CONJONCTIF TISSU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Anatomie pathologique

On peut schématiquement considérer trois types fondamentaux d'altération du tissu conjonctif : des infiltrations, des dégénérescences structurales ou biochimiques des éléments normaux, des nécroses massives d'un territoire conjonctif. En pratique, les altérations conjonctives habituellement les plus observées sont les suivantes :

– Les infiltrations peuvent être le fait de diverses substances. L'œdème, infiltration par l'eau, est extrêmement fréquent et de causes variables. Dans le myxœdème, il y a infiltration par une substance mucoïde. Dans l'emphysème interstitiel, la substance infiltrante est l'air ou un gaz. L'infiltration peut être le fait de certaines protéines (amyloïde, fibrinoïde, hyaline), de lipides (graisse neutre, cholestérine), ou de substances minérales (infiltration calcaire). La matière infiltrante apparaît parfois comme inerte et ne provoque pas de modifications appréciables des éléments normaux. Après disparition de l'infiltration, le tissu réapparaît avec ses caractères habituels.

– Au niveau du tissu conjonctif, les stades fondamentaux de la réaction inflammatoire se déroulent avec une particulière netteté : vasodilatation, exsudation plasmatique, diapédèse de polynucléaires neutrophiles, puis de cellules mononucléaires (lymphohistiocytes), ce qui entraîne la formation d'un granulome inflammatoire (tissu de granulation, tissu de bourgeonnement). L'inflammation est essentiellement une réaction pathologique du tissu conjonctif.

– La formation de tissu de bourgeonnement est le processus fondamental dans la réparation des plaies et dans les réactions vis-à-vis des corps étrangers et des transplantations d'organes ou de tissus. Ce tissu est riche en capillaires sanguins néoformés et en cellules de type histio-lymphocytaire. Les réactions immunologiques y sont très importantes. À la formation de ce tissu fait souvent suite une réaction fibreuse. L'apparition de fibroblastes et la production de collagène conduit à la formation de fibrose cicatricielle.

La pathologie du tissu conjonctif es [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, de l'Académie de médecine, professeur honoraire à la faculté de médecine de Lyon

Classification

Autres références

«  CONJONCTIF TISSU  » est également traité dans :

ADIPEUX TISSU

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 333 mots

Tissu conjonctif dans lequel les fibrilles de précollagène ne forment qu'un mince réseau enserrant des lobules graisseux et dans lequel la microvascularisation est bien développée ainsi que l'innervation. Le tissu adipeux a pour cellules des fibrocytes et des histiocytes. Ces derniers ont la particularité de pouvoir se charger de lipides, dispersés en phase aqueuse. Une large enclave formée de tri […] Lire la suite

APONÉVROTIQUE TISSU

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 271 mots

Tissu conjonctif fibreux constitué de plusieurs plans de fibres collagènes. Celles-ci sont parallèles entre elles dans un plan donné, mais d'un plan à un autre l'orientation des fibres est entrecroisée. Ainsi se constitue une trame jouant un rôle mécanique d'enveloppe souple et élastique. Cette enveloppe existe notamment autour d'organes tels que les muscles, dont les dimensions peuvent changer sa […] Lire la suite

ARTICULATIONS

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • André-Paul PELTIER
  •  • 6 078 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Membrane synoviale »  : […] La membrane synoviale forme, avec la capsule qu'elle double sur son versant articulaire, un « manchon » qui limite la cavité articulaire en reliant entre elles les extrémités osseuses, sur lesquelles elle se termine au niveau de la limite du cartilage de recouvrement épiphysaire. La membrane synoviale, comme l'os ou le cartilage, représente une forme différenciée de tissu conjonctif. Elle compre […] Lire la suite

