SURCHARGE COGNITIVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La surcharge cognitive correspond à un état mental où un individu est engagé dans la réalisation d’une tâche extrêmement exigeante pour lui : il ne dispose pas des ressources cognitives suffisantes à une mise en œuvre aisée de cette tâche. Par analogie avec une tâche physique, qui peut être exigeante pour un individu mais pas au point de le faire renoncer d’emblée, une tâche cognitive peut présenter ce niveau d’exigence qui conduit l’individu à mobiliser toute son attention, mais à commettre des erreurs et à prendre beaucoup de temps.

Depuis le début des années 1960, de nombreux travaux ont été consacrés à la surcharge cognitive et celle-ci est devenue un facteur souvent évoqué pour expliquer une détérioration de la performance humaine dans la réalisation de telle ou telle tâche, selon telle ou telle condition. Pendant longtemps cependant, cette notion a été considérée avec une certaine méfiance, d’une part parce qu’on ne parvenait pas à bien la définir, d’autre part parce qu’on ne savait pas bien la mesurer.

L’idée fondatrice en psychologie cognitive selon laquelle les êtres humains disposeraient d’une mémoire de travail à capacité limitée est venue fournir un cadre théorique aux notions de charge et de surcharge. Pour garder des informations actives en mémoire de travail, il faut réactiver régulièrement les traces mnésiques correspondantes. Un temps est nécessaire à la mise en œuvre de ces traitements. Plus un traitement est coûteux ou difficile, plus il nécessite de temps et d’attention pour être réalisé. Pendant ces traitements, les informations maintenues en mémoire de travail ne sont pas rafraîchies et de ce fait leur activation diminue. Si le temps requis pour le traitement est trop long, le niveau d’activation des informations diminue et la réactivation de celles-ci requerra d’importants efforts.

La charge cognitive concerne donc une relation entre une tâche et un individu. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur de psychologie, École supérieure du professorat et de l'éducation, Toulouse

Classification


Autres références

«  SURCHARGE COGNITIVE  » est également traité dans :

APPRENTISSAGE DE L'ORTHOGRAPHE

  • Écrit par 
  • Sébastien PACTON
  •  • 1 956 mots

Dans le chapitre « L’utilisation des connaissances morphologiques »  : […] Des études sur l’utilisation des connaissances morphologiques concernent l’orthographe lexicale (utiliser le mot « lait » pour orthographier le mot « laitage » ou le mot « bavarder » pour orthographier le mot « bavard ») ; d’autres le marquage des accords grammaticaux (ajouter un s pour marquer le pluriel n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apprentissage-de-l-orthographe/#i_57210

PSYCHOLOGIE DU MENSONGE

  • Écrit par 
  • Claudine BILAND, 
  • Jacques PY
  •  • 2 011 mots

Dans le chapitre « Mensonge et fonctions exécutives »  : […] Un courant de recherche récent a porté sur la surcharge cognitive qui accompagne le fait d’avoir à mentir. En effet, si le mensonge active des émotions, il contraint également l’émetteur à un effort cognitif intense. Celui qui ment doit rester concentré sur le mensonge qu’il profère, ne pas se trahir non verbalement, surveiller les réactions de son interlocuteur… Des techniques d’interrogatoire p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-du-mensonge/#i_57210

Pour citer l’article

André TRICOT, « SURCHARGE COGNITIVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/surcharge-cognitive/