TOPOLOGIETopologie algébrique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Faisceaux

La notion de faisceau fut introduite vers 1950 par J. Leray et H. Cartan pour formaliser un certain nombre de théorèmes de topologie algébrique. Vingt ans plus tard, elle jouait un rôle à peu près nul en topologie ; mais elle fait partie du langage naturel de la géométrie algébrique et de la géométrie analytique (cf. fonctions analytiques Fonctions analytiques de plusieurs variables complexes,géométrie algébrique).

La notion de faisceau

Considérons une application continue p : Y → X et, pour tout ouvert U de X, notons F U l'ensemble des sections de p au-dessus de U, c'est-à-dire l'ensemble des applications continues s : U → Y telles que p ∘ s soit l'application identique de U. Pour U′ ⊂ U, à tout élément s de F U on associe sa restriction s|U′ à U′ ; ce qui définit une application de F U dans F U′. Il est clair que les deux propriétés suivantes sont vérifiées.

a) Si U″ ⊂ U′ ⊂ U et si s est un élément de F U, on a :

b) Si U est la réunion des ouverts Ui, si, pour tout i, si est un élément de F Ui et si, pour tout couple (i, ), on a :

alors il existe un élément s et un seul de F U tel que, pour tout i, on ait s|Ui = si (condition de recollement).

On dit alors que les F U et les applications de restriction forment le faisceau des sections de p. Plus généralement, chaque fois que l'on se sera donné, pour tout ouvert U de X, un ensemble G U et, pour tout U′ contenu dans U, une application de G U dans G U′, que l'on appellera restriction, de façon que les propriétés a et b soit vérifiées, on dira que l'on a un faisceau G de base X.

Exemples

1. Soit p la seconde projection du produit A × X ; le faisceau des sections de p est encore appelé le faisceau des fonctions continues à valeurs dans A.

2. Soit X une variété différentiable et soit p la projection de l'espace tangent à X ; une section, au-dessus de U, du faisceau F associé à p est un champ de vecteurs défini sur U.

3. Les deux exemples précédents sont donnés comme des faisceaux de sections d'une application p à valeurs dans X ; il n'en est pas toujours ainsi. Asso [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  TOPOLOGIE  » est également traité dans :

TOPOLOGIE - Topologie générale

  • Écrit par 
  • Claude MORLET
  •  • 4 363 mots
  •  • 3 médias

Les notions de continuité et de limite ont une origine intuitive et l'on se propose d'analyser ici cette intuition. Considérons, par exemple, la description de la tangente T à une courbe telle qu'on la trouve dans les manuels classiques de géométrie élémentaire : Si M varie sur Γ, la corde M0M varie continûment et, si M tend vers M0, la corde M0M a une pos […] Lire la suite

PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2016

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 084 mots
  •  • 3 médias

Le prix Nobel de physique 2016 distingue les travaux de trois théoriciens , pour la description de nouveaux états quantiques de la matière et des transitions de phase qui mènent à ces états. Les trois physiciens, David J. Thouless (né à Bearsden, en Écosse, en 1934 et mort à Cambridge, en Angleterre, en 2019) , John Michael Kosterlitz (né à Aberdeen, en Écosse, en 1942) et F. Duncan M. Haldane (n […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude MORLET, « TOPOLOGIE - Topologie algébrique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/topologie-topologie-algebrique/