Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

THÉÂTRES DU MONDE La tradition chinoise

La modernisation

À l'intérieur de la tradition, les innovations étaient permanentes : le Yueju de Shanghai ne date que du xxe siècle et l'opéra de Pékin avec ses caractères propres ne remonte qu'au milieu du xixe. L'opéra cantonais est le premier, dès les années vingt, à avoir adopté des airs et des instruments occidentaux (on y utilise le violon et le saxophone, on y trouve l'influence du jazz dans certaines chansons) et à avoir adapté des pièces occidentales, en s'inspirant de films, comme l'histoire de Robin des Bois. Sans parler des motifs politiques, les opéras créés pendant la révolution culturelle, même s'ils font des emprunts au théâtre traditionnel, lui sont trop opposés pour le supplanter ; il s'agit plutôt de la création d'un genre théâtral nouveau : le grand spectacle de propagande politique.

La création d'un théâtre chinois moderne sur le modèle de l'Occident date du début du siècle, quand des étudiants chinois à Tōkyō ont monté un acte de La Dame aux camélias. Ce groupe, la Société des saules, revenu en Chine après la Révolution de 1911, a introduit des pièces occidentales ; son plus grand succès était tiré de La Case de l'oncle Tom. Ce théâtre parlé (huaju) s'est développé après le Mouvement du 4 mai 1919 et la pièce qui a eu la plus grande influence fut La Maison de poupée d'Ibsen. Tian Han et Hong Shen furent les deux dramaturges les plus importants de cette première période. Mais ces pièces modernes étaient trop bavardes, pas assez dramatiques, et il faudra attendre les années trente avec les œuvres de Cao Yu pour que le théâtre chinois moderne s'implante dans la vie culturelle. Le théâtre grec et O'Neill furent les deux grandes influences que subit Cao Yu : L'Orage est une adaptation de l'histoire de Phèdre dans la Chine moderne ; le dernier acte de À l'état sauvage est copié de The Emperor Jones. Si bien que la Chine se mettait à l'école de l'Occident exactement à l'époque même où Brecht et Artaud cherchaient à renouveler le théâtre occidental en s'inspirant de la tradition de l'Extrême-Orient.

— Jacques PIMPANEAU

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Pour citer cet article

Jacques PIMPANEAU. THÉÂTRES DU MONDE - La tradition chinoise [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Opéra de Pékin - crédits : Philippe Wang/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Opéra de Pékin

Personnage féminin du théâtre chinois - crédits : J. Q./ Shutterstock

Personnage féminin du théâtre chinois

Théâtre chinois - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Théâtre chinois

Autres références

  • AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

    • Écrit par Jean DERIVE, Jean-Louis JOUBERT, Michel LABAN
    • 16 566 mots
    • 2 médias
    Au théâtre, sans doute plus anciennement implanté qu'en Afrique francophone, J. P. Clark exprime un sentiment tragique de l'absurde, tandis que Wole Soyinka mêle anglais et pidgin, tradition dramatique yoruba et techniques scéniques occidentales pour évoquer, par un symbolisme nuancé, le conflit de...
  • BIRMANIE (MYANMAR)

    • Écrit par Denise BERNOT, Pierre-Arnaud CHOUVY, Renaud EGRETEAU, Universalis, Bernard Philippe GROSLIER, Jean PERRIN
    • 31 961 mots
    • 18 médias
    En prose, les genres se multiplient, notamment dans le domaine du théâtre ; le drame populaire, qui existait depuis longtemps, est maintenant écrit : c'est le pya'zaq ; les auteurs sortent de l'anonymat et parfois atteignent la célébrité. En même temps, le drame de cour connaît un très...
  • CARAÏBES - Littératures

    • Écrit par Jean-Pierre DURIX, Claude FELL, Jean-Louis JOUBERT, Oruno D. LARA
    • 15 575 mots
    • 4 médias
    ...Pourtant la situation linguistique d'Haïti reste commandée par l'analphabétisme massif : 10 p. 100 seulement des Haïtiens peuvent maîtriser le français. Les écrivains ont cherché à conquérir un public en donnant au créole un rôle plus important, notamment au théâtre. Ce théâtre en créole adapte des chefs-d'œuvre...
  • CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

    • Écrit par Maxime KALTENMARK, Michel SOYMIÉ
    • 7 060 mots
    • 2 médias
    ...sans oublier les encyclopédies journalières et les almanachs. Les œuvres d'imagination sont le roman (lu ou entendu de la bouche des conteurs) et le théâtre, ce dernier surtout. Toutes les œuvres romanesques ou théâtrales n'ont pas, bien entendu, un rapport direct avec la religion, mais les plus goûtées,...
  • Afficher les 17 références

Voir aussi