CELLULE - L'organisation

  • Écrit par 
  • Pierre FAVARD
  •  • 11 007 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Cellule animale »  : […] Les fibroblastes humains sont les cellules spécifiques du tissu conjonctif comme le derme de la peau, le chorion du tube digestif, les tendons ou la paroi des veines et des artères ; ce sont des cellules isolées qui baignent dans le milieu extracellulaire contenant de nombreuses fibres protéiques de collagène et d'élastine ainsi que des macromolécules complexes – les protéoglycanes – formées de […] Lire la suite

COLLAGÈNE

  • Écrit par 
  • Ladislas ROBERT
  •  • 3 423 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Divers types de collagène »  : […] Déjà chez les Porifera (ou Spongiaires), on retrouve plusieurs types de collagènes, comme les fines fibrilles de collagène intercellulaire, (spongine A), et les grosses fibres, macroscopiquement visibles, qui forment la trame solide de ces animaux que J. Gross, qui les a le premier étudiées, a appelé la spongine B. On trouve des collagènes sous d'autres formes moléculaires et microscopiques dans […] Lire la suite

CONNECTIVITES

  • Écrit par 
  • Ladislas ROBERT
  •  • 1 752 mots

Dans le chapitre « Historique »  : […] Un pathologiste allemand, Klinge, s'est rendu compte, dès 1920, que les maladies rhumatismales étaient caractérisées non pas par l'affection d'un seul organe bien défini, mais par un système de cellules sécrétant une matrice fibreuse, les tissus conjonctifs. P. Klemperer, aux États-Unis, a repris ce concept et l'a amplifié en regroupant un certain nombre de maladies ayant quelques caractéristiques […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement humain

  • Écrit par 
  • Jacques-Michel ROBERT
  •  • 11 129 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La sénescence humaine normale (eusénescence) »  : […] Le vieillissement normal se traduit d'abord par des changements apparents qui frappent le tissu conjonctif : notamment le derme de la peau et ses annexes : les rides en sont le premier signe, puis la peau devient fine, les vaisseaux sous-cutanés deviennent visibles par transparence. La perte des cheveux (ou calvitie) est aussi un signe de mort cellulaire : leur blanchiment (ou canitie) signe, lui […] Lire la suite

ÉLASTINE

  • Écrit par 
  • William HORNEBECK, 
  • Ladislas ROBERT
  •  • 1 935 mots
  •  • 2 médias

Un tissu animal élastique est défini comme un tissu riche en élastine , possédant de ce fait des propriétés physiques similaires à celles du caoutchouc. Le ligament large de la nuque des ongulés et leurs cordes vocales, l'aorte et les artères pulmonaires de tous les primates sont considérés comme des tissus élastiques. Les tissus élastiques du cartilage de l'oreille et de l'épiglotte sont des fo […] Lire la suite

HISTAMINE

  • Écrit par 
  • Serge BONFILS, 
  • Bernard HALPERN
  •  • 3 686 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Répartition tissulaire »  : […] Chez les Mammifères, l'histamine n'est pas élaborée par un organe particulier ; elle est présente dans tous les tissus en plus ou moins grande quantité. Sa teneur élevée dans les tissus de revêtement cutanéomuqueux, qui sont les plus exposés aux traumatismes, aux infections et aux agressions en général, ainsi que ses puissants effets sur la microcirculation, apportent des arguments en faveur de l' […] Lire la suite

MATRICE INTERCELLULAIRE ou MATRICE EXTRACELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Jacqueline LABAT-ROBERT, 
  • Ladislas ROBERT
  •  • 2 392 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les glycoprotéines de structure »  : […] Des quatre familles de macromolécules, collagènes, élastine, protéoglycannes et glycoprotéines de structure, ce sont ces dernières qui ont été le plus tardivement caractérisées. Cela pour deux raisons : difficulté de leur isolement, absence de constituants caractéristiques. La première glycoprotéine de structure a été isolée à partir du stroma de la cornée, en 1960, par L. Robert : c'est la kérat […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Albert POLICARD, « CONJONCTIF TISSU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tissu-conjonctif/