SPORTL'année 2018

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tennis : Djokovic de retour, Federer et Nadal toujours là

La saison 2017 a consacré le retour au sommet de Roger Federer et Rafael Nadal, qui avaient également pu profiter des défaillances du Serbe Novak Djokovic et du Britannique Andy Murray. L’année 2018 commence de la même façon que la précédente, avec un mano a mano entre le Suisse et l’Espagnol. Mais, à partir du mois de juin, Djokovic retrouve progressivement son meilleur niveau pour finir l’année à la place de numéro un mondial.

En début d’année, Federer, tenant du titre, défend victorieusement son trophée à l’Open d’Australie, premier tournoi du Grand Chelem de la saison. Le Suisse n’a jamais tremblé jusqu’en finale, ne concédant aucun set à ses adversaires. Seul le Croate Marin Čilić parvient à le bousculer lors de la finale. Mais Federer s’impose tout de même en cinq sets (6-2, 6-7, 6-3, 3-6, 6-1) et remporte à cette occasion son vingtième succès dans un tournoi majeur, améliorant son propre record. Le Suisse égale aussi Novak Djokovic et Roy Emerson au nombre de victoires (six) à l’Open d’Australie. De nouveau très ambitieux au regard de son niveau de jeu, Roger Federer décide de participer au tournoi de Rotterdam, où il a l’occasion de reconquérir la place de numéro un mondial, qui lui échappe depuis 2012. Après sa victoire aux Pays-Bas, Federer atteint son objectif, devant Nadal. À plus de trente-six ans et demi, il est le joueur le plus âgé à avoir jamais occupé ce rang au classement ATP.

Cependant, Nadal récupère rapidement la tête du classement, en se montrant toujours aussi intraitable lors de la saison sur terre battue. L’Espagnol sort notamment vainqueur des tournois de Monte-Carlo et de Barcelone pour la onzième fois de sa carrière. Seul l’Autrichien Dominic Thiem parvient à le dominer sur cette surface à Madrid. Nadal se reprend très vite avec un succès à Rome et se présente encore une fois comme le grand favori du tournoi de Roland-Garros. L’Espagnol fait honneur à son rang et remporte les Internationaux de France pour la onzième fois, en battant facilement Thiem en finale (6-4, 6-3, 6-2), ce qui porte son total à dix-sept victoires en Grand Chelem.

Federer et Nadal, qui ont occupé tous les deux alternativement la place de numéro un mondial depuis le début de l’année, sont donc les favoris désignés lorsqu’en juillet commence le tournoi de Wimbledon. Mais c’est à Londres que Djokovic va renouer avec le succès en Grand Chelem. Federer s’incline en effet à la surprise générale dès les quarts de finale face au Sud-Africain Kevin Anderson. Le match opposant Nadal à Djokovic en demi-finale ressemble alors à une finale avant l’heure. Et, après un duel homérique, c’est le Serbe qui s’impose en cinq manches (6-4, 3-6, 7-6, 3-6, 10-8). Reprenant confiance après cette victoire, Djokovic ne tremble pas un seul instant en finale et l’emporter face à Anderson (6-2, 6-2, 7-6). Il s’offre ainsi un treizième succès en Grand Chelem, le premier depuis 2016, et réintègre les dix meilleurs mondiaux au classement.

Ayant renoué avec Marián Vajda, le coach qui l’a conduit sur le chemin de ses plus grandes réussites, Djokovic enchaîne les succès. Ainsi à Cincinnati, seul tournoi du Masters 1000 qui ne figurait pas à son palmarès, en dominant Federer en finale (6-4, 6-4) pour le premier affrontement entre les deux champions depuis plus de deux ans. Djokovic décroche également une deuxième victoire en Grand Chelem à l’US Open. Après avoir perdu deux sets lors des deux premiers tours, le Serbe ne concède plus rien à ses concurrents. Il s’impose en finale face à l’