FLAMBOYANT STYLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Église de la Trinité, Vendôme

Église de la Trinité, Vendôme
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Cathédrale, Exeter, Grande-Bretagne

Cathédrale, Exeter, Grande-Bretagne
Crédits : Xin Yi Chuah/ 500Px/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


On a donné à la dernière période de l'art gothique le nom de flamboyant, tiré des effets particulièrement remarquables qui donnent au réseau des nervures l'apparence onduleuse de la flamme. Quelle que soit la complexité de ces formes, elles se ramènent en fait à un jeu assez simple de courbes et de contre-courbes dont le rôle est d'entraîner le regard du spectateur dans une sorte de danse irrésistible, qui donne un mouvement à toute l'architecture. Le monument, suivant cette conception nouvelle, s'établit sur un rythme à temps multiples fondés sur des repos et des temps forts. Les historiens d'art se sont longuement interrogés pour connaître l'origine en France de ce style qui apparaît dans la dernière décennie du xive siècle. On a pensé au rôle qu'avait pu jouer le style curvilinéaire anglais qui présentait déjà ces jeux savants de courbes et de contre-courbes. Il est difficile de résoudre ce problème, car aucun monument élevé en France n'atteindra aux mêmes effets que les édifices anglais.

Église de la Trinité, Vendôme

photographie : Église de la Trinité, Vendôme

photographie

Église de la Trinité, Vendôme (Loir-et-Cher), la façade, vers 1500. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Cathédrale, Exeter, Grande-Bretagne

photographie : Cathédrale, Exeter, Grande-Bretagne

photographie

Voûtes nervurées de la nef de la cathédrale, Exeter, Grande-Bretagne. Fin XIIIe siècle-XIVe siècle. 

Crédits : Xin Yi Chuah/ 500Px/ Getty Images

Afficher

Un fait n'a jamais été suffisamment mis en lumière, l'existence d'un double courant dans l'architecture flamboyante : dans l'un, le décor prend une extension telle que l'édifice disparaît sous lui (Abbeville) ; dans l'autre, la simplicité s'allie à une rigueur admirable (nef de la Trinité à Vendôme). Quoi qu'il en soit, ce style, qui survivra dans certaines régions jusqu'au xvie siècle, a été l'un des plus féconds et l'un des plus riches de l'art gothique ; et, au moins dans le domaine de l'architecture, la notion d'art flamboyant prend de plus en plus d'importance. Il est certain enfin que cette étonnante éclosion dépasse le cadre trop restreint de l'histoire de l'art : elle correspond en fait à une mutation qu'elle exprime assez fidèlement. La société médiévale, fondée sur des notions collectives, s'écroule pour laisser place à des valeurs individuelles. La philosophie, la littérature au même titre que l'art témoignent de ce nouveau courant qui prépare l'éclosion de la Renaissance.

—  Alain ERLANDE-BRANDENBURG

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FLAMBOYANT STYLE  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Brique et pierre

  • Écrit par 
  • Josiane SARTRE
  •  • 4 582 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines de l'architecture « brique et pierre » »  : […] La brique est un matériau très ancien, fait à partir d'argile, que les hommes utilisèrent d'abord crue, séchée au soleil ; c'est elle que Vitruve loue dans son Traité . Mais la brique cuite était déjà connue dans l'Antiquité, et son emploi était même généralisé dans tout l'Empire romain à partir du ii e  siècle. La porte des Horrea Epagathiana à Ostie en est un exemple significatif. En France, les […] Lire la suite

BLONDEEL LANCELOT (1498-1561)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 440 mots

Comme Coecke à Anvers et Lambert Lombard à Liège ou Van Orley à Bruxelles, Blondeel est le principal représentant de la première Renaissance dans la peinture brugeoise du xvi e  siècle. Franc-maître à Bruges en 1519, il travaille à la décoration de la ville dès l'année suivante, à l'occasion de la « Joyeuse Entrée » de Charles Quint. De fait, la partie décorative tient une grande place dans son œu […] Lire la suite

