Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DURET THÉODORE (1838-1927)

Grand bourgeois, le Français Théodore Duret était un républicain convaincu. Au cours d'un long voyage autour du monde (1871-1872), en compagnie d'Henri Cernuschi, il visita notamment l'Inde, le Japon, la Chine, et il acquit de nombreuses estampes et des livres illustrés japonais dont il fit don à la Bibliothèque nationale en 1899. Ses livres d'histoire contemporaine sont tombés dans l'oubli, mais sa contribution à la vie artistique de son temps et à la critique d'art demeure.

Collectionneur, ami de Courbet, exécuteur testamentaire de Manet, qui avait peint son portrait en 1868 (offert en 1908 au musée du Petit Palais à Paris), Duret fut l'un des premiers exégètes de l'impressionnisme, avant d'en devenir l'historien. Il consacra des ouvrages à Manet, Whistler, Courbet, Van Gogh, Lautrec, Renoir. Plusieurs de ses livres furent traduits en anglais ou en allemand, et son Histoire des peintres impressionnistes (1906), considérée comme un ouvrage de référence, a connu de nombreuses rééditions. En 1885, il réunit ses principaux articles de critique d'art sous un titre appelé à faire date : Critique d'avant-garde.

Sous le second Empire, Théodore Duret, fils d'un négociant de Cognac, fut à deux reprises candidat de l'opposition aux élections législatives. Il ne devint pas député, mais fut adjoint au maire du IXe arrondissement de Paris, après la défaite de Sedan. Contraint de fuir les exactions de la Commune, il abandonna définitivement l'action politique. Il publia néanmoins un article en faveur de la révision du procès de Dreyfus (1898) et ses convictions républicaines sont demeurées inébranlables.

Duret s'est intéressé très tôt à la peinture. Il rencontre en 1862 Corot et Courbet, hôtes de l'un de ses cousins en Saintonge, puis Manet, à Madrid en 1865. L'Exposition universelle de 1867 lui donne l'occasion de publier sa première contribution notable à la critique d'art : Les Peintres français en 1867. Dans son « Salon » de 1870, il précise qu'il délaissera en partie les artistes renommés pour se « consacrer aux débutants, à ceux qui sont encore contestés ou incompris ». Quelques années plus tard, il prend la défense des impressionnistes, des « nouveaux venus » promis à un bel avenir.

Duret publia en 1878 Les Peintres impressionnistes, la première étude d'envergure sur les traits saillants de cet art raillé par le public et par de nombreux critiques. Il y exprime l'une des observations qui fondent son militantisme critique : la peinture « est un des arts les moins facilement accessibles à la foule ». Le rôle du critique est donc d'expliquer les qualités qu'il discerne, afin d'aider les amateurs de bonne volonté à les percevoir à leur tour. Ainsi, lorsque l'art est de son temps, c'est-à-dire nouveau, la critique est d'avant-garde par rapport au public qui manifeste une « répulsion instinctive » devant toute innovation.

Le projet de Duret, voué à modifier la réception des œuvres par le plus grand nombre, était une entreprise de longue haleine. Inscrite dans le présent, son action visait à préparer l'avenir. À cette fin, Duret développa une stratégie d'ensemble. Il ne se contenta pas d'écrire. Il collectionnait, conseillait les amateurs, aidait les artistes, suivait et expliquait leur évolution. Il participa ainsi pleinement au succès des peintres qu'il appréciait. Celui-ci acquis, Duret abandonna la critique pour se consacrer à l'histoire de l'art et des artistes dont il avait contribué à faire reconnaître les talents.

Les textes de Duret, notamment ses critiques d'art, ne sont nullement de simples documents historiographiques. Écrits par un témoin de la première heure, ils expriment une sensibilité aux qualités de « la peinture en soi » dont l'intensité, liée[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ABSTRAIT ART

    • Écrit par Denys RIOUT
    • 6 716 mots
    • 2 médias
    ...maints amateurs sincères ne voyaient littéralement pas les « motifs » transcrits sur leurs toiles par les peintres impressionnistes, le critique Théodore Duret défend jusqu'aux ultimes limites alors concevables l'absolue indépendance de l'image et de la peinture. Son article consacré à Whistler...
  • ART (L'art et son objet) - Le faux en art

    • Écrit par Germain BAZIN
    • 6 715 mots
    ...Peut-on se fier, au moins, à l'appartenance à une collection célèbre ? Celui qui, dès la première heure, avait défendu par sa plume les impressionnistes, Théodore Duret, après avoir vendu en 1894 la belle collection qu'il avait réunie de leurs tableaux, se mit à fournir de fausses authentifications de leurs...
  • CERNUSCHI MUSÉE, Paris

    • Écrit par Alain THOTE
    • 1 469 mots

    Italien d’origine et personnalité d’exception, Henri Cernuschi (1821-1896) est né à Milan dans une famille aisée. Il fut tour à tour – et parfois dans le même temps – révolutionnaire luttant pour l’unité de son pays, banquier visionnaire, collectionneur et généreux mécène. Proscrit à la fois par les...

  • CRITIQUE D'ART EN FRANCE AU XIXe SIÈCLE

    • Écrit par Christine PELTRE
    • 6 622 mots
    • 5 médias
    ...période est féconde et permet à la critique de reformuler ses enjeux. De nouvelles figures en dessinent le profil, parmi lesquelles celle de Théodore Duret (1838-1927), qui se distingue sans tapage par une traduction simple des œuvres, prenant clairement position dans Critique d'avant-garde (1885)....

Voir aussi