MALLARMÉ STÉPHANE (1842-1898)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« De vue et non de vision »

« Je chanterai le voyant qui, placé dans ce monde, l'a regardé, ce qu'on ne fait pas. »

C'est en ces termes que Mallarmé dessine le projet du Toast funèbre consacré à la mémoire de Théophile Gautier. On ne saurait assez méditer cette phrase. Et il le faut, car l'image s'est trop longtemps imposée d'un Mallarmé, et d'un mouvement symboliste, dont le rêve, constamment, échapperait à ce que nous appelons réalité. Claudel a joué sur l'image de la chambre close, du refuge où l'on fuit la vie, du lieu protégé par la fumée des pipes, comme l'était le petit salon de la rue de Rome. Et l'on ne cesse de citer après lui Les Fenêtres, un poème très ancien, « où l'on tourne l'épaule à la vie ». La citation est exacte, mais il faut considérer le contexte, l'atmosphère encore très baudelairienne qui domine cette parfaite allégorie : le poète est écœuré par l'ici-bas comme le moribond « las du triste hôpital ».

Le sens des Fenêtres est clairement affirmé. Il y a quelque abus à vouloir le retrouver dans toute l'œuvre. Déjà, dans certains des poèmes publiés en 1866, l'ailleurs vers lequel s'enfuir n'est plus désigné par des termes abstraits tels que « l'Idéal » ou « la mysticité ». Il devient paysage. La vacuité de l'azur se transforme en un croquis contrasté : « Une ligne d'azur mince et pâle serait / Un lac [...] / Non loin de trois grands cils d'émeraude, roseaux. » Ces roseaux, nous les retrouvons dans le poème ensoleillé du Faune ; où, coupés, ils deviennent flûtes. « Instrument des fuites, ô maligne / Syrinx », la flûte n'est pas une invitation à quitter le monde, mais à le transmuer en « Une sonore, vaine et monotone ligne ». Et ce que dit le poème, ce n'est pas cette ligne que, plus tard, Debussy fera vibrer ; c'est la naissance de cette ligne, le jeu du rêve ou de la rêverie qui ressasse, déforme et multiplie la vision. On n'a jamais fini de regarder, de revoir, de revivre la scène, l'anecdote des nymphes ravies. On peut toujours « À leur ombre enlever encore des ceintures ».

Ainsi se dessinent les d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur de littérature comparée à l'université de Caen

Classification


Autres références

«  MALLARMÉ STÉPHANE (1842-1898)  » est également traité dans :

CORRESPONDANCE 1854-1898 (S. Mallarmé) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 975 mots

Stéphane Mallarmé (1842-1898), « poète maudit » selon Verlaine, issu du Parnasse, figure de proue (malgré lui) du mouvement symboliste, traducteur d’Edgar Poe, critique d'art, voua sa vie entière à la quête de la Beauté idéale. Pour lui, la « poësie » en eût été l'expression ou le rêve absolu, quand tout le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/correspondance-1854-1898/#i_5594

DIVAGATIONS, Stéphane Mallarmé - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Patrick BESNIER
  •  • 1 034 mots
  •  • 1 média

Publié l'année précédant la mort de Stéphane Mallarmé (1842-1898), le volume de Divagations recueille, sous forme d'anthologie, l'essentiel de ses écrits en prose. À plusieurs reprises déjà, le poète avait choisi cette forme : Album de vers et proses (1887-1888), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/divagations/#i_5594

L'ACTION RESTREINTE. L'ART MODERNE SELON MALLARMÉ (exposition)

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 1 131 mots

L'art de l'âge moderne avait fini par être écrasé sous sa propre vulgate. L'exposition L'Action restreinte. L'art moderne selon Mallarmé, au musée des Beaux-Arts de Nantes du 9 avril au 3 juillet 2005 (catalogue de Jean-François Chevrier, Musée des Beaux-Arts de Nantes-Hazan, Paris), après le MACBA […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-action-restreinte-l-art-moderne-selon-mallarme-exposition/#i_5594

POÉSIES, Stéphane Mallarmé - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 990 mots
  •  • 1 média

Les quarante-neuf pièces qui composent les Poésies de Stéphane Mallarmé (1842-1898), dont le titre dans sa simplicité désigne sans l'éclairer la nature seulement et radicalement poétique, indépendamment de tout thème ou discours « qui parlerait trop haut », ont marqué la modernité d'une empreinte si forte que l'idée même de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesies-stephane-mallarme/#i_5594

