TAMERLAN, TIMOUR ou TIMŪR LENG dit (1336-1405)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Tamerlan

Tamerlan
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

1300 à 1400. Tamerlan

1300 à 1400. Tamerlan
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 2 médias de l'article


Bien que souvent comparé à Gengiskhan, Tamerlan diffère considérablement du fondateur de l'Empire mongol, car s'il a été comme celui-ci le plus grand conquérant de son temps, s'il a comme lui semé la terreur sur son passage, en revanche il n'a pas créé un État viable, ses nombreuses expéditions ont davantage eu le caractère de raids que d'entreprises conquérantes, et son gouvernement n'a rien apporté d'original aux peuples qu'il a soumis. Musulman pratiquant, il s'est montré d'une cruauté sans égale envers ses coreligionnaires adversaires, au nom de l'orthodoxie, la sienne. Son pouvoir a été fondé sur la force militaire, sur la terreur (le nombre de ses victimes se chiffre par dizaines, sinon par centaines de milliers), sur un système juridico-religieux alliant le yasak de Gengis-khan à la shari‘at musulmane, sur la prééminence des Turcs et non plus des Mongols. Tamerlan n'a su faire ni l'unité politique ni l'unité des hommes au sein de son Empire ; quoique lui-même épris de savoir et de culture, il n'a pu se concilier les tenants des civilisations traditionnelles d'Asie centrale et d'Asie occidentale. Il a laissé un nom dans l'histoire, mais son œuvre, qu'il a dû reprendre sans cesse par manque d'esprit d'organisation, a disparu avec lui qui, pourtant, avait victorieusement conduit son armée turco-mongole de la Volga à Damas, de Smyrne au Gange et à la Haute-Asie.

Tamerlan

photographie : Tamerlan

photographie

Miniature persane du XVIIe siècle représentant Tamerlan en audience. 

Crédits : De Agostini/ Getty Images

Afficher

1300 à 1400. Tamerlan

vidéo : 1300 à 1400. Tamerlan

vidéo

Tamerlan. Émiettement de l'Asie. Peste noire en Europe. Renaissance (Quattrocento) en Italie.L'expansion de la chrétienté européenne subit un coup d'arrêt au XIVe siècle. Frappée par la Peste noire,divisée religieusement entre papes d'Avignon et papes de Rome, en proie à d'interminables... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Des débuts modestes

Timour (l'Homme de fer), surnommé plus tard Lenk (le Boiteux), d'où la déformation occidentale, Tamerlan, est né le 8 avril 1336 à Kesh, au sud de Samarkand, dans une famille d'origine turque que ses biographes officiels ont prétendu faire descendre de Gengis-khan : en fait, il n'a été associé aux Gengiskhanides que par son mariage en 1397 avec la fille du dernier khan de Djaghataï, Khizir Khodja.

La Transoxiane constituait alors une sorte de confédération turque dans laquelle Taragaï, père de Tamerlan, régnait à Kesh. En 1360, la Transoxiane est à nouveau intégrée au Djaghataï par Tughlug Temür, auquel Tamerlan prête hommage ; mais, s'estimant mal récompensé, Tamerlan quitte son pays, s'en va guerroyer en Perse, puis revient en Transoxiane où, associé à Mir Hosseïn, il triomphe du gouverneur djaghataïde et libère la province (1364-1365), dont il ne devient roi qu'en 1370, après de multiples péripéties qui l'ont tantôt rapproché, tantôt éloigné de Mir Hosseïn : celui-ci finit par être vaincu et assassiné. Tamerlan s'est gardé de prendre le titre de sultan (il ne l'a fait qu'en 1388) et a installé au-dessus de lui, mais sans pouvoir, un khan mongol gengiskhanide qui signait les actes officiels et assurait, par son existence, la fiction de la pérennité mongole : en réalité, Tamerlan a substitué une domination turque à une domination mongole.

Les premiers succès de Tamerlan sont dus au fait que les États environnant la Transoxiane, les khanats de Djaghataï, des Ilkhan, du Kiptchak connaissent une désagrégation interne, marquée par des luttes entre prétendants au trône ou par la création de petits royaumes autonomes, sinon indépendants. Il est à noter que les expéditions menées par Tamerlan contre les États voisins se sont presque toujours terminées sans apporter de solution aux problèmes internes, sans instaurer même un nouveau gouvernement ; ces expéditions ont en outre la caractéristique d'avoir été dispersées dans le temps et dans l'espace, apparemment sans esprit de suite ni de continuité : cela explique que les troupes timourides aient eu à intervenir à différentes reprises dans les mêmes territoires, et que les campagnes de Tamerlan ne puissent être classées de façon méthodique.

