TIERS ÉTAT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme qui désigne, sous l'Ancien Régime, l'ensemble des roturiers, tous les hommes libres (à l'exclusion des serfs) n'appartenant pas aux deux ordres privilégiés (noblesse et clergé). Cette très vaste catégorie sociale, issue de la civilisation féodale, compte, en réalité, des statuts fort divers qui, depuis le Moyen Âge ont évolué différemment selon les régions d'Europe. Le tiers état, affranchi par la Révolution française (celle des Constituants de 1789, non celle de la République de 1793, radicalement populaire), n'est pas « la nation entière moins la noblesse et le clergé » telle que le définit Augustin Thierry (Essai sur l'histoire de la formation et des progrès du tiers état, 1853) ; il en est une partie seulement, composante sociologique d'un ensemble en formation (bourgeoisie-classes moyennes), dont les intérêts, l'idéologie et les comportements sont admirablement résumés dans la formule de M. Homais : « Je suis [...] pour les immortels principes de 89 » (Madame Bovary). Selon les points de vue politiques ou l'axe de la recherche historique (économique et sociale, ou simplement juridique), la disparition du troisième ordre a donné lieu à des interprétations aussi variées que les analyses de la première expérience révolutionnaire des Temps modernes.

En tant qu'ordre, le tiers état est l'un des éléments de la constitution coutumière régissant la hiérarchie et les rapports de pouvoir dans la France monarchique. Un bilan institutionnel sommaire, portant sur le rôle déterminant du tiers dans la formation du nouveau système d'organisation, met en évidence à la fois les supports sociaux du centralisme et la transmission de certains traits politiques au-delà de la Révolution.

L'histoire du tiers état est d'abord liée à la renaissance progressive des villes, opposant parfois, dès la fin du xie siècle, à la relative stagnation économique de la [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TIERS ÉTAT  » est également traité dans :

ORDRES DANS L'ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Pierre LEGENDRE
  •  • 1 065 mots

Les trois ordres, ou états selon la formule médiévale (clergé, noblesse, tiers état), abolis par la Révolution dès 1789, représentaient une classification idéale des rapports socio-politiques, traditionnelle en Europe depuis la stabilisation du régime féodal ( xii e - xiii e s.). Cette répartition juridique en trois groupes, parfois rattachée à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordres-dans-l-ancien-regime/#i_39523

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La victoire des « patriotes » (janvier-juillet 1789) »  : […] L' annonce de la convocation des États généraux s'est accompagnée de la rédaction des cahiers de doléances, qui participent de la mobilisation de tout le pays, puisque leur composition est l'occasion d'une concurrence entre patriotes et aristocrates dans la diffusion de leurs modèles de cahiers. Et s'ils ne remettent pas en cause l'institution mona […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_39523

RICHELIEU ARMAND JEAN DU PLESSIS cardinal duc de (1585-1642)

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 3 033 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Misère et révoltes populaires »  : […] Richelieu acceptait la division traditionnelle de l'État en trois ordres : clergé, noblesse et tiers état (celui-ci comprenant à la fois les officiers, les professions libérales, les commerçants et le peuple), mais il fallait que chacun remplît les devoirs de sa charge et que personne n'empiétât sur l'autorité du roi ; avec les habitudes d'alors, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armand-jean-du-richelieu/#i_39523

SAINT-SIMON CLAUDE HENRI DE ROUVROY comte de (1760-1825) ET SAINT-SIMONISME

  • Écrit par 
  • Pierre GUIRAL, 
  • Ernest LABROUSSE
  •  • 6 005 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une société dichotomique »  : […] Saint-Simon présente cette société antithé-tique, dichotomique, qui réapparaîtra dans l'analyse et la propagande socialistes des écoles ou partis du xix e  siècle. Son vocabulaire – comme celui de bien d'autres théoriciens, Marx y compris – flotte d'ailleurs en matière de « classes ». On y voit figurer tour à tour, et dans des sens très voisins, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-simon-et-saint-simonisme/#i_39523

SIEYÈS ou SIEYS EMMANUEL JOSEPH (1748-1836)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 689 mots
  •  • 1 média

Né à Fréjus, fils d'un directeur de la poste aux lettres, Emmanuel Sieyès se voit refuser l'ordination au séminaire de Saint-Sulpice pour manque, au moins apparent, de vocation ; il réussit à se faire ordonner prêtre ailleurs et se retrouve grand vicaire de l'évêque de Chartres en 1787. En janvier 1789, il lance la brochure qui le rend aussitôt cé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sieyes-sieys/#i_39523

Pour citer l’article

Pierre LEGENDRE, « TIERS ÉTAT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tiers-etat/