ALÉATOIRE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 299 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  L'œuvre ouverte »  : […] Le concept d'œuvre ouverte est spécifique aux compositeurs européens, qui sont inspirés par des recherches essentiellement littéraires (alors que les compositeurs américains sont surtout influencés par des recherches picturales). Des écrivains comme Stéphane Mallarmé ou James Joyce ont en effet totalement repensé la notion de forme en ne concevant plus l'œuvre dans un déroulement linéaire, avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-aleatoire/#i_5594

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 917 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une synthèse essentielle : Baudelaire »  : […] En écrivant l' Art romantique , en affirmant que la poésie doit être à la fois liée à la vie moderne et au beau idéal, Baudelaire définit un programme qu'il accomplit exactement, alors que ses contemporains versent tantôt dans le culte parnassien de la plastique tantôt dans le mépris du style. Mais surtout il écrit les Correspondances et réalise ainsi l'intuition de Jouffroy selon laquelle la po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques/#i_5594

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 645 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les jolies mortes : « La Sylphide », « Giselle » »  : […] Les conditions historiques seront pourtant bientôt réunies pour une renaissance profonde du ballet. La Révolution et l'Empire ont passé. Sous l'influence croissante d'une Église qui empêche les paysans de danser et qui fait fermer l'Opéra de Paris, la Restauration favorise l'apparition d'un nouveau type de danseuse. Certes, Geneviève Gosselin était déjà montée sur pointes, mais Marie Taglioni don […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballet/#i_5594

BÉNICHOU PAUL (1908-2001)

  • Écrit par 
  • Françoise COBLENCE
  •  • 1 923 mots

Dans le chapitre « Du prophète au poète maudit »  : […] L'étude du romantisme livre l'immense tableau historique, idéologique et littéraire d'une époque, et propose une interrogation sur la constitution d'un pouvoir spirituel laïque, la naissance et le rôle de l'intellectuel. Paul Bénichou a retracé la genèse de sa recherche : parti du projet d'une étude sur le pessimisme poétique postromantique, il a compris que ce pessimisme était le retournement de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-benichou/#i_5594

CALLIGRAMME

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 287 mots

Le calligramme, formé de beauté et de lettres, est le nom de l'acte poétique par lequel Apollinaire entend faire un pas décisif vers la « synthèse des arts, de la musique, de la peinture, de la littérature ». Mieux que l'« idéogramme lyrique », ce nom rappelle la tradition hellénique de la poésie figurative dont l'invention est attribuée à Simmias de Rhodes (~ iv e s.). Chez lui, comme chez Théo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calligramme/#i_5594

CLAUDEL PAUL

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 4 107 mots

Dans le chapitre « L'obsession mallarméenne du théâtre »  : […] Dans ce combat contre le siècle, Claudel n'était pas seul. Peut-être a-t-il égaré ses biographes en surestimant sa dette à l'égard de Rimbaud et en sous-estimant ce qu'il devait à Mallarmé. La rencontre avec Les Illuminations , en 1886, s'est traduite, pour le jeune Claudel, par un choc – et l'amorce, peut-être, d'une réaction en chaîne –, mais le cénacle de Mallarmé, entre 1887 et 1895, a été pou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-claudel/#i_5594

DERNIÈRE MODE LA

  • Écrit par 
  • Françoise TÉTART-VITTU
  •  • 407 mots

Les huit numéros de l'éphémère journal de Mallarmé, La Dernière Mode , écrits en 1874, constituent un délectable monologue sur l'élégance féminine. Ils furent réédités en 1933 par S. A. Rhodes et reproduits en fac-similé aux éditions Ramsay en 1978. Le mystère des conditions de création de ce périodique exceptionnel est éclairci par l'ouvrage de Jean-Pierre Lecercle, Mallarmé et la mode , publié e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-derniere-mode/#i_5594

ÉCOLE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 2 644 mots

La notion d'école littéraire est rarement employée en un sens rigoureux. Qui dit école, en effet, dit ou devrait dire relation de maître à disciple(s), transmission réglée d'un enseignement. La littérature, dans la définition même la plus vague, se laisse assez mal décrire en ces termes – plus mal encore sans doute que la peinture, où l'équivalent « école picturale » peut du moins s'appuyer (cert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-litteraire/#i_5594

LES ÉCRIVAINS DEVANT L'IMPRESSIONNISME, Denys Riout - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 1 216 mots

