STANISLAVSKI (1863-1938)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une méthode originale

Penseur et philosophe, Stanislavski écrivit une Éthique du théâtre, qui fixe les normes de conduite du comédien. Il élabora enfin les principes généraux d'un système d'enseignement et de pratique théâtrale qui devait révolutionner l'art dramatique de notre époque. Cette « méthode », que Stanislavski ne cessa jusqu'à sa mort à Moscou de réviser et de transformer, mit au service de l'acteur, avant même qu'elles fussent généralisées dans le public, des notions telles que l'introspection, les forces subconscientes, l'intuition. Connu sous le nom de « méthode psychotechnique », le système que Stanislavski enseigna jusqu'à l'année 1936 se fonde sur la prise de conscience intérieure, par l'acteur, de son personnage, à partir d'une recherche psychologique approfondie. Ensuite, imprégné par ce personnage qu'il assimile à un être vivant, informé par surcroît de tous les antécédents de son évolution et de son action dans la pièce, le comédien est amené à interpréter sa vie et ses sentiments en les rapportant à sa propre personne. Il vit alors en quelque sorte son rôle sur la scène, comme s'il n'avait plus d'existence propre, état que Stanislavski appelle « la solitude en public », et que les Américains connaissent sous le nom de private moment.

À la lumière du progrès des sciences humaines, et frappé par la nouveauté des idées surgies de la Révolution russe, Stanislavski introduisit dans sa méthode un changement radical. Sans renier d'ailleurs explicitement ses enseignements antérieurs, il jeta les bases d'un nouveau système qui attribue aux actions physiques les plus simples, imposées par le rôle au personnage, la force d'impulsion qu'il avait jusque-là réservée, dans son système psychotechnique, au mécanisme intérieur des fonctions psychologiques. Le comédien use donc de l'action physique pour provoquer dans sa conscience la reconstitution d'exigences intérieures qui aussitôt se traduiront en action extérieure, obtenant ainsi une connaissance directe et immédiate du person [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : secrétaire général du Centre chilien de l'Institut international du théâtre

Classification

Autres références

«  STANISLAVSKI (1863-1938)  » est également traité dans :

ACTEUR

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 6 798 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Vers une psychologie de l'acteur »  : […] Avant de se normaliser, cette esthétique de la sensibilité se répand dans le théâtre révolutionnaire et romantique, d'autant que le passage à Paris en 1827 des acteurs anglais infléchit cette extériorisation du sensible vers l'expression d'une vérité parfois paroxystique. L'acteur, désormais, n'hésite pas à rendre les affres de l'agonie d'une manière on ne peut plus « réaliste », mêlant aux convul […] Lire la suite

ACTORS STUDIO

  • Écrit par 
  • Ivan MAGRIN-CHAGNOLLEAU
  •  • 1 430 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « À l’origine, Stanislavski »  : […] L’Actors Studio s’inscrit dans une lignée d’ateliers d’acteurs qui se sont inspirés de celui du Théâtre d’art de Moscou fondé en 1898 par Vladimir Nemirovitch-Dantchenko et Constantin Stanislavski, metteur en scène de plusieurs pièces de Tchekhov. En 1923-1924, Stanislavski fait une tournée théâtrale et donne une série de conférences aux États-Unis, notamment à New York. Plusieurs jeunes acteurs […] Lire la suite

BLOK ALEXANDRE (1880-1921)

  • Écrit par 
  • Sophie LAFFITTE
  •  • 6 144 mots

Dans le chapitre « Les poisons lyriques »  : […] Les premiers drames de Blok, Baraque de foire , Le Roi sur la place et L'Inconnue sont écrits en 1906. Blok les publie sous le titre de Drames lyriques . Qu'est-ce qu'un drame lyrique ? Pour Blok, le point de départ de ses premiers drames, c'est la complexité de l'âme moderne « nécessairement solitaire... pleine d'émotions chaotiques, inextricables ». Cette âme n'a pas d'autre moyen d'expression […] Lire la suite

