Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

THÉÂTRES DU MONDE La tradition chinoise

Les différences entre les genres

Sans revenir sur son développement historique, le théâtre chinois se diversifie suivant les régions et, à l'intérieur d'une même province, suivant son degré d'élaboration.

Si la technique théâtrale et le répertoire sont en gros partout identiques, chaque province a son ou ses dialectes, qui marquent le théâtre local, même si le parler de la scène diffère du langage ordinaire. Certains styles musicaux se sont répandus à travers toute la Chine, mais chaque province a inclus, au moins dans certaines pièces, des mélodies populaires locales ; et la même musique prend une résonance différente suivant les régions, car la composition de l'orchestre varie légèrement et, même si le violon à deux cordes accompagne maintenant la plupart des parties chantées, il en existe plusieurs sortes, dont la caisse de résonance varie et qui donnent des sons plus ou moins aigus. Certaines régions comme le Sichuan et le Fujian ont aussi conservé dans certaines pièces des mélodies qui remontent à une époque reculée. Les costumes ont également des caractéristiques locales : par exemple, l'opéra cantonais préfère les couleurs vives et les paillettes scintillantes, alors que l'opéra de Pékin rejette ce clinquant. Ce dernier, par opposition aux autres théâtres locaux, est caractérisé par l'importance des ballets guerriers, la diversité des peintures faciales et, pour le chant, l'étirement d'une même syllabe sur plusieurs notes.

À l'intérieur d'une seule province, on a des genres populaires, souvent joués par des amateurs dans les villages, qui ne comprennent que trois types de personnages (hommes, femmes et clowns) et qui utilisent surtout des airs folkloriques locaux. On appelle ce théâtre le « théâtre des chansons pour le repiquage du riz » : très rudimentaire, il ne peut jouer que des pièces simples, surtout des comédies. Avec toute une gradation suivant l'importance des troupes, on a à l'opposé le théâtre professionnel, qui utilise chaque élément de la technique dans sa forme la plus élaborée et qui seul peut mettre en scène les grandes pièces historiques. Le théâtre des provinces du Sichuan et du Guangdong, celui de la région de Wuhan et, si on tient compte du fait qu'il est entièrement joué par des femmes et exclut donc les pièces guerrières mais excelle dans les pièces d'amour, le Yueju de la région de Shanghai sont les plus importants ; mais le plus célèbre est l'opéra de Pékin, qui a fortement influencé les autres opéras locaux au xxe siècle.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Pour citer cet article

Jacques PIMPANEAU. THÉÂTRES DU MONDE - La tradition chinoise [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Opéra de Pékin - crédits : Philippe Wang/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Opéra de Pékin

Personnage féminin du théâtre chinois - crédits : J. Q./ Shutterstock

Personnage féminin du théâtre chinois

Théâtre chinois - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Théâtre chinois

Autres références

  • AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

    • Écrit par Jean DERIVE, Jean-Louis JOUBERT, Michel LABAN
    • 16 566 mots
    • 2 médias
    Au théâtre, sans doute plus anciennement implanté qu'en Afrique francophone, J. P. Clark exprime un sentiment tragique de l'absurde, tandis que Wole Soyinka mêle anglais et pidgin, tradition dramatique yoruba et techniques scéniques occidentales pour évoquer, par un symbolisme nuancé, le conflit de...
  • BIRMANIE (MYANMAR)

    • Écrit par Denise BERNOT, Pierre-Arnaud CHOUVY, Renaud EGRETEAU, Universalis, Bernard Philippe GROSLIER, Jean PERRIN
    • 31 961 mots
    • 18 médias
    En prose, les genres se multiplient, notamment dans le domaine du théâtre ; le drame populaire, qui existait depuis longtemps, est maintenant écrit : c'est le pya'zaq ; les auteurs sortent de l'anonymat et parfois atteignent la célébrité. En même temps, le drame de cour connaît un très...
  • CARAÏBES - Littératures

    • Écrit par Jean-Pierre DURIX, Claude FELL, Jean-Louis JOUBERT, Oruno D. LARA
    • 15 575 mots
    • 4 médias
    ...Pourtant la situation linguistique d'Haïti reste commandée par l'analphabétisme massif : 10 p. 100 seulement des Haïtiens peuvent maîtriser le français. Les écrivains ont cherché à conquérir un public en donnant au créole un rôle plus important, notamment au théâtre. Ce théâtre en créole adapte des chefs-d'œuvre...
  • CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

    • Écrit par Maxime KALTENMARK, Michel SOYMIÉ
    • 7 060 mots
    • 2 médias
    ...sans oublier les encyclopédies journalières et les almanachs. Les œuvres d'imagination sont le roman (lu ou entendu de la bouche des conteurs) et le théâtre, ce dernier surtout. Toutes les œuvres romanesques ou théâtrales n'ont pas, bien entendu, un rapport direct avec la religion, mais les plus goûtées,...
  • Afficher les 17 références

Voir aussi