Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TIERS ÉTAT

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Terme qui désigne, sous l'Ancien Régime, l'ensemble des roturiers, tous les hommes libres (à l'exclusion des serfs) n'appartenant pas aux deux ordres privilégiés (noblesse et clergé). Cette très vaste catégorie sociale, issue de la civilisation féodale, compte, en réalité, des statuts fort divers qui, depuis le Moyen Âge ont évolué différemment selon les régions d'Europe. Le tiers état, affranchi par la Révolution française (celle des Constituants de 1789, non celle de la République de 1793, radicalement populaire), n'est pas « la nation entière moins la noblesse et le clergé » telle que le définit Augustin Thierry (Essai sur l'histoire de la formation et des progrès du tiers état, 1853) ; il en est une partie seulement, composante sociologique d'un ensemble en formation (bourgeoisie-classes moyennes), dont les intérêts, l'idéologie et les comportements sont admirablement résumés dans la formule de M. Homais : « Je suis [...] pour les immortels principes de 89 » (Madame Bovary). Selon les points de vue politiques ou l'axe de la recherche historique (économique et sociale, ou simplement juridique), la disparition du troisième ordre a donné lieu à des interprétations aussi variées que les analyses de la première expérience révolutionnaire des Temps modernes.

En tant qu'ordre, le tiers état est l'un des éléments de la constitution coutumière régissant la hiérarchie et les rapports de pouvoir dans la France monarchique. Un bilan institutionnel sommaire, portant sur le rôle déterminant du tiers dans la formation du nouveau système d'organisation, met en évidence à la fois les supports sociaux du centralisme et la transmission de certains traits politiques au-delà de la Révolution.

L'histoire du tiers état est d'abord liée à la renaissance progressive des villes, opposant parfois, dès la fin du xie siècle, à la relative stagnation économique de la féodalité rurale le dynamisme des marchands et artisans. L'extrême variété est la règle dans l'aménagement de ces communes médiévales, en relations tantôt étroites (ville de bourgeoisie ou de prévôté) et tantôt lâches (commune jurée) avec les seigneurs. Ces municipalités ont eu ainsi à conquérir des statuts plus ou moins autonomes, qui sont en bien des cas le point de départ de prérogatives (justice, police, finances) exercées par des agents nommés ou des fermiers. Pourtant, au xviiie siècle, la commune est une institution politiquement morte, n'étant plus qu'une circonscription dans le vaste dispositif administratif territorial dont les intendants, désignés par le roi, sont les maîtres. En fait, depuis Louis XIV surtout, qui a assaini par des moyens énergiques les finances des villes, le pouvoir royal tient bien en main l'organisation urbaine. La tutelle administrative, encore dénoncée de nos jours, témoigne, sous l'Ancien Régime, de l'inaptitude du tiers état à promouvoir en France le self-government, tant admiré par les libéraux anglomanes au xixe siècle.

Même constat sur le plan des instances de négociation ou de discussion avec le roi : assemblées d'ordres, de notables, états particuliers, états généraux. Issues des anciennes pratiques féodales liant l'imposition au consentement des assujettis, ces assemblées vont perdre en France leur importance politique (au rebours de la pratique anglaise), la monarchie ayant peu à peu conquis le droit souverain d'imposer. Comparé au clergé qui, lui, a su faire barrage au fisc par une organisation perfectionnée (assemblées, agence du clergé de France), le tiers état semble, à première vue, fort désarmé vis-à-vis de l'État. Mais l'apparente déchéance institutionnelle du tiers, tellement favorable aux progrès de l'administration royale dans les domaines aussi essentiels que le pouvoir communal ou l'impôt, trouve explication[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Pierre LEGENDRE. TIERS ÉTAT [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ORDRES DANS L'ANCIEN RÉGIME

    • Écrit par
    • 1 064 mots

    Les trois ordres, ou états selon la formule médiévale (clergé, noblesse, tiers état), abolis par la Révolution dès 1789, représentaient une classification idéale des rapports socio-politiques, traditionnelle en Europe depuis la stabilisation du régime féodal (xiie-xiiie s.). Cette...

  • RÉVOLUTION FRANÇAISE

    • Écrit par et
    • 29 554 mots
    • 3 médias
    ...future assemblée ; le débat permet de faire apparaître la volonté des principaux représentants des deux premiers ordres de garantir leur prééminence, avant que le roi ne propose le doublement des députés du tiers et n'impose des élections totalement ouvertes parmi les membres du clergé et de la noblesse,...
  • RICHELIEU ARMAND JEAN DU PLESSIS cardinal duc de (1585-1642)

    • Écrit par
    • 3 044 mots
    • 1 média
    Richelieu acceptait la division traditionnelle de l'État en trois ordres : clergé, noblesse et tiers état (celui-ci comprenant à la fois les officiers, les professions libérales, les commerçants et le peuple), mais il fallait que chacun remplît les devoirs de sa charge et que personne n'empiétât sur...
  • SAINT-SIMON CLAUDE HENRI DE ROUVROY comte de (1760-1825) ET SAINT-SIMONISME

    • Écrit par et
    • 6 027 mots
    • 1 média
    Cette masse avait ci-devant un autre statut, juridique, et portait un autre nom, une autre étiquette, juridique elle aussi : celle de tiers état. Il faut la définir selon son statut véritable, c'est-à-dire économique : c'est la « classe industrielle ». Elle comprend les « industrieux » de toute espèce,...