Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

THÉÂTRES DU MONDE La tradition chinoise

L'acteur et son public

La formation d'un acteur commence vers sept ou huit ans. Elle nécessite un entraînement très sévère : on commence par apprendre à marcher, à faire des sauts périlleux, puis on passe au chant ; après cette formation de base générale, les qualités propres de l'enfant le destineront plus spécialement à une catégorie de personnages et il se placera alors sous l'égide d'un maître qui lui transmettra son art. Jadis, les écoles théâtrales étaient aidées par des mécènes mais, pour survivre, devaient donner des représentations presque quotidiennes, si bien que l'élève avait l'occasion d'appliquer ses connaissances au fur et à mesure de leur acquisition. Ces écoles étant assez rares, souvent l'enfant était adopté par une troupe ; il y payait son entretien en se livrant à de menues besognes et y apprenait en regardant jouer ses aînés, puis peu à peu tenait des rôles de plus en plus importants. Maintenant, la plupart des écoles sont financées par l'administration et l'enseignement scolaire est parallèle à l'apprentissage. Le côté très artificiel du jeu théâtral fait qu'hommes et femmes peuvent indifféremment jouer des rôles masculins ou féminins ; les femmes avaient d'ailleurs été bannies de la scène par décret impérial aux xviiie et xixe siècles.

À l'heure actuelle, les troupes jouent surtout dans des théâtres permanents, mais jadis la plupart étaient itinérantes ; elles étaient invitées à donner des représentations pour la fête d'un dieu et jouaient en plein air, en face du temple, le spectacle étant une offrande aux divinités payée par la communauté. Dans les grandes villes, il y avait aussi des bazars et des quartiers d'amusement avec un ou plusieurs théâtres où des troupes se succédaient. Dans ces théâtres traditionnels, la scène s'avançait au milieu des spectateurs, elle était surélevée et surmontée d'un baldaquin avec un pilier à chaque coin. Le public s'asseyait le long de tables disposées perpendiculairement à la scène, on y servait du thé et des friandises ; les gens plus huppés qui ne voulaient pas se mêler au commun disposaient de loges sur les côtés.

Théâtre chinois - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Théâtre chinois

Malgré le caractère très sophistiqué de cet art théâtral, le public était très populaire, même les gens qui ne savaient pas lire connaissaient souvent les grands airs par cœur ; des amateurs formaient des clubs et donnaient des représentations pour leurs amis. Mais, à cause de ce côté populaire, beaucoup de lettrés-fonctionnaires méprisaient le théâtre, et les acteurs n'étaient pas mieux considérés que les chanteuses qui tenaient compagnie aux convives dans les restaurants. Mais, à la fin du xixe siècle, la faveur que l'impératrice Cixi accorda aux acteurs, qu'elle invitait fréquemment à venir jouer à la cour, et, au xxe siècle, la création de vedettes par la presse changèrent cette situation.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Pour citer cet article

Jacques PIMPANEAU. THÉÂTRES DU MONDE - La tradition chinoise [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Opéra de Pékin - crédits : Philippe Wang/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Opéra de Pékin

Personnage féminin du théâtre chinois - crédits : J. Q./ Shutterstock

Personnage féminin du théâtre chinois

Théâtre chinois - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Théâtre chinois

Autres références

  • AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

    • Écrit par Jean DERIVE, Jean-Louis JOUBERT, Michel LABAN
    • 16 566 mots
    • 2 médias
    Au théâtre, sans doute plus anciennement implanté qu'en Afrique francophone, J. P. Clark exprime un sentiment tragique de l'absurde, tandis que Wole Soyinka mêle anglais et pidgin, tradition dramatique yoruba et techniques scéniques occidentales pour évoquer, par un symbolisme nuancé, le conflit de...
  • BIRMANIE (MYANMAR)

    • Écrit par Denise BERNOT, Pierre-Arnaud CHOUVY, Renaud EGRETEAU, Universalis, Bernard Philippe GROSLIER, Jean PERRIN
    • 31 961 mots
    • 18 médias
    En prose, les genres se multiplient, notamment dans le domaine du théâtre ; le drame populaire, qui existait depuis longtemps, est maintenant écrit : c'est le pya'zaq ; les auteurs sortent de l'anonymat et parfois atteignent la célébrité. En même temps, le drame de cour connaît un très...
  • CARAÏBES - Littératures

    • Écrit par Jean-Pierre DURIX, Claude FELL, Jean-Louis JOUBERT, Oruno D. LARA
    • 15 575 mots
    • 4 médias
    ...Pourtant la situation linguistique d'Haïti reste commandée par l'analphabétisme massif : 10 p. 100 seulement des Haïtiens peuvent maîtriser le français. Les écrivains ont cherché à conquérir un public en donnant au créole un rôle plus important, notamment au théâtre. Ce théâtre en créole adapte des chefs-d'œuvre...
  • CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

    • Écrit par Maxime KALTENMARK, Michel SOYMIÉ
    • 7 060 mots
    • 2 médias
    ...sans oublier les encyclopédies journalières et les almanachs. Les œuvres d'imagination sont le roman (lu ou entendu de la bouche des conteurs) et le théâtre, ce dernier surtout. Toutes les œuvres romanesques ou théâtrales n'ont pas, bien entendu, un rapport direct avec la religion, mais les plus goûtées,...
  • Afficher les 17 références

Voir aussi