TRÉTEAUX THÉÂTRE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au xviie siècle, à Paris notamment, aux carrefours et dans les foires, saltimbanques et charlatans dressent leurs tréteaux : on y montre des tours, on y arrache les dents, on y vend (et vante) des drogues. Des farceurs débitent leurs boniments : ainsi Herpinot, aux Halles, dont on a gardé un discours adressé « aux dames de Paris ». Les plus célèbres de ces farceurs sont deux frères, Mondor et Tabarin, qui, de 1618 à 1625, sont installés place Dauphine sur une modeste estrade. Tabarin y déclame des « fantaisies » pleines de verve et d'érudition, ou échange avec son comparse des répliques plaisantes. D'autres acteurs se joignent à eux parfois, et ainsi s'esquisse une vraie farce. Boileau n'aura que mépris pour ces représentations populaires qui obtiennent un gros succès ; il y renverra le « faux plaisant, à grossière équivoque » : Qu'il s'en aille, s'il veut, sur deux tréteaux monté, / Amusant le Pont-Neuf de ses sornettes fades, / Aux laquais assemblés jouer ses mascarades. Et pourtant, au moins au début du siècle, elles ont d'étroits rapports avec le théâtre « établi » : le trio de farceurs qui assure le triomphe des comédiens du roi, Gros-Guillaume, Gaultier-Garguille et Turlupin, s'inspire de Tabarin. Et de ce théâtre rudimentaire Molière saura se souvenir.

—  Bernard CROQUETTE

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  TRÉTEAUX THÉÂTRE DE  » est également traité dans :

COMMEDIA DELL'ARTE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 2 290 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les troupes et leur répertoire »  : […] Héritières d'une tradition qui remonte aux atellanes et aux pantomimes de la Rome antique, les troupes de la commedia dell'arte sont, à leur origine, presque toutes itinérantes. Vouées au voyage comme les jongleurs, les funambules et les marchands d'orviétan, elles parcourent l'Italie dans tous les sens, soit qu'elles dressent leurs tréteaux sur les places publiques, soit qu'elles trouvent des po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commedia-dell-arte/#i_39300

FARCE

  • Écrit par 
  • Cedric E. PICKFORD
  •  • 1 160 mots

On appelle farces les pièces de théâtre comiques composées du xiii e  jusqu'au xvi e  siècle. On ne les nomme pas comédies parce que, selon les Arts poétiques du Moyen Âge, ce terme s'applique aux poèmes dont le début est triste et la fin plutôt joyeus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/farce/#i_39300

FORAINS & BATELEURS

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 345 mots

À partir du Moyen Âge et jusqu'au milieu du xviii e siècle, les foires ont constitué en Europe l'instrument vital du commerce intérieur et international. Réunissant les changeurs et les correspondants des firmes des grandes cités marchandes, elles attiraient des commerçants ambulants qui, en marge des grandes affaires, fournissaient à la populati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forains-et-bateleurs/#i_39300

MIME ET PANTOMIME

  • Écrit par 
  • Tristan RÉMY
  •  • 2 879 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un langage européen »  : […] Avec la colonisation romaine, la pantomime se répand dans les pays méditerranéens et d'Europe centrale. Les représentations, organisées pour des spectateurs de langues différentes, favorisent le renouvellement et le développement d'un théâtre de gestes compris par le plus grand nombre des habitants des peuples asservis. Après l'effondrement de l'Empire, au sein de structures sociales disparates e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mime-et-pantomime/#i_39300

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 499 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ère du metteur en scène »  : […] Les choses se sont mises à changer à mesure que le metteur en scène prenait le pouvoir. Il lui a fallu plus de temps en France qu'ailleurs pour y parvenir et, d'autre part, les classiques, donc Molière, furent plus souvent que les modernes son cheval de bataille à cause de leur prestige, de leur richesse et... de leur docilité. Un universitaire, Gustave Lanson, et un homme de théâtre, Jacques Cop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moliere/#i_39300

OPÉRETTE

  • Écrit par 
  • Sylvie FÉVRIER
  •  • 2 978 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Au contraire de l'opéra, qui restera toujours plus ou moins élitiste, l'opérette – par son ancêtre, le vaudeville – est issue du pavé de Paris. Au xvii e  siècle, ce pavé de Paris est un spectacle permanent ; jongleurs, montreurs d'ours, acrobates rejoignent de préférence la foire Saint-Germain et la foire Saint-Laurent, où les badauds trouvent t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/operette/#i_39300

TABARIN ANTOINE GIRARD dit (1584-1633)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 497 mots

Célèbre charlatan du début du xvii e  siècle. Les origines de Tabarin restent obscures ; on ignore sa nationalité : quelques passages des œuvres rédigées sous son nom et des satires dont il fut l'objet laissent supposer qu'il était d'origine italienne, peut-être napolitaine, et que son véritable nom était Tabarini. On sait que sa réputation se fit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tabarin/#i_39300

TURLUPIN HENRI LEGRAND dit (1587 env.-1637)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 338 mots

Personnage créé par le comédien Henri Legrand au début du xvii e  siècle. Vers 1615, Henri Legrand joue à l'hôtel de Bourgogne, avec les farceurs Gaultier Garguille et Gros-Guillaume, qui seront longtemps ses partenaires, et auxquels son nom reste associé. Peut-être avait-il auparavant joué en province, ou sur les tréteaux des Halles et du Pont-Ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turlupin/#i_39300

Pour citer l’article

Bernard CROQUETTE, « TRÉTEAUX THÉÂTRE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-de-treteaux/