CAMPANELLA TOMMASO (1568-1639)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « physiologia » campanellienne

Bien qu'il se soit rangé en 1616 aux côtés de Galilée pour soutenir que l'autorité de l'Écriture ne peut pas être invoquée dans le domaine de la science de la nature, Campanella n'a jamais été un sectateur de Copernic, ni un adepte de Galilée, dont il a critiqué la physique d'inspiration atomiste. Sa propre philosophie de la nature, nourrie de platonisme et de télésianisme, veut rendre compte de la totalité des phénomènes de l'univers sensible – y compris les effets prodigieux consignés dans les ouvrages de magie naturelle d'un G. B. Della Porta (1535 ?-1615) – à partir de quelques principes fondamentaux : d'une part, la triade physique chaleur-froid-matière reprise à Telesio, complétée par une âme du monde réglant le jeu des forces cosmiques ; d'autre part, la triade métaphysique puissance-sagesse-amour, qui fonde le « pansensisme » campanellien. D'après la doctrine du sens des choses, tout être créé a été doté par Dieu d'un degré plus ou moins vif de sensus par quoi, se connaissant d'abord et connaissant ensuite les choses qui l'affectent en bien ou en mal, il peut assurer sa propre conservation. La connaissance de cette fin à laquelle sont ordonnés tout mouvement et tout repos observables dans le monde conditionne l'intelligibilité de l'ensemble des opérations naturelles, en même temps qu'elle rend celles-ci homogènes au regard du discours scientifique : démarche qu'illustre la mise en cause radicale de la distinction traditionnelle entre causes manifestes (accessibles à la raison) et causes occultes (par essence inintelligibles). Et si, ce faisant, Campanella accepte comme réelles et donc « sauvables » rationnellement les fables les plus grossières de la magie, c'est au nom d'un projet d'explication physique unitaire dont on retrouve l'équivalent, toutes choses égales par ailleurs, chez un tenant de la science nouvelle comme Descartes (cf. De sensu rerum et magia, Francfort, 1620).


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAMPANELLA TOMMASO (1568-1639)  » est également traité dans :

LA CITÉ DU SOLEIL, Tommaso Campanella - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 218 mots

Les réserves, voire l'aversion, qu'éveille l'utopie totalitaire proposée par le dominicain calabrais Tommaso Campanella (1568-1639) tranchent étrangement avec l'admiration que suscitent le courage et la détermination dont il fit preuve dans les effroyables prisons où s'écoula la plus grande partie de sa vie e […] Lire la suite

UTOPIE

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE, 
  • Joseph GABEL, 
  • Antoine PICON
  •  • 12 030 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Convergences et distances »  : […] L'acte fondateur de l'utopie, sous sa forme moderne, se situe en 1516, date de parution de l'ouvrage éponyme de l'homme politique anglais Thomas More (1478-1535). Avec cette fiction consacrée à la description de l'île et des habitants d'Utopie, More jette les bases de ce qui va devenir très vite un genre littéraire à part entière. Jusqu'à l'aube de l'ère industrielle, l'utopie renvoie à une catégo […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel-Pierre LERNER, « CAMPANELLA TOMMASO - (1568-1639) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tommaso-campanella/