Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PISCATOR ERWIN (1893-1966)

Erwin Piscator est avec Max Reinhardt l'un des grand rénovateurs de la mise en scène théâtrale en Allemagne, particulièrement sous la république de Weimar, où se déroule la partie la plus féconde de sa carrière. Il peut être considéré comme le promoteur du théâtre politique ou « épique » dont il partage la paternité avec Bertolt Brecht.

Né près de Wetzlar dans une famille protestante qui compte parmi ses ancêtres le théologien J. Piscator (1546-1625), il sent s'éveiller très tôt son goût pour la scène. Étudiant à Munich, il devient acteur. Fin 1917, il dirige un théâtre aux armées. Parallèlement, il prend conscience des antagonismes sociaux. Dès avant la guerre qu'il vivra aussi au front, il est antimilitariste. Comme il le confie dans son principal ouvrage (Das proletarische Theater, 1929), la guerre scelle de façon indissociable son engagement politique et sa vocation théâtrale. En 1918, on le retrouve parmi les dadaïstes berlinois. Comme beaucoup d'entre eux, il adhère au Parti communiste.

C'est donc en militant qu'il aborde le théâtre. Renvoyant dos à dos le naturalisme jugé trop photographique et l'expressionnisme trop métaphysique, il veut mettre la scène au service de la révolution à travers un répertoire neuf composé de drames collectifs et non plus personnels qui sont reliés à l'histoire immédiate et interprétés par des non-professionnels. Il s'adresse à un public prolétarien dont il faut éclairer la conscience. Arme de libération culturelle, le théâtre n'est plus le miroir de son temps, mais un tribunal qui condamne l'ordre ancien et invite à la construction d'un monde nouveau conforme aux exigences du socialisme révolutionnaire. Un tel projet appelle la mise en œuvre de techniques nouvelles, essentiellement cinématographiques et architecturales, qui font éclater l'espace scénique traditionnel.

Sa notoriété s'affirme rapidement. Engagé d'abord dans des expériences d'agitprop au Proletarisches Theater de Berlin (1920), il poursuit ses années d'apprentissage avec des revues commandées par le Parti communiste. Il devient directeur du Central-Theater. Schématiques au début, ses moyens d'expression se diversifient par le recours aux projections, au film, au cabaret. Dans la Revue Révolution rouge (Revue Roter Rummel, 1924), le texte de F. Gasbarra est entrecoupé de chansons satiriques, de dessins improvisés, de matches de boxe entre adversaires politiques du jour. Dans Malgré tout (Trotz allerdem, 1925) il fait appel au film. Un montage de discours, de photos, de scènes de guerres ou de révolutions contemporaines prolonge le jeu des acteurs.

Engagé par la Volksbühne (Théâtre des syndicats ouvriers), il invente la distanciation en faisant d'une pièce conventionnelle d'A. Paquet, Drapeaux (Fahnen, 1924) une pièce didactique. Dans un prologue ajouté, un présentateur montre sur un écran les personnages qui, soudain, font irruption sur la scène. L'action, située à Chicago, est désaméricanisée. Si Piscator rompt avec les recettes de la mise en scène, il n'a pas non plus le respect des textes, fussent-ils classiques. Il en résulte des tensions avec des auteurs tels que Brecht, F. Wolf et Plivier. Dans Les Brigands (Die Räuber, 1926) de Schiller, il modifie des scènes, déplace le héros au profit d'un personnage secondaire affublé du masque de Lénine. Ces innovations dérangent, d'abord les nationalistes, mais aussi les sociaux-démocrates qui obtiennent son départ de la Volksbühne et même ses amis politiques.

Dans les trois théâtres (Piscator-Bühnen) qu'il fonde à Berlin entre 1927 et 1931, Piscator innove encore grâce à un dispositif scénique fait d'espaces de jeux juxtaposés, superposés, interchangeables, où les acteurs se déploient simultanément. Ainsi sont matérialisés, dans [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître assistant agrégé, docteur de troisième cycle à l'université de Lille-III

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ACTEUR

    • Écrit par Dominique PAQUET
    • 6 815 mots
    • 2 médias
    ...mécanique musculaire censée exprimer la substance sociale des personnages. Cet athlète du théâtre devient également le porte-parole d'une lutte politique. Piscator élimine de sa troupe « les acteurs bourgeois » au jeu romantique ou psychologique au profit d'un acteur propagandiste qui montre et domine le...
  • ALLEMAND THÉÂTRE

    • Écrit par Philippe IVERNEL
    • 8 394 mots
    • 2 médias
    La naissance d'un théâtre vigoureusement opératoire, dans la RFA des années 1960, est cependant moins liée au nom de Brecht qu'à celui de Piscator (1893-1966), qui a recommencé des mises en scène ponctuelles en RFA dès 1951 ; son Guerre et Paix (1955) au Schillertheater de Berlin-Ouest fait...
  • ÉPIQUE THÉÂTRE

    • Écrit par Jacques POULET
    • 1 080 mots
    • 1 média

    À partir d'un refus de l'art dramatique traditionnel, Brecht élabore et définit, après l'expérience de ses « pièces didactiques », les principes d'une dramaturgie originale. À la forme dramatique du théâtre qui est action, il substitue la forme épique qui est narration et qui traduit une nouvelle...

  • MALINA JUDITH (1926-2015)

    • Écrit par Universalis
    • 403 mots

    Née le 4 juin 1926 à Kiel (Allemagne), Judith Malina, fille de rabbin, émigre en 1928 à New York avec sa famille. Par la suite, elle étudie le théâtre avec le théoricien et metteur en scène allemand Erwin Piscator à la New School for Social Research de New York. Exilé lui aussi, il avait...

  • Afficher les 7 références

Voir aussi