Les triomphes militaires

De 1370 à 1405, Tamerlan a conduit dans toutes les directions d'incessantes expéditions : vers l'est, de 1370 à 1380, elles ont abouti à la conquête du Khwarezm ; d'autres, menées entre 1370 et 1392 vers le Turkestan oriental et la Haute-Asie, ont eu pour conséquence la destruction de la domination mongole dans ces régions au moment où la dynastie Ming l'anéantit également en Chine ; une autre expédition a lieu en 1398 en Inde, au cours de laquelle la ville de Delhi est détruite et sa population massacrée. Vers l'ouest, plusieurs campagnes (1380-1382, 1382-1383, 1392-1396) se déroulent en Afghanistan et en Perse, marquées notamment par les terribles massacres d'Ispahan en 1387 ; plus au nord, la rivalité entre Tamerlan et le khan du Kiptchak, Toqtamish, donne lieu à maints épisodes de conflit ou de rapprochement (1375, 1385-1386, 1388-1396), Tamerlan semblant avoir eu à l'égard de Toqtamish une attitude tolérante. Plus à l'ouest, l'Iraq, l'Azerbaïdjan, la Géorgie, l'Arménie, l'Anatolie orientale et la Syrie ne sont pas à l'abri des attaques de Tamerlan, qui livre au pillage et au saccage de ses troupes des villes comme Bagdad (1394 et 1401), Malatya, Alep et Damas (1400) où des dizaines de milliers d'habitants sont massacrés et dont les artisans des métiers de luxe ou de la décoration sont déportés à Samarkand, dont Tamerlan veut faire la plus belle ville du monde.

La dernière expédition a lieu en Asie Mineure, contre le sultan ottoman Bayézid Ier, qui est vaincu et fait prisonnier à la bataille d'Ankara (20 juill. 1402) et dont l'Empire est momentanément démembré en Anatolie (cf. Empire ottoman). Alors qu'il se mettait en route pour combattre les Chinois, Tamerlan meurt à Otrar sur le Syr-Daria le 19 janvier 1405 ; il est peu après enterré dans un somptueux mausolée à Samarkand. Son petit-fils Pir Mohammed lui succède pendant une brève période, mais c'est un de ses fils, Shāh-Rokh (1406-1447), qui est son véritable successeur ; celui-ci ne règne en fait que sur un empire divisé, morcelé et réduit.

De son vivant, Tamerlan a fait de Samarkand non seulement la capitale politique de son État, mais aussi un grand centre de commerce, et l'a embellie par la construction de nombreuses mosquées et d'autres édifices, parfois d'inspiration chinoise, mais où la céramique (iranienne surtout) a constitué un élément important du décor. À sa cour ou dans les autres régions ont vécu alors des savants et des lettrés dont il aimait à s'entourer, tels le poète persan Hāfiz, le poète arabe Sa‘d ed-din Taftazanī, le lexicographe Fīrūzābādī et les historiens Sheref ed-din ‘Alī Yezdī, Nizam ed-din Shāmī et Ibn ‘Arabshāh.

—  Robert MANTRAN

Bibliographie

A. Blin, Tamerlan, Perrin, Paris, 2007

L. Bouvat, « Essai sur la civilisation timouride », in Journ. asiatique, 1926 ; L'Empire mongol, deuxième phase, Paris, 1927

R. González de Clavijo, Historia del gran Tamerlán, Séville, 1582

R. Grousset, L'Empire des steppes, Paris, 1939, rééd. Paris, 1969

Ibn ‘Arabshāh, L'Histoire du grand Tamerlan (‘Adjā'ib al-makdūr fī nawā'ib Tīmūr, 1636), trad. P. Vattier, Paris, 1658 ; Tamerlane, or Timur, the Great Amir, trad. J. H. Sanders, Londres, 1936

C. Marlowe, Tamerlan, Albin Michel, Paris, 1977

V. Minorsky, La Perse au XVe siècle, Rome, 1958

Nizam ed-din Shāmī, Zafername, éd. F. Tauer, Prague, 1937-1957, trad. turque N. Lugal, Ankara, 1949

A. d'Ohsson, Histoire des Mongols, 2e éd., Paris, 1852

J.-P. Roux, Tamerlan, Fayard, Paris, 1991

Sheref ed-din ‘Ali Yezdi, Zafername, trad. franç. F. Pétis de La Croix, Paris, 1722.

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I

Classification

Autres références

«  TAMERLAN, TIMOUR ou TIMUR LENG dit (1336-1405)  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Timour le Boiteux et les Timourides »  : […] Peu de temps après, un nouveau conquérant vint mettre fin à l'œuvre commencée. C'était Timour Leng « le Boiteux » ou Tamerlan, qui, se mettant à la tête des hordes turco-mongoles, envahit le plateau de l'Iran, avec le zèle destructeur d'un nouveau Gengis khan. Les Karts résistèrent à Herat reconstruit par leurs soins, mais n'arrivèrent pas à arrêter l'ouragan et périrent avec la ville en 1383. Le […] Lire la suite

ANKARA BATAILLE D' (20 juill.1402)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 205 mots

