Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

THÉÂTRES DU MONDE La tradition chinoise

Le répertoire

Le répertoire est formé de deux éléments : pièces classiques écrites par de grands écrivains sous les dynasties mongole et Ming et adaptées au cours des âges aux différents styles d'opéra ; épisodes tirés de la littérature populaire, qu'on retrouve dans les romans ou dans les différents genres de la littérature orale. On distingue deux natures de pièces : les pièces littéraires (wenxi), dont le chant forme l'attrait principal, et les pièces guerrières (wuxi), où l'intrigue n'est souvent qu'un prétexte pour des mouvements et des ballets.

À la différence du théâtre occidental, l'amour n'est le ressort que d'un nombre limité de pièces, la plus célèbre étant sans doute Le Pavillon occidental, et plusieurs ne comportent même aucun personnage féminin. Par contre, l'histoire joue un grand rôle et on pourrait raconter toute l'histoire de Chine en mettant bout à bout quelques centaines de pièces, même si les historiens trouvaient à redire sur l'authenticité de certains faits ou de certains personnages. Une partie du répertoire est formée d'histoires fantastiques ou mythologiques, comme celle du Serpent blanc ou comme les pièces tirées du Voyage en Occident, dont le Singe est le principal personnage. Enfin, les histoires de brigands et de redresseurs de torts, ou du juge intègre qui finit par démasquer le vrai coupable, sont particulièrement appréciées du public.

Ce répertoire est très moral. Il a créé des archétypes de personnages et de situations qui incarnent les grandes vertus traditionnelles : la fidélité à la patrie et à l'empereur, la piété filiale, la fidélité de la femme, que la séparation ou la mort n'entame pas, le dévouement à une cause ou à l'amitié. Mais le pouvoir officiel a souvent vu d'un mauvais œil ce théâtre, car, même si c'est au nom d'une vertu plus haute que la raison d'État, il défend des personnages devenus bandits d'honneur à cause de l'injustice de fonctionnaires tyranniques ou véreux, il vilipende les ministres traîtres qui par ambition personnelle conseillent mal l'empereur.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Opéra de Pékin - crédits : Philippe Wang/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Opéra de Pékin

Personnage féminin du théâtre chinois - crédits : J. Q./ Shutterstock

Personnage féminin du théâtre chinois

Théâtre chinois - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Théâtre chinois

Autres références

  • AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

    • Écrit par Jean DERIVE, Jean-Louis JOUBERT, Michel LABAN
    • 16 566 mots
    • 2 médias
    Au théâtre, sans doute plus anciennement implanté qu'en Afrique francophone, J. P. Clark exprime un sentiment tragique de l'absurde, tandis que Wole Soyinka mêle anglais et pidgin, tradition dramatique yoruba et techniques scéniques occidentales pour évoquer, par un symbolisme nuancé, le conflit de...
  • BIRMANIE (MYANMAR)

    • Écrit par Denise BERNOT, Pierre-Arnaud CHOUVY, Renaud EGRETEAU, Universalis, Bernard Philippe GROSLIER, Jean PERRIN
    • 31 961 mots
    • 18 médias
    En prose, les genres se multiplient, notamment dans le domaine du théâtre ; le drame populaire, qui existait depuis longtemps, est maintenant écrit : c'est le pya'zaq ; les auteurs sortent de l'anonymat et parfois atteignent la célébrité. En même temps, le drame de cour connaît un très...
  • CARAÏBES - Littératures

    • Écrit par Jean-Pierre DURIX, Claude FELL, Jean-Louis JOUBERT, Oruno D. LARA
    • 15 575 mots
    • 4 médias
    ...Pourtant la situation linguistique d'Haïti reste commandée par l'analphabétisme massif : 10 p. 100 seulement des Haïtiens peuvent maîtriser le français. Les écrivains ont cherché à conquérir un public en donnant au créole un rôle plus important, notamment au théâtre. Ce théâtre en créole adapte des chefs-d'œuvre...
  • CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

    • Écrit par Maxime KALTENMARK, Michel SOYMIÉ
    • 7 060 mots
    • 2 médias
    ...sans oublier les encyclopédies journalières et les almanachs. Les œuvres d'imagination sont le roman (lu ou entendu de la bouche des conteurs) et le théâtre, ce dernier surtout. Toutes les œuvres romanesques ou théâtrales n'ont pas, bien entendu, un rapport direct avec la religion, mais les plus goûtées,...
  • Afficher les 17 références

Voir aussi