Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MILGRAM STANLEY (1933-1984)

Stanley Milgram, né en 1933, est une figure emblématique de la psychologie sociale du xxe siècle. Après des études en sciences politiques au Queens College de New York (1950-1954), il mène à bien un doctorat en psychologie sociale à Harvard (1954-1960) sur le thème du conformisme, sous la supervision de Solomon Asch. Pendant un séjour en Norvège et en France, il explore les différences culturelles de conformité. Il commence ensuite sa carrière universitaire comme professeur assistant de psychologie sociale à l’université Yale où il réalise ses travaux sur la soumission à l’autorité (1960-1963).

Dans ces recherches désormais célèbres, il révèle que la majorité des individus est capable d’obéir à une autorité scientifique qui requiert d’administrer des chocs électriques extrêmement dangereux (450 volts). Ce résultat inattendu bouscule la discipline et vaut à Milgram de vives critiques, notamment concernant l’éthique de ses recherches. En 1963, Milgram retourne à Harvard où il mène la première expérimentation sur l’effet du « petit monde ». Il démontre qu’un individu est relié à n’importe quel autre individu par une courte chaîne d’environ six relations sociales. Le concept de « six degrés de séparation », confirmé depuis lors par plusieurs travaux, est utilisé pour analyser des phénomènes comme la propagation des rumeurs ou les épidémies. En mars 1970, il publie dans la revue Science un article intitulé « The Experience of living in cities » qui influencera la psychologie urbaine, une discipline alors naissante. Son livre sur la soumission à l’autorité, qui retrace l’ensemble de ses recherches sur cette thématique, sort en 1974.

Milgram souffre de problèmes cardiaques auxquels il succombe à New York, en 1984, à l’âge de cinquante et un ans.

— Michaël DAMBRUN

Bibliographie

S. Milgram, « The Experience of living in cities », in Science, vol. 167, no 3924, pp. 1461-1468, 1970 ; Obedience to Authority: An ExperimentalView, Tavistock, Londres, 1974 (Soumission à l’autorité, Calmann-Lévy, rééd. 1994).

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AUTORITÉ

    • Écrit par Éric LETONTURIER
    • 2 800 mots
    • 11 médias
    ...manifestaient sous leadership autoritaire les membres d'un groupe par rapport à des modes de direction plus permissifs (régime démocratique ou laisser-faire), Stanley Milgram (Soumission à l'autorité, 1974) montrera de son côté la volonté obéissante sans limites que peuvent manifester en dehors de tout...
  • OBÉISSANCE (psychologie)

    • Écrit par Michel CHAMBON, Michaël DAMBRUN
    • 1 005 mots

    L’obéissance désigne le changement psychologique et comportemental qui se produit lorsqu’un individu accepte de suivre les instructions d’une autorité. L’assistant qui exécute les gestes requis par le chirurgien lors d’une opération à cœur ouvert ou le soldat qui se soumet à l’ordre de sa...

  • PERSÉCUTION

    • Écrit par Georges TORRIS
    • 4 157 mots
    ...sadique et même tortionnaire de l'inconscient humain, décryptée par la psychanalyse, a été confirmée par l'expérimentation psychosociologique. S. Milgram a fait croire à 280 sujets choisis au hasard qu'ils collaboraient à une expérience de pédagogie tendant à préciser les effets des punitions....
  • POUVOIR (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 501 mots
    Une célèbre expérience de psychologie sociale, conduite pour la première fois entre 1960 et 1963 dans ses locaux de l’université Yale par Stanley Milgram (1933-1984), et reproduite depuis partout dans le monde, corrobore cette dimension de violence. Suite à un tirage au sort fictif, on invite...

Voir aussi