GOULD STEPHEN JAY (1941-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'importance de l'histoire des sciences

Fondée sur une relecture des travaux de Darwin, l'œuvre de Gould révèle aussi un réel intérêt pour l'histoire des sciences. Cette dernière apparaît dans nombre de ses ouvrages et le conduit à porter un regard souvent neuf et stimulant sur des textes anciens qu'il aimait fréquenter dans leurs éditions et leurs langues originales. Aux racines du temps (1987) met en évidence la permanence et le rôle en géologie – de Thomas Burnet à Charles Lyell – de deux modèles de la temporalité : temps linéaire, orienté, et temps cyclique. Dans La vie est belle (trad. franç. 1994), Gould intéresse ses lecteurs aux recherches sur l'extraordinaire buissonnement de la faune cambrienne d'invertébrés fossiles des schistes de Burgess (Canada) en relisant l'œuvre de Charles Walcott, un paléontologue américain du début du xxe siècle, qui avait, selon le schéma gradualiste habituel à son époque, voulu reconnaître dans ces êtres les ancêtres des invertébrés actuels. À la suite de nouvelles recherches effectuées sur ces organismes dans les années 1970, Gould soutient l'idée que ces animaux sont aujourd'hui presque tous éteints, et qu'il est vain de chercher un rapport de filiation avec des êtres vivants actuels. Ces êtres – que le peintre Charles Knight avait représentés comme des animaux familiers (crevettes, méduses) nageant au fond des eaux –, une fois reconstitués selon de nouveaux critères, nous apparaissent sous des formes inconnues et singulières. « Les attentes de la théorie colorent si bien notre perception que les idées nouvelles naissent rarement de faits recueillis dans le cadre d'anciennes visions du monde. Il faut attendre que de nouvelles représentations s'imposent pour que les faits puissent être perçus selon une perspective nouvelle », écrivait déjà Gould en 1972. C'est pourquoi l'histoire des sciences est utile à la pratique scientifique elle-même : elle permet de mettre en lumière ces représentations, ces idées préconçues qui « colorent » le r [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeure d'université, directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification


Autres références

«  GOULD STEPHEN JAY (1941-2002)  » est également traité dans :

DARWINISME

  • Écrit par 
  • Dominique GUILLO, 
  • Thierry HOQUET
  •  • 5 494 mots

Dans le chapitre « Signification de la « révolution darwinienne » »  : […] Une fois définies ces cinq thèses, qu'est-ce qu'être darwinien ? Le gradualisme de Darwin a souvent été contesté. Ainsi, Stephen Jay Gould (1941-2002), quoique antigradualiste, ne s'en déclare pas moins profondément darwinien. Peut-on s'accorder autour du couple variation et sélection ? Ou bien le darwinisme est-il non une théorie particulière (réfutable) mais une simple « conception du monde » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/darwinisme/#i_99633

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Vers une vision hiérarchique généralisée  »  : […] On ne peut que souligner, à ce point, l'importance de l'influence intellectuelle exercée par Stephen Jay Gould (1946-2002), penseur puissant et original, bien que fort contesté. « Enfant terrible » de la synthèse, il a bien exprimé dans son œuvre à la fois son attachement à la théorie synthétique et sa volonté de la renouveler en la transcendant. Dès 1980, Gould a proposé une version élargie de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/#i_99633

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 672 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La contribution des données paléontologiques »  : […] Les fossiles susceptibles d'apporter des informations sur les relations entre les embranchements actuels et sur l’origine des plans d'organisation sont essentiellement ceux qui sont compris entre 600 et 500 millions d'années (Ma), ce qui correspond à la fin du Protérozoïque et au Cambrien. Leur exploitation est toutefois rendue délicate du fait de l'existence de lacunes et de la difficulté que po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenie-animale/#i_99633

Voir aussi

Pour citer l’article

Claudine COHEN, « GOULD STEPHEN JAY - (1941-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephen-jay-gould/