FUNAMBULES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On appelle funambules les danseurs et danseuses de corde. La danse de corde, sans doute la plus ancienne des spécialités acrobatiques, demeure, des siècles durant, la plus populaire. Elle fait fureur à la fin du xviiie siècle ; elle triomphe sous l'Empire. Il n'est point de fêtes publiques sans le concours de funambules. Les danseurs de corde de la foire Saint-Germain portent spencer (veste courte, ouverte et à revers, s'arrêtant à la taille), culotte collante, col suédois et barrette à plume d'autruche. C'est dans cette tenue qu'apparaîtra l'illustre Blondin, le « héros du Niagara », dont les prouesses émerveillent le public de l'Exposition universelle de 1867. Deux pensionnaires du fameux Nicolet avaient pour élève le comte d'Artois, qui, s'il se révéla un roi fort médiocre, semblait doué pour la danse de corde. « C'est une belle jambe », disait de lui Forioso. Il lança la mode : les jeunes courtisans rivalisaient en ronds de jambe et en pas croisés. La Malaga, Mme Saqui, Adeline Robba, Mme Godeau furent de célèbres funambules. Elles dansaient la sabotière, l'anglaise, la gavotte de Vestris et gravissaient la corde oblique dans la « position de la Renommée ». Au xixe siècle, le fil d'archal (laiton) remplace peu à peu la corde. Selon la tension donnée au câble, les artistes travaillent sur « fil dur » ou sur « fil mou ». Sur fil dur, à grande hauteur, les troupes de fil-de-féristes édifient des pyramides humaines ; les porteurs circulent quelquefois sur un vélo, le balancier posé sur le guidon. Sur fil dur, à deux mètres de hauteur, l'artiste tourne des sauts périlleux, fait des équilibres sur une main, sur la tête, esquisse des pas de danse. Sur fil mou, il jongle, en se tenant sur un pied. Après une série de balancements, il donne au câble une élasticité qui permet, par une brusque détente, la réalisation de sauts remarquables. La pratique du funambulisme est souvent un gage de longévité. Wilhelm Kolter mourut à quatre-vingt-treize ans. Mieux encore que Mme Saqui, Mme Porté, ingambe à quatre-vingts ans, dansait toujours su [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  FUNAMBULES  » est également traité dans :

MIME ET PANTOMIME

  • Écrit par 
  • Tristan RÉMY
  •  • 2 879 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La pantomime romantique »  : […] Vers 1800, on appelle mimes tous les imitateurs quels qu'ils soient. Un danseur simulant une action sur une musique donnée est un mime. Les spectacles et les scènes à figuration nombreuse que donne le Cirque-Olympique et dans lesquels l'équitation constitue le principal intérêt prennent le nom de pantomimes équestres. Un décret napoléonien de 1807 réglementa l'activité et l'exploitation des théâtr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mime-et-pantomime/#i_23220

SAQUI LES (XVIIIe-XIXe s.)

  • Écrit par 
  • Jean BAUDEZ
  •  • 593 mots

En 1791, un Lalanne (d'une famille de bateleurs parisiens) qui tient l'emploi de premier danseur chez Nicolet sous le nom de Navarin le Fameux, présente sa fille Marguerite (1786-1866), alors âgée de cinq ans. Portée à bout de bras, elle se renverse en arrière pour saisir entre ses lèvres une pièce que son père tient entre ses dents. Peu après Lalanne se casse une jambe : il est congédié. Il prend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saqui-les/#i_23220

Pour citer l’article

Jean BAUDEZ, « FUNAMBULES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/funambules/