TOUBOU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La similitude du costume et de l'habitat a parfois fait considérer les Toubou (ou Téda) comme des Touareg noirs. Des différences significatives d'organisation sociale existent cependant, et la langue des Toubou appartient au groupe nilo-tchadien, proche du kanouri, alors que les Touareg sont berbérophones. Au nombre d'environ quatre cent mille dans les années 1990, les Toubou sont répartis dans la partie centrale du sud du Sahara, dans l'Aïr, le Tibesti, l'Ennedi et le Fezzan, régions situées au nord du Niger et du Tchad, et en Libye. Leur peau est très foncée : ils diffèrent cependant des populations noires situées plus au sud.

Quelques groupes, fixés dans les oasis, cultivent les céréales et entretiennent des palmeraies ; mais l'élevage nomade constitue l'activité principale : au nord, les Toubou élèvent des chameaux et des chèvres ; au sud, des bovins. Le troupeau fournit l'alimentation de base : lait, beurre et viande ; il procure également la peau pour les tentes et sert de moyen de transport. L'artisanat est développé : métallurgie et orfèvrerie, exploitation et commerce du sel. Ce sont les hommes qui font les vêtements : ceux-ci sont semblables à ceux des Touareg et les hommes portent le voile. Autrefois les activités guerrières, razzia et feud, occupaient une place importante. Les Toubou avaient pour armes principales la lance, le couteau de jet et le bouclier en peau, les femmes portant le poignard.

L'organisation sociale est de type patrilinéaire. Accompagné du versement d'une compensation matrimoniale, le mariage est soumis à des règles d'exogamie stricte : le mariage entre cousins est prohibé. La résidence du couple est patrilocale, mais celui-ci fait d'abord un séjour dans le groupe familial de l'épouse. La société toubou est très hiérarchisée : certains clans constituent une aristocratie, dont fait partie le chef de tribu (le derdé), et dominent les libres vassaux, les serfs, les esclaves et les artisans groupés en castes.

L'islamisation des Toubou est relativement récente ; elle a été effectuée par les Senoussi au xviiie siècle. La conquête coloniale s'est heurtée à de vives résistances, et aujourd'hui encore les relations entre les nomades et l'administration restent médiocres.

—  Roger MEUNIER

Écrit par :

  • : chargé de cours à l'université de Paris-VIII, assistant de recherche à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  TOUBOU  » est également traité dans :

SAHARA

  • Écrit par 
  • Ali BENSAÂD, 
  • Jeffrey Allman GRITZNER
  •  • 7 605 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Un territoire structuré par un millénaire d'échanges transsahariens  »  : […] L'organisation territoriale du Sahara s'ancre dans une histoire qui, il y a plus d'un millénaire, en a façonné les caractéristiques essentielles avec le commerce transsaharien. Celui-ci a investi cet espace à la fin du vii e  siècle et l'a structuré jusqu'à son déclin au xviii e  siècle. Auparavan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sahara/#i_41734

TCHAD

  • Écrit par 
  • Marielle DEBOS, 
  • Jean-Pierre MAGNANT, 
  • Roland POURTIER
  • , Universalis
  •  • 9 759 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'époque précoloniale »  : […] L'histoire, mal connue, du bassin tchadien est celle de l'adaptation des hommes à l'aridification de la région. Au début, des cultures de chasseurs paléolithiques s'épanouissent et laissent de nombreuses œuvres pariétales. Cette tradition rupestre se maintient chez les pasteurs néolithiques et s'éteint après l'introduction du dromadaire, vers 400 après J.-C. Dans le bassin tchadien, des céramiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tchad/#i_41734

TIBESTI

  • Écrit par 
  • Isabelle CRUCIFIX
  •  • 449 mots
  •  • 1 média

Imposant massif montagneux du Sahara oriental, le Tibesti occupe le nord - nord-ouest du Tchad, avec des prolongements dans le sud de la Libye et le nord-est du Niger (mont Toummo 1 022 m). Deux chaînes de cônes volcaniques, surgis au Tertiaire et au Quaternaire, dominent une série de plateaux étagés, séparés et entaillés de vallées, que l'on appelle enneris . Des sources the […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tibesti/#i_41734

Pour citer l’article

Roger MEUNIER, « TOUBOU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/toubou/