du plac […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-8 juillet 2002 France. Non-lieu général dans le volet non ministériel de l'affaire du sang contaminé

transfusion sanguine et de la direction générale de la Santé, et en mars 1999 contre trois anciens ministres. Tout en notant l'acceptation par les personnes mises en examen du « risque de sacrifier le devenir et la vie des hémophiles et transfusés », la chambre de l'instruction invoque la méconnaissance, de la part des médecins prescripteurs, du «  […] Lire la suite

20 mai 1999 France. Renvoi devant la cour d'assises de trente personnes mises en examen dans l'affaire du sang contaminé

transfusion sanguine et de divers cabinets ministériels. Treize sont accusées de crimes – empoisonnement, complicité ou violences volontaires – et dix-sept de délits. De nouveau accusés, les docteurs Michel Garretta et Jean-Pierre Allain ont été condamnés pour les mêmes faits par le tribunal correctionnel en octobre 1992.  […] Lire la suite

9 mars 1999 France. Relaxe de Laurent Fabius et Georgina Dufoix, et condamnation d'Edmond Hervé dans le procès du sang contaminé

transfusion sanguine à l'époque des faits ». Elle estime que la mesure de dépistage obligatoire des donneurs, décidée en août 1985, « a été imposée et généralisée [...] sans retard ». Mais la Cour juge Edmond Hervé responsable de ne pas avoir rappelé les transfusés susceptibles d'avoir été contaminés, afin d'éviter les contaminations secondaires, et […] Lire la suite

9-24 février 1999 France. Ouverture du procès de l'affaire du sang contaminé

transfusion sanguine (C.N.T.S.), Jean-Pierre Allain, ancien chef du département de la recherche au C.N.T.S., et Jacques Roux, ancien directeur général de la Santé, étaient condamnés à des peines de prison, assorties de sursis pour les deux derniers, dans l'affaire du sang contaminé. En décembre de la même année, le Parlement décidait la mise en accusation […] Lire la suite

15-22 mai 1995 France. Libération de Michel Garretta et mise en examen de Louis Schweitzer dans l'affaire du sang contaminé

transfusion sanguine (C.N.T.S.), Michel Garretta, condamné en octobre 1992 à quatre ans de prison pour tromperie sur la qualité substantielle des produits sanguins destinés aux hémophiles et contaminés par le virus du sida, sort de prison après avoir bénéficié des remises de peine habituelles. Il reste placé sous contrôle judiciaire dans le cadre de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre SOULIER, « TRANSFUSION SANGUINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/transfusion-sanguine/