GOULD STEPHEN JAY (1941-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le rôle des discontinuités dans l'évolution

Dans son premier grand livre, Ontogeny and Phylogeny (1977), Gould étudie les mécanismes possibles de tels changements discontinus au niveau de l'ontogenèse, c'est-à-dire du développement de l'individu : les phénomènes d'hétérochronie (et notamment la néoténie, c'est-à-dire la rétention, à l'âge adulte, de caractéristiques infantiles ou fœtales) pourraient être une des clés pour comprendre les modalités du devenir phylogénétique : l'homme lui-même pourrait bien être un animal néoténique, dérivant d'un ancêtre du chimpanzé qui n'aurait pas atteint sa forme adulte.

À l'échelle de la macro-évolution, les positions de Gould suscitent un intérêt renouvelé pour le rôle qu'ont pu jouer les extinctions de masse dans l'histoire du monde vivant. On connaît, au cours de cette histoire, au moins cinq extinctions majeures dont il est impossible de rendre compte par l'explication darwinienne de la sélection naturelle et de la concurrence pour la survie. Ainsi, à la limite Crétacé-Tertiaire, les dinosaures ont peut-être été anéantis (selon l'hypothèse des Alvarez) du fait de l'impact d'une comète ou d'un astéroïde de grande taille qui serait entré en collision avec la Terre, il y a quelque 65 millions d'années.

À cet intérêt porté aux phénomènes de discontinuité dans l'histoire du vivant s'associe, d'une part, la critique de la notion d'adaptation – que Gould développe, en collaboration avec Richard Lewontin, dans un article publié en 1979 – et, d'autre part, de celle de la notion de « progrès ». Le devenir des êtres ne saurait être progressif et linéaire car, s'il est régi par les lois biologiques, il l'est aussi par les nécessités et les accidents de l'environnement. Il est par essence historique, soumis aux aléas et aux événements, il n'obéit à aucune nécessité préétablie, il n'est pas prévisible, mais contingent. Plutôt que sur la complexité croissante et la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeure d'université, directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification

Autres références

«  GOULD STEPHEN JAY (1941-2002)  » est également traité dans :

DARWINISME

  • Écrit par 
  • Dominique GUILLO, 
  • Thierry HOQUET
  •  • 5 494 mots

Dans le chapitre « Signification de la « révolution darwinienne » »  : […] Une fois définies ces cinq thèses, qu'est-ce qu'être darwinien ? Le gradualisme de Darwin a souvent été contesté. Ainsi, Stephen Jay Gould (1941-2002), quoique antigradualiste, ne s'en déclare pas moins profondément darwinien. Peut-on s'accorder autour du couple variation et sélection ? Ou bien le darwinisme est-il non une théorie particulière (réfutable) mais une simple « conception du monde » ( […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 096 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Vers une vision hiérarchique généralisée  »  : […] On ne peut que souligner, à ce point, l'importance de l'influence intellectuelle exercée par Stephen Jay Gould (1946-2002), penseur puissant et original, bien que fort contesté. « Enfant terrible » de la synthèse, il a bien exprimé dans son œuvre à la fois son attachement à la théorie synthétique et sa volonté de la renouveler en la transcendant. Dès 1980, Gould a proposé une version élargie de l […] Lire la suite

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 672 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La contribution des données paléontologiques »  : […] Les fossiles susceptibles d'apporter des informations sur les relations entre les embranchements actuels et sur l’origine des plans d'organisation sont essentiellement ceux qui sont compris entre 600 et 500 millions d'années (Ma), ce qui correspond à la fin du Protérozoïque et au Cambrien. Leur exploitation est toutefois rendue délicate du fait de l'existence de lacunes et de la difficulté que po […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claudine COHEN, « GOULD STEPHEN JAY - (1941-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/stephen-jay-gould/