ORDRES DANS L'ANCIEN RÉGIME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les trois ordres, ou états selon la formule médiévale (clergé, noblesse, tiers état), abolis par la Révolution dès 1789, représentaient une classification idéale des rapports socio-politiques, traditionnelle en Europe depuis la stabilisation du régime féodal (xiie-xiiie s.). Cette répartition juridique en trois groupes, parfois rattachée à la transmission d'un symbolisme ésotérique, organisait une division des tâches et la reproduction indéfinie des statuts sur la base de croyances sacralisant le pouvoir, les hiérarchies établies et l'histoire elle-même. Les commentateurs classiques, tel C. Loyseau au début du xviie siècle, voyaient dans le système un agencement divin. Les Occidentaux ont largement utilisé leur fonds religieux pour distinguer « l'en-haut » aristocratique, composé de ceux qui prient ou combattent (oratores, bellatores), de « l'en-bas » roturier, encore appelé le commun, où se classent tous les hommes libres travaillant de leurs mains (laboratores), à l'exclusion des serfs formant une catégorie à part. D'autres cultures ont connu des différenciations comparables, dont la théorie peut être plus complexe et la nature plus radicalement ségrégationniste (castes) ; en chaque cas, la religion joue un rôle essentiel pour fixer le sens des démarcations. Au xviiie siècle, en France, la sécularisation avancée des institutions, les changements économiques et le progrès des idéaux égalitaires avaient rendu caduque la distinction fonctionnelle des ordres.

D'après le droit, ceux-ci se différencient à de nombreux points de vue. Ainsi, les successions, le régime des mineurs varient selon la qualité des personnes ; de même, les biens ecclésiastiques, en principe inaliénables, sont soumis à des règles particulières. Plus remarquable est la disproportion entre statuts fiscaux, les privilèges immémoriaux des deux premiers ordres ayant perpétué l'infériorité des roturiers, par ailleurs écartés de certains emplois supérieurs dont l'exercice suppose la noblesse. La conquête de tels avantages, auxquels s'ajoute le prestige accordé par tradition culturelle aux fonctions sublimes (donc refusé aux fonctions inférieures du monde marchand), devait être un puissant stimulant à l'ascension du tiers état, rendue possible grâce aux règles qui faisaient communiquer les ordres entre eux.

Cette perméabilité des frontières s'explique par le système lui-même et par les stratégies sociales. Puisque le mariage était interdit aux clercs, le clergé ne pouvait se recruter qu'en puisant dans les deux autres ordres. L'immense fortune ecclésiastique était dès lors l'enjeu d'une compétition, arbitrée par la monarchie qui s'autorisait de son concordat (signé avec le pape en 1516) pour sélectionner les candidats aux bénéfices ; au xviiie siècle, la noblesse avait ainsi conquis la plupart des évêchés, abandonnant à la roture le bas-clergé. Mais cette noblesse, juridiquement une, était elle-même articulée sur le tiers état, dont elle absorbait la partie la plus riche par les procédures de l'anoblissement ; par exemple, le fisc avait multiplié les charges anoblissantes, vendues à ces bourgeois enrichis qui poussaient leurs enfants dans la judicature, et cette noblesse dite de robe supplanta en bien des régions la noblesse d'extraction militaire. À l'inverse, il arriva à des nobles, le plus souvent appauvris, de se livrer aux tâches subalternes réservées au dernier ordre ; y avait-il pour eux perte du statut privilégié ? La dérogeance, matière très réglementée, organisa une sorte de statut intermédiaire et protégé, soulignant ainsi jusqu'à la veille de la Révolution que la distinction des trois ordres était progressivement devenue un étiquetage vieilli, servant d'abri à des groupes sociaux beaucoup plus diversifiés qu'à l'époque féodale, mais qui se rapprochent ou se repoussent d'après de nouveaux statuts économiques. La perméabilité des ordres a fini par mettre en évidence des clivages plus modernes, ceux des classes sociales en formation, répartissant riches et pauvres. La ressemblance des modes de vie et surtout l'exemption d'impôts, dont bénéficiaient en fait de nombreux bourgeois, en théorie simples roturiers, grâce à des techniques perfectionnées d'évasion fiscale, avaient fait des ordres une survivance. L'Assemblée constituante de 1789 l'effa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ORDRES DANS L'ANCIEN RÉGIME  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Les ordres de la société »  : […] La société allemande des xvii e et xviii e  siècles est essentiellement une société d'ordres ( Stände ), de statuts où les privilèges correspondent à des fonctions beaucoup plus qu'à des classes, au sens moderne du mot. […] Lire la suite

ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 19 084 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Ancien Régime, forme de société »  : […] Car l'Ancien Régime est tout autant une forme de société qu'un type de gouvernement. C'est même la pérennité relative de sa société qui le caractérise plus exactement que ses formes successives de gouvernement. Pérennité d'ordre d'abord juridique, résumée par la fameuse hiérarchie des trois ordres : noblesse, clergé, tiers état. On peut répéter après tant d'autres que cette subdivision est loin d […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et société

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 5 774 mots

Dans le chapitre « Vitruvianisme et société d'ordres »  : […] Au cours de l'Âge classique, les cités indépendantes, dont Florence avait constitué l'un des exemples les plus achevés, voient progressivement leur influence diminuer au profit des grands États territoriaux comme la France, l'Espagne, l'Autriche ou l'Angleterre. Ce processus s'accompagne d'une transformation en profondeur des rapports entre architecture et société. La discipline architecturale ne […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Structures sociales »  : […] Mais de telles différences sont moins graves à une époque où, seule, une faible minorité possède des droits politiques. Dans chaque pays de la monarchie, nous sommes en présence d'une société où les masses paysannes, représentant 90 à 95 p. 100 de la population, sont privées de tout droit politique, et bien souvent de droits civils. Vers 1650, la composition de la diète, expression politique de ce […] Lire la suite