CATALOGNE

  • Écrit par 
  • Mathilde BENSOUSSAN, 
  • Christian CAMPS, 
  • John COROMINAS, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean MOLAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 22 411 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'architecture civile »  : […] L'art gothique catalan se distingue également des autres écoles de la Péninsule par l'importance de l'architecture civile, qui témoigne de la vitalité des différentes catégories sociales du pays. En ce qui concerne l' art de cour, les particularités de l'époque peuvent être étudiées soit à Barcelone, au Palais royal majeur, où la salle d'apparat du Tinell fut refaite par le maître Guillaume Carbon […] Lire la suite

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 842 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'art flamboyant : 1350-1500 »  : […] La réaction à cette tendance maniériste de l'art gothique devait être vive. Elle prend un caractère particulier en raison de sa liaison étroite avec le pouvoir politique. Celui-ci impose une nouvelle esthétique en faisant appel à une génération d'artistes tous très jeunes. Charles IV à Prague, Charles V à Paris, les papes à Avignon, les Visconti à Milan interviennent directement et définissent une […] Lire la suite

GUY DE DAMMARTIN ou GUYOT (mort en 1400 env.)

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 231 mots

On suppose que Guy de Dammartin était le frère de Drouet de Dammartin, l'architecte de Philippe le Hardi. On le trouve, en effet, occupé à la même époque aux travaux de restauration du Louvre sous la direction de Raymond du Temple. Il exécute avec Jacques de Chartres les statues des ducs de Berry et de Bourgogne et, avec Jean de Saint-Romain, le décor de la voûte de la fameuse vis du Louvre (1365) […] Lire la suite

HRADČANY, quartier de Prague

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 695 mots

Un trait majeur de la beauté et de l'originalité du site de Prague provient de l'ensemble architectural qui domine la ville, à quelque distance du fleuve, et où se groupent palais et églises tandis que de vastes jardins le séparent des autres quartiers. Ce sont les Hradčany (all. Hradschin ), dont le nom rappelle le rôle de forteresse que jouait la colline. Au nord subsistent encore d'anciens remp […] Lire la suite

LIERNE & TIERCERON

  • Écrit par 
  • Maryse BIDEAULT
  •  • 152 mots
  •  • 1 média

Le terme de lierne désigne deux nervures qui viennent s'ajouter aux ogives d'une voûte quadripartite. Les liernes se croisent orthogonalement à la clef de voûte et relient celle-ci au sommet des arcs doubleaux qui séparent chaque travée de voûte et au sommet des arcs formerets placés à la retombée des voûtains, ou quartiers de voûtes, sur les murs latéraux de l'édifice. L'utilisation des liernes s […] Lire la suite

PARIS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BABELON, 
  • Michel FLEURY, 
  • Frédéric GILLI, 
  • Daniel NOIN, 
  • Jean ROBERT, 
  • Simon TEXIER, 
  • Jean TULARD
  •  • 32 092 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Une cité médiévale sous la Renaissance »  : […] Ce n'est qu'avec lenteur que la ville parvint à sortir du marasme de la guerre de Cent Ans. L'expansion économique reprit vers 1450, l'immigration provinciale vers 1500. Dans sa physionomie, Paris ne fut guère influencé par les nouvelles formes de la Renaissance italienne, dont le développement en France est lié aux résidences du roi et de la cour. Aussi le style gothique flamboyant reste-t-il lo […] Lire la suite

PRAGUE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  • , Universalis
  •  • 5 210 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Du roman au flamboyant »  : […] La Bohême étant demeurée en dehors du limes de l'Empire romain, Prague ne s'ouvrit aux influences de la civilisation occidentale qu'à partir de la conversion des Tchèques au christianisme ( ix e et x e  siècles). Les premières constructions de pierre furent des églises dont les trois rotondes qui subsistent encore à Prague doivent représenter le type traditionnel attardé à l'époque de leur const […] Lire la suite

SAINTE-CHAPELLE DE PARIS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christophe MOREAU
  •  • 436 mots

25 avril 1214 Naissance de Louis IX à Poissy. 1226 Couronnement de Louis IX à la mort de son père, Louis VIII. 1234 Fin de la régence de Blanche de Castille, sa mère, le jour de son anniversaire. Il épouse Marguerite de Provence, le 27 mai. 1237 Intronisation de Baudouin II de Courtenay comme empereur latin de Constantinople ; il propose la Sainte couronne d'Épines à Louis IX. 1239 Achat de l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain ERLANDE-BRANDENBURG, « FLAMBOYANT STYLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/style-flamboyant/