La victoire de Tamerlan à Ankara (Anatolie) en 1402 sur les Ottomans, dont le sultan Bayézid I er est capturé lors du combat, constitue pour ces derniers un coup d'arrêt temporaire dans leur expansion, offrant par là même un répit d'un demi-siècle aux restes de l'Empire byzantin. Mais, surtout, cette bataille marque l'apogée de la puissance de Tamerlan (1336-1405). Roi musulman de Transoxiane dep […] Lire la suite

BAYÉZID ou BAJAZET Ier (1360 env.-1403) sultan ottoman (1389-1402)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 253 mots

Sultan ottoman né à Edirne vers 1360, mort en mars 1403 à Aksehir, dans l'Empire ottoman. Bayézid I er , surnommé Yildirim (« la Foudre »), fils de Murad I er , annexe de vastes territoires balkaniques pendant les premières années de son règne. Plus tard, la progression des forces vénitiennes en Grèce, en Albanie et à Byzance ainsi que l'expansion de l'influence hongroise en Valachie et dans la B […] Lire la suite

DJAGHATAÏDES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul ROUX
  •  • 703 mots

Dynastie issue du deuxième fils de Gengis khan. L'apanage ( ulus ) de Djaghataï en Asie centrale est d'abord constitué par les steppes de l'Ili, de l'Issiq-Köl, du Tchou et du Talas, puis élargi à la fin du xiii e  siècle pour englober alors la région méridionale du lac Balkach, et les provinces de haute culture sédentaires du Tarim (actuel Xinjiang) et surtout de Sogdiane (ou Transoxiane), avec l […] Lire la suite

GÉORGIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Régis GAYRAUD, 
  • David Marshall LANG, 
  • Kalistrat SALIA
  • , Universalis
  •  • 15 746 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le Moyen Âge et les invasions »  : […] Vers les années 330, la Géorgie devint chrétienne, conversion attribuée à une esclave, sainte Nino. Pendant les trois siècles suivants, la Géorgie subit les conséquences du conflit qui opposait les empires de Perse et de Byzance ; le pays de Lazique, sur la mer Noire, qui comprenait aussi la Colchide antique, fut très étroitement rattaché à Byzance, tandis que l'Ibérie passait sous contrôle irani […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 890 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le sultanat de Delhi »  : […] La menace renaît au xii e  siècle avec les ambitions conquérantes de Muhammad de Ghūr (1163-1206), chef d'un clan afghan qui a supplanté les Ghaznévides. Affronté à la valeureuse résistance des Rajput, fédérés par Prthvī Rāja, dont la geste est entrée dans la légende, il est battu une première fois, mais l'emporte l'année suivante à la bataille de Tarāin (1192). La conquête ghuride, destructrice […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - De Mahomet à la fin de l'Empire ottoman

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 10 444 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La nouvelle expansion musulmane, œuvre des non-Arabes »  : […] La nouvelle vague d'expansion, qui se situe entre le xi e et le xiv e  siècle, n'a pas le caractère spectaculaire de conquête territoriale qu'avaient revêtu les deux premières vagues. Mais d'autres caractéristiques y tiennent une place importante. C'est d'abord le rôle des non-Arabes – Turcs ou Mongols en Orient, Berbères en Occident –, le plus souvent d'origine nomade, et ces nomades ne sont pa […] Lire la suite

ISPAHAN

  • Écrit par 
  • Jean AUBIN, 
  • Universalis
  •  • 2 727 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le dépeuplement »  : […] En 1387 Tamerlan fait châtier exemplairement la ville, qui s'est rebellée contre ses collecteurs d'impôts. La troupe reçut l'ordre de massacrer toute la population mâle et de construire des tours de têtes coupées. L'opération fut soigneusement planifiée. Tandis que des détachements isolaient quelques demeures de privilégiés, chaque unité eut à présenter un nombre de têtes déterminé aux comptables […] Lire la suite

KHĀRAZM-SHĀH

  • Écrit par 
  • Pierre CHUVIN
  •  • 381 mots
  •  • 1 média

Le titre de Khārazm-shāh, « souverain du Khārazm » (région du vaste delta par lequel l'Amou Darya se jette dans la mer d'Aral), a été porté dès avant la période islamique par les représentants de plusieurs dynasties, dont le pouvoir a pu s'étendre bien au-delà de la province ainsi désignée. La gloire des Khārazm-shāh est liée à une ville, Gurgānj (appelée ensuite Urgench, aujourd'hui Kohna Urgench […] Lire la suite

MEHMED ou MEHMET Ier, sultan ottoman (1413-1421)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 302 mots

Sultan ottoman (1413-1421), né en 1387 et mort le 26 mai 1421 à Edirne, en Thrace (Empire ottoman) quatrième fils de Bayezid I er (1360-1403). Après avoir vaincu le sultan ottoman Bayezid I er à la bataille d'Ankara, en juillet 1402, Tamerlan restitue aux Turcs les principautés que les Ottomans avaient annexées et divise le reste de l'Empire ottoman entre trois des cinq fils de Bayezid. Mehmed  […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert MANTRAN, « TAMERLAN, TIMOUR ou TIMŪR LENG dit (1336-1405) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tamerlan-timour-timur-leng/