BOURGEOISIE FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Régine PERNOUD
  • , Universalis
  •  • 7 675 mots

Si le mot « bourgeois » apparaît dans les textes dès le xi e  siècle, ce n'est vraiment qu'au xiii e qu'il commence à désigner une classe sociale particulière : celle que forment les détenteurs des fortunes essentiellement mobilières (commerçants, industriels, manieurs d'argent) et les membres des professions libérales. C'est à cette époque aussi que la bourgeoisie, récemment enrichie par le déve […] Lire la suite

CHEVALERIE

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 2 491 mots

Dans le chapitre « Les ordres de chevalerie »  : […] Cette éthique, qui se résout en un ensemble de règles strictement codifiées et dont le mépris entraîne la perte de l'«   honneur », c'est-à-dire l'exclusion du groupe, triomphe dans la conscience aristocratique européenne du xiv e  siècle, la grande époque des romans de chevalerie. C'est en ce temps, précisément, que naissent les ordres de chevalerie, dernière expression d'un mythe social. Les so […] Lire la suite

CORPORATIONS

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 3 421 mots

Dans le chapitre « Rapports avec la religion et les régimes politiques »  : […] L'attitude de l'Église catholique à l'égard des corporations a varié. C'est d'abord une méfiance exprimée dès 832 par l'archevêque Hincmar de Reims, hostile aux aspects païens des banquets de confréries professionnelles – la potacio à caractère de beuverie – et à la nature non chrétienne du lien confraternel. Plus tard, une partie au moins du clergé urbain a tendance à s'appuyer sur les corporati […] Lire la suite

ÉTATS GÉNÉRAUX, France

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 3 096 mots

De 1302 à 1789, l'histoire des états généraux se confond presque toujours avec les crises les plus graves de la vie nationale française : guerre de Cent Ans, troubles religieux du xvi e  siècle, Fronde, Révolution. Mais ces consultations extraordinaires sont très différentes des institutions représentatives modernes. Les états généraux se tiennent sur convocation du roi qui n'a jamais admis de réu […] Lire la suite

FÉODALITÉ

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 5 987 mots

Dans le chapitre « Des conditions économiques et sociales favorables »  : […] Une telle évolution réalisait en vérité l'adaptation des structures politiques aux conditions économiques et sociales de l'époque. Elle se produisit en effet au sein d'un monde rural et cloisonné, où la difficulté des liaisons exaltait l'autorité du chef local, où l'atonie de la circulation monétaire rendait impossible la rétribution des services, si ce n'est par la concession d'un bien foncier. […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 583 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La nation organisée »  : […] Il n'est pas, enfin, jusqu'à l' organisation de la nation qui ne limite considérablement l'omnipotence royale. À défaut de libertés individuelles, au sens moderne du terme – la propriété n'est même pas absolument garantie –, la société française est organisée, hiérarchisée, sans que le roi puisse pratiquement y changer quelque chose. À l'opposé de la réaction individualiste de 1789, l'individu n'e […] Lire la suite

Les derniers événements

27 août 2007 Russie. Arrestations dans l'enquête sur l'assassinat d'Anna Politkovskaïa

Il aurait agi sur les ordres de commanditaires « vivant hors de Russie » qui cherchent à « déstabiliser le pays et à miner l'ordre constitutionnel de la Russie, en vue d'un retour à l'ancien système où tout était décidé par l'argent et les oligarques » – allusion voilée à l'homme d'affaires Boris Berezovski, opposant au régime, qui vit en exil à Londres. […] Lire la suite

1er-28 mai 2003 Irak. La gestion du pays confiée par l'O.N.U. à la coalition américano-britannique

Le 10, l'Organisation des Moudjahidin du peuple, opposants au régime de Téhéran stationnés en Irak, conclut un accord de désarmement avec les forces américaines sur place. Le 14, les corps de centaines de victimes du régime de Saddam Hussein commencent à être exhumés à Hilla, au sud de Bagdad, où plusieurs charniers qui recéleraient au total quelque 15 000 corps ont été mis au jour. […] Lire la suite

13 novembre 1993 Chili. Condamnation des commanditaires de l'assassinat d'Orlando Letelier

Le tribunal de Santiago condamne respectivement à sept et six ans de prison le général à la retraite Manuel Contreras, ancien homme de confiance du général Augusto Pinochet et fondateur de la police politique du régime militaire, la D.I.N.A., et le général Pedro Espinoza, qui dirigeait les opérations de la D.I.N.A. à l'étranger, pour l'assassinat d'Orlando Letelier, ancien ministre des Affaires étrangères du président Salvador Allende, en septembre 1976, à Washington. […] Lire la suite

4-27 mars 1991 Chili. Le rapport de la commission sur la répression durant la dictature dénoncé par le général Pinochet

Le 4, le président Patricio Aylwin présente aux Chiliens le rapport remis le 8 février par la commission officielle « pour la vérité et la réconciliation », formée en avril 1990 et qui a enquêté sur la répression exercée durant la dictature du régime du général Augusto Pinochet, entre 1973 et 1990. Celui-ci recense deux mille deux cent quatre-vingts cas de mort violente avérée et six cent quarante cas réclamant un complément d'informations, mais n'identifie pas les coupables. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LEGENDRE, « ORDRES DANS L'ANCIEN RÉGIME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ordres-dans-l-ancien-regime/