Dans le chapitre « Représenter la « réalité moderne » »  : […] Tout au long de ces textes, et quelle que soit leur approche, l'accent est très souvent mis sur le projet systématiquement dénigré par l'art officiel, celui de montrer la réalité quotidienne, de dépeindre les choses et les êtres tels qu'ils sont perçus, de représenter la campagne ou la ville dans leur apparence immédiate. Les auteurs, écrivains ou critiques d'art, ont à cet égard parfaitement comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-ecrivains-devant-l-impressionnisme/#i_5594

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 389 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le fragment et la question du sujet »  : […] Dépourvu de centre comme de sujet, le haïku laisse de côté l'ego et le miroir. Car ce qui est en jeu dans les Cent Mille Milliards de poèmes de Queneau ou les cut-up de la tradition moderne, tout comme dans les aphorismes de la tradition classique, c'est aussi cette possibilité de figurer un énoncé sans « je ». Ce qui ne veut pas dire cette fois sans autoreprésentation : on sait que les fragment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fragment-litterature-et-musique/#i_5594

GHIL RENÉ GUILBERT dit RENÉ (1862-1925)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 314 mots

Mallarmé préfaça lui-même, en 1886, le Traité du verbe , ouvrage d'un jeune poète de vingt-quatre ans, René Ghil. Celui-ci y systématisait, sous le nom d'« instrumentation verbale », le principe de valeur des sons fondamentaux que Rimbaud avait introduit dans son sonnet des Voyelles . Cette ambitieuse théorie devait permettre, grâce à l'orchestration de tous les sons, une audition colorée, selon l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ghil-rene-guilbert-dit-rene/#i_5594

LA GLOIRE et L'INDIVIDU LITTÉRAIRE (D. Oster)

  • Écrit par 
  • Gilles QUINSAT
  •  • 1 410 mots

Dans le langage pictural, la gloire évoque l'auréole enveloppant le corps du Christ, le nimbe signalant la présence divine. De fait, c'est bien comme une icône de la modernité que Mallarmé nous apparaît aujourd'hui, ou encore comme le prophète d'une conception de la littérature qui a commencé à se formuler au cours du xix e  siècle. « Mallarmé », davantage qu'à la signature du nom propre attestant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-gloire-l-individu-litteraire/#i_5594

ILLUSTRATION

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN, 
  • Constance MORÉTEAU
  •  • 9 160 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Naissance du livre d'artiste radical »  : […] L'illustration paraît être irrémédiablement une collaboration, comme le souligne le terme de « livre de dialogue » dans cet idéal de fusion entre texte et image. Dès les années 1960, cette vision va devoir cohabiter avec une seconde conception. Plus que dans le livre illustré de la tradition bibliophilique, il convient de ne pas confondre forme et support, pour reprendre la distinction d'Anne Moeg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/illustration/#i_5594

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Orientations des recherches graphiques »  : […] « Aujourd'hui, écrit Huysmans en 1880, pour plaire à cette cohue d'acheteurs qui fait emplette de livres soi-disant de luxe, par prose, par vogue, il faut recommencer les mièvreries du dernier siècle... » Le livre Art nouveau doit d'abord être compris comme une réaction moderniste contre ce passéisme et cet éclectisme régnants. Il rapproche l'art du livre des arts vivants (affiche, architecture, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_5594

LUZI MARIO (1914-2005)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves MASSON
  •  • 1 115 mots

Dans le chapitre « La tentation mallarméenne »  : […] Étudiant à Florence, Luzi s'oriente vers la littérature française. Il sera professeur de latin et d'italien en lycée pendant de longues années avant de terminer sa carrière aux universités de Florence et d'Urbin. Le travail universitaire aura favorisé chez lui le développement d'une réflexion théorique de grande ampleur sur la poésie ; certains de ses essais (notamment L'Enfer et les limbes , 194 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mario-luzi/#i_5594

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Lyrisme et modernité »  : […] La modernité fait subir au lyrisme l'épreuve de l' impersonnalité. L'échec de la révolution de 1848 en France, l'ère victorienne en Angleterre, le développement de la société industrielle à travers l'Europe font refluer le romantisme et substituent à ses « illusions perdues » la souffrance de ses « inconsolables stigmates » (Baudelaire). Selon Hugo Friedrich, il appartient à Rimbaud et à Mallarmé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/#i_5594

MAURON CHARLES (1899-1966)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 640 mots

Critique littéraire français, Charles Mauron est né à Saint-Rémy-de-Provence. Il quittera peu cette région. Après des études scientifiques à la faculté de Marseille, il devient assistant de chimie en 1921. Mais la détérioration de sa vue le contraint à se retirer à la campagne et à se convertir à d'autres intérêts. Il s'intéresse d'abord à l'esthétique. Son excellente connaissance de l'anglais le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-mauron/#i_5594

MODE - Le phénomène et son évolution

  • Écrit par 
  • Valérie GUILLAUME
  •  • 11 182 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « La littérature »  : […] Retenons, parmi d'autres, trois genres littéraires qui, en France, ont souvent organisé leur discours autour du thème de la mode : la comédie, le roman et la poésie. La comédie aime fustiger les excès du personnage « trop-à-la-mode », selon l'expression de Rose Fortassier : les répliques de Tartuffe , L'École des maris , Don Juan , Le Bourgeois gentilhomme « dessinent la silhouette déséquilibrée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mode-le-phenomene-et-son-evolution/#i_5594

PEINTURE ET POÉSIE. LE DIALOGUE PAR LE LIVRE (Y. Peyré) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pascal FULACHER
  •  • 1 010 mots

Une fois n'est pas coutume, c'est un livre qui a donné naissance à une exposition, présentée successivement à Cambridge, à Lyon, à Paris (chapelle de la Sorbonne, du 27 mars au 29 juin 2002) puis à la New York Public Library (2006). L'ouvrage d'Yves Peyré, écrivain et directeur de la bibliothèque littéraire Jacques-Doucet, apporte un nouvel éclairage sur ces livres de rencontre entre peintres et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-et-poesie-le-dialogue-par-le-livre/#i_5594

POÈME EN PROSE

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 1 014 mots

La frontière qui sépare la poésie de la prose n'est guère indiscutable qu'aux yeux de ceux qui réduisent la poésie à la seule versification. Pourtant, cette frontière — son tracé ou bien son existence même — n'a jamais cessé d'être contestée de toutes parts, à toutes les époques. Le poème en prose , depuis le romantisme, est un des lieux privilégiés de cette contestation. Auparavant, il faut se so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poeme-en-prose/#i_5594

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Modernité et altérité »  : […] D'une façon générale, la « révolution » qui a bouleversé le langage poétique en Occident, depuis le milieu du xix e  siècle, paraît souvent comme une contestation systématique de la prédominance du principe d'équivalence. À tous les niveaux de l'organisation du poème, elle a multiplié les ruptures, libérant la différence du cadre rassurant de l'alternance, pour faire surgir une véritable altérité. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie/#i_5594

SONNET

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 1 042 mots

Poème à forme fixe de quatorze vers répartis en quatre strophes, le sonnet tient dans la littérature européenne, et notamment française, une place extrêmement importante. On sait qu'« un sonnet sans défaut vaut seul un long poème » (Boileau), et qu'il suffit d'un sonnet pour rendre célèbre un écrivain (Arvers) ou pour ridiculiser un personnage de comédie (Oronte). Sans doute élaboré en Sicile au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sonnet/#i_5594

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les œuvres des symbolistes »  : […] Pour la première génération dominent les œuvres de Verlaine, Cros, Villiers et surtout Mallarmé. Pour la deuxième, Émile Verhaeren s'impose (1855-1916). Son premier recueil ( Les Flamandes , 1883) est accueilli, non sans méprise, comme naturaliste. Le second ( Les Moines , 1886), comme « mystique » : ils constituent deux moments de l'imagination littéraire, ou deux foyers de l'art flamand, tour à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_5594

VALÉRY PAUL (1871-1945)

  • Écrit par 
  • Michel JARRETY
  •  • 7 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Renverser les idoles »  : […] D'un écrivain qui, plus qu'un autre, s'est voulu maître de ses moyens, on peut être tenté de voir commencer véritablement l'ambition là où lui-même a perçu et voulu situer – pour une part, sans doute, mythiquement – sa propre origine : à la crise de 1892. Non que n'aient dû compter les événements toujours déterminants de la jeunesse, les marques de l'enfance, les étapes de la formation – le collèg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valery-paul-1871-1945/#i_5594

Pour citer l’article

Jean-Louis BACKES, « MALLARMÉ STÉPHANE - (1842-1898) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephane-mallarme/