FONDATION DU THÉÂTRE D'ART DE MOSCOU

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 257 mots

Issu de la grande bourgeoisie moscovite, Konstantin Stanislavski (1863-1938), encore adolescent, pratique le théâtre dans un cercle d'amateurs. En 1888, par l'entremise de la Société d'art et de littérature qu'il anime, il côtoie les comédiens du Théâtre Maly qui lui permettent de poursuivre une formation d'acteur et d'aborder quelques mises en scène. Il amorce ses premières réflexions sur l'art d […] Lire la suite

MEYERHOLD VSEVOLOD EMILIEVITCH (1874-1940)

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN
  •  • 2 398 mots

Dans le chapitre « Du réalisme au symbolisme »  : […] Né en 1874 à Penza dans une famille d'Allemands russifiés, nanti d'une solide formation musicale (il joue du violon), Meyerhold abandonne ses études de droit pour le théâtre qu'il a pratiqué dans sa province en amateur. Admis en 1895 à l'école de la Société philharmonique de Moscou, il est élève de Vladimir Nemirovitch-Dantchenko, qui le fait entrer en 1898 au Théâtre d'Art qu'il vient de fonder […] Lire la suite

MOSCOU (THÉÂTRE D'ART DE)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 737 mots

Célèbre théâtre au centre de la vie culturelle moscovite pendant près d'un demi-siècle. Il fut créé à la suite d'une conversation de dix-huit heures d'affilée entre Konstantin Stanislavski, directeur d'une troupe de théâtre amateur de la Société moscovite d'art et de littérature, et Nemirovitch-Dantchenko, auteur dramatique et directeur de l'École moscovite de philharmonie. Mus par un même goût du […] Lire la suite

LA MOUETTE, Anton Tchekhov - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Hélène HENRY
  •  • 1 270 mots
  •  • 1 média

En 1895, Anton Tchekhov (1860-1904), médecin et écrivain, est l'auteur fécond et déjà célèbre de récits humoristiques, de nouvelles ( Les Contes de Melpomène , 1884 ; Récits bariolés , 1886) qui réinventent le genre, d'un reportage saisissant sur le bagne de l'île Sakhaline ( L'Île de Sakhaline , 1894) et de plusieurs pièces longues ou brèves ( Ivanov , 1887) qui cherchent encore leur langage. Sa […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 104 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature de la révolution »  : […] Trois ans de guerre civile consomment la rupture avec le passé. La majorité des écrivains connus, en particulier les prosateurs réalistes, liés à la gauche libérale ou révolutionnaire (Bounine, Kouprine, Léonide Andréïev, et même Gorki), voient dans le coup d'État de Lénine la ruine des espoirs démocratiques nés de la révolution de février. La plupart émigrent, beaucoup de façon définitive. Au con […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - Le théâtre

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN, 
  • Nicole ZAND
  •  • 8 636 mots

Dans le chapitre « Le Théâtre d'art et le Maly »  : […] Le contraste est saisissant entre un théâtre comme la Taganka et le Théâtre d'art (MKHAT), fondé par Stanislavski et Nemirovitch-Dantchenko. Devenu une sorte de musée, le Théâtre d'art avait bien de la peine à se renouveler et continuait surtout à vivre sur les lauriers des œuvres de Tchekhov, vaguement rafraîchies de temps à autre. Ses mises en scène ont cependant le mérite de nous conserver la […] Lire la suite

SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

  • Écrit par 
  • Alain PERROUX, 
  • Alain SATGÉ
  •  • 7 228 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le temps des théories : la critique du naturalisme »  : […] La notion de mise en scène conçue comme organisation globale et unitaire du spectacle d'opéra n'apparaît pas avant le xix e  siècle ; jusque-là, le « machiniste », éventuellement assisté du librettiste et du maître de ballet, règle les changements à vue et les entrées des chanteurs, dont la gestuelle et les déplacements sont déterminés par l'improvisation, par la tradition qui fixe la hiérarchie d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Emilio DUFOUR, « STANISLAVSKI (1863-1938) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/stanislavski/