SUBORDINATION & DOMINANCE HIÉRARCHIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'intérieur d'un groupe d'animaux peut s'établir une véritable organisation hiérarchique, reposant sur des phénomènes de dominance de certains individus par rapport à d'autres, qui leur sont subordonnés. Ce type d'organisation (dominance-subordination) prend une très grande importance dans de nombreux groupements sociaux de Vertébrés ; il constitue un élément fondamental de leur structure. Il existe également, mais de manière beaucoup moins fréquente, dans les groupements ou les sociétés d'Invertébrés.

Les phénomènes de hiérarchie sociale, découverts dès 1802 par Pierre Huber dans les sociétés de bourdons, ont été étudiés, en ce qui concerne les Vertébrés, d'abord par T. Schjelderup-Ebbe (1922) qui décrivit le comportement des poulets, puis sur la même espèce et sur bien d'autres par W. C. Allee et ses élèves (de 1931 à 1953). De très nombreux travaux portant surtout sur des Vertébrés et en particulier les Mammifères (M.-F. Bouissou et J.-P. Signoret, 1970, D. van Kreveld, 1970, S. M. Richards, 1974), permettent aujourd'hui de bien connaître la nature du phénomène, les facteurs qui déterminent le rang social d'un individu et les conséquences de la hiérarchie pour l'individu, le groupe et l'espèce.

En effet, la hiérarchie sociale reposant sur les relations de dominance-subordination semble avoir une valeur adaptative très importante pour l'espèce, en assurant une solution non violente aux situations de conflit. La majorité des manifestations agressives sont ritualisées, les combats eux-mêmes n'entraînent qu'exceptionnellement des blessures graves.

Il est cependant des cas où le mécanisme de régulation est insuffisant (surpopulation, manque de nourriture). Dans ces situations, le dominé en subit les conséquences et peut être éliminé de l'alimentation ou de la reproduction.

La manière dont la structure hiérarchique résout les situations de conflit ainsi que la tolérance mutuelle observée peuvent varier selon les espèces, en fonction de leur agressivité propre, de leurs exigences alimentaires, de l'espace vital, etc. Mais, dans l'ensemble, les phénomènes de hiérarchie sociale participent de manière fondamentale, dans beaucoup de sociétés animales (non dans toutes, cependant), à l'adaptation qu'exige la vie en groupe.

Le rang social chez les Vertébrés

Relation de dominance-subordination

Dans un groupe de poulets vivant ensemble depuis quelque temps, on n'observe plus de manifestations d'agressivité si le grain donné aux animaux est suffisamment réparti dans l'enclos. Mais si l'on crée une situation de compétition, en plaçant un seul tas de grains devant le groupe affamé, on constate qu'un seul poulet (individu alpha) s'approche aussitôt et se nourrit activement. D'autres se tiennent à proximité, mais ne prennent pas de nourriture. Si quelques graines sont dispersées, un poulet qui en est proche peut s'en saisir, mais l'animal alpha fait un mouvement de menace, ou bien donne un coup de bec à l'intrus ; celui-ci s'éloigne immédiatement et ne rend jamais le coup de bec.

Si l'on enlève le dominant (alpha), on voit immédiatement un autre poulet (bêta) prendre sa place et dominer tous les autres comme le faisait alpha.

En éloignant ensuite successivement l'animal qui est dominant à chaque phase, on constate que sa présence empêchait les autres de manger, ce qui met en évidence la hiérarchie dans le groupe : l'ordre dans lequel les oiseaux se donnent des coups de bec (peck-order d'Allee), ou ordre de préséance (rank-order de W. Etkin), en est le signe.

Il est important de souligner que cette préséance n'est pas soutenue par des combats fréquents ; elle est acceptée par tous. C'est seulement de manière occasionnelle qu'un individu dépasse les limites et reçoit une punition, à laquelle il ne répond que par la fuite. Le plus souvent, il suffit que le dominant se prépare à donner un coup, préparation souvent ritualisée en une menace, pour que l'animal subordonné réagisse d'une manière adaptée. Il s'agit tantôt d'une fuite, tantôt d'une posture de subordination. Ces postures sont propres à chaque espèce : pattes fléchies, tête plus ou moins rentrée dans le corps chez le Poulet, inclinaisons de la tête chez le Lézard Anolis, présentation à l'agresseur d'une partie vulnérable du corps (la gorge chez le Loup, le ventre chez la Souris), avec [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SUBORDINATION & DOMINANCE HIÉRARCHIQUES  » est également traité dans :

COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement social

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 595 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Définition et fonction des hiérarchies »  : […] Il existe généralement une hiérarchie chez les vertébrés formant des groupes sociaux stables, voire chez certains invertébrés tels que les écrevisses ou les blattes. Elle peut être définie par l'accès privilégié à des ressources limitées de certains individus par rapport à d'autres. Ces ressources peuvent être, notamment, de la nourriture, l'accès aux partenaires sexuels ou à certains lieux (un e […] Lire la suite

PRIMATES

  • Écrit par 
  • Bertrand L. DEPUTTE
  •  • 23 057 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Socialisation des jeunes »  : […] Quelle que soit sa durée, la phase d'immaturité se déroule toujours dans un environnement social défini par la structure et l'organisation sociale de l'espèce (ou du groupe), la vitesse de maturation des jeunes, le nombre de jeunes par parturition, et par des paramètres de la reproduction tels que l'intervalle entre les naissances (fonction de la durée de la gestation, de l'aménorrhée post partum […] Lire la suite

PROGÉNITURE, éthologie

  • Écrit par 
  • Rémy CHAUVIN
  •  • 3 554 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La reconnaissance chez les primates »  : […] La mère macaque reconnaît son enfant dès l'âge de 13 jours. On le savait mais on admettait que le jeune ne reconnaît pas sa propre mère avant l'âge de 7 mois. Or, dans ces expériences, le couple mère-enfant était élevé en dehors de la troupe des singes, si bien que les enfants n'avaient pas l'occasion de s'exercer aux comparaisons. Plus tard, Rosenblum et Alpert ont présenté des individus de diffé […] Lire la suite

SOCIOBIOLOGIE (polémique)

  • Écrit par 
  • Jacques RUFFIÉ
  •  • 1 336 mots

Ce texte date du début des années 1980. Il a été rédigé par Jacques Ruffié (1921-2004), hématologue et biologiste, professeur au Collège de France. Ruffié a violemment attaqué la sociobiologie. Ce texte illustre l’intensité de la polémique qui se développe en France après de la publication en 1975 de l’ouvrage de E. O. Wilson, Sociobiology . The N ew S ynthesi s . La sociobiologie est une théorie […] Lire la suite

TERRITOIRE, éthologie

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RUWET
  •  • 2 767 mots
  •  • 4 médias

Dans les différentes classes de Vertébrés, les structures sociales ont évolué sous la pression de deux exigences : d'une part, multiplier les contacts et la coopération entre individus pour la recherche de nourriture, l'utilisation d'abris, la reproduction, l'élevage et la protection des jeunes, ce qui explique la complexité croissante des relations au sein du couple temporaire ou durable, de la […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-France BOUISSOU, Georges LE MASNE, Jean-Pierre SIGNORET, « SUBORDINATION & DOMINANCE HIÉRARCHIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/subordination-et-dominance-hierarchiques/