THÉÂTRE OCCIDENTAL L'interprétation des classiques

Une nouvelle idée du classicisme

La période dont nous parlons met en effet en question, au théâtre comme dans la critique littéraire, une certaine idée du classicisme fondée sur l'autorité des anciens, sur la nation, sur la conscience d'une apogée du Grand Siècle, bref, sur une idée scolaire. À travers tout ce mouvement, le Grand Siècle devenu simplement le xvii e siècle s'en est trouvé enrichi, revisité et soudain plus utile à tous parce qu'au lieu de fixer des normes, il donnait enfin des moyens de penser le monde, l'Histoire et le rôle du théâtre dans leur complexité irréductible. C'est là qu'il entrait en phase avec ce qu'est le théâtre, un art de la distance critique et de la contradiction, un moyen de ne pas sortir d'un spectacle avec les mêmes idées qu'en entrant, un vecteur de questions plus qu'un facteur de réponses.

Dans cette relecture du classicisme, il y eut aussi bien sûr le cas de Racine. Depuis le travail de Jean-Louis Barrault en 1942, le théâtre racinien suppose qu'on le représente sous un triple aspect : la force, la poésie et la musicalité de la langue, l'historicisation, enfin l'érotisation, voire la cruauté du désir. Si, durant les vingt-cinq années qui suivirent la Phèdre de Barrault, Racine ne donna lieu qu'à fort peu de mises en scène notables dans la mesure où Jean Vilar, préférant Corneille, avait décrété qu'il était inactuel et que fort peu de contradicteurs allèrent croiser son fer, les représentations de la fin des années 1960 insistèrent sur la cruauté, la subversion politique et l'émergence de la sexualité. On vit dans la fable racinienne de quoi échapper à la « musique racinienne » tant vantée par Proust et aborder violemment la force du désir en jouant sur la plastique des corps, les cris et les incantations. Et déjà, on s'interrogeait sur la manière de dire le vers racinien.

Ce fut donc entre 1971 et 1981, sous l'impulsion d'Antoine Vitez, et à la suite de la querelle universitaire qui opposa les tenants de la Nouvelle Critique (Barthes en particulier) aux tenants de l'érudition (Raymond Picard), que les mises en scène du théâtre racinien renouvelèrent à la fois l'idée qu'on pouvait se faire du classicisme et celle qu'on pouvait avoir de l'auteur qui le symbolisait. Les mises en scène de Vitez ne sont pas, ou pas seulement, des mises en scène formelles : elles entendent dire quelque chose du monde représenté, montrer comment une époque, une société (le xvii e siècle et, dans une certaine mesure, le xx e siècle) utilise le mythe ou l'Histoire pour se dire. Phèdre, par exemple, mis en scène en 1975, représente un corps social auquel tout échappe parce que le pouvoir l'a rendu impuissant ; si bien que ces personnages, que ce corps privilégié et châtré qui s'exprime sur scène n'a pour toute arme que son langage et pour tout horizon que son désespoir infini. Politique, fable et langue tragique sont ainsi profondément noués. Vitez peut alors poser, à travers Racine, à la fois la question de la convention, en l'opposant à celle de la tradition, et la question du désir telle qu'elle peut se formuler au théâtre. Pour lui, le théâtre de Racine est « notre nō français », puisqu'il exacerbe la forme du discours pour donner cette impression d'étrangeté qui surprend et interroge le spectateur, en même temps qu'il dévoile la terrible impuissance des personnages. Parlant, chantant, déclamant, les comédiens surimposent une rhétorique gestuelle à la prosodie pour créer, par un perpétuel effet de surprise, une distance formelle nécessaire à la pensée. Antoine Vitez est allé à la rencontre du texte racinien pour donner une représentation polyphonique et cohérente du passé, d'une forme théâtrale, d'une poésie, mais aussi d'une série de questions philosophiques, dont celle de l'infinitude du[...]

Pour nos abonnés, l'article se compose de 8 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Christian BIET : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Pour citer cet article

Christian BIET, « THÉÂTRE OCCIDENTAL - L'interprétation des classiques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Média

Jean-Pierre Vincent

Jean-Pierre Vincent

Jean-Pierre Vincent

Placer le théâtre au cœur de la cité, cette exigence anime tout le travail de Jean-Pierre Vincent…

Autres références

  • LA PARABOLE OU L'ENFANCE DU THÉÂTRE (J.-P. Sarrazac)

    • Écrit par Hélène KUNTZ
    • 5 507 mots

    La Parabole, ou l'Enfance du théâtre (éd. Circé, Belval, 2002) convie le lecteur à une réflexion ambitieuse sur le théâtre du xx e siècle, et en particulier sur l'œuvre de ces grands parabolistes que sont Claudel et Brecht, mais aussi Kafka, dont Jean-Pierre Sarrazac analyse le théâtre[...]

  • ABSURDE THÉÂTRE DE L'

    • Écrit par Christophe TRIAU
    • 5 717 mots

    Pris dans une acception large et diffuse, « absurde » peut être employé pour caractériser des œuvres littéraires qui témoignent d'une angoisse existentielle, celle de l'individu égaré dans un monde dont l'ordre et le sens lui échappent. Ainsi des romans de Kafka, par exemple. Mais la principale incarnation[...]

  • ACTEUR

    • Écrit par Dominique PAQUET
    • 37 476 mots
    • 2 médias

    Si l' acteur force si souvent le respect ou l'exécration, cela signifie bien qu'il travaille avec les outils les plus précieux de l'humanité en l'homme : le corps et la psyché. Qu'il engendre, par un jeu de métamorphoses, à la fois la familiarité et l'étrangeté, qu'il réfracte l'envers et l'avers[...]

  • ALLEMAND THÉÂTRE

    • Écrit par Philippe IVERNEL
    • 46 271 mots
    • 2 médias

    Alors que l'Allemagne a refait son unité par intégration de l'ex-R.D.A. à la R.F.A., il y a lieu de revoir l'évolution séparée des théâtres ouest-allemand et est-allemand depuis 1945, afin de mieux apprécier leur divergence passée ainsi que leur conjonction présente. Quel fonds commun « germano-allemand[...]

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

    • Écrit par Elisabeth ANGEL-PEREZ, Jacques DARRAS, Jean GATTÉGNO, Vanessa GUIGNERY, Christine JORDIS, Ann LECERCLE, Mario PRAZ
    • 154 929 mots
    • 29 médias
    Le goût populaire avait conservé au théâtre anglais l'aspect moyenâgeux de successions de tableaux, comme dans les mystery plays, de sorte que les unités de temps, de lieu et d'action ne purent pas s'acclimater en Angleterre. Pour différents que soient les auteurs dramatiques qui élevèrent[...]
  • ANTIGONE, Jean Anouilh - Fiche de lecture

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 8 432 mots

    Antigone est une pièce en un acte de Jean Anouilh (1910-1987), directement inspirée des deux tragédies de Sophocle consacrées à la fille d'Œdipe :  Œdipe à Colone (402-401 av. J.-C.) et surtout Antigone (442 av. J.-C.). À sa création, le 4 février 1944 au théâtre de l'Atelier[...]

  • Afficher les 66 références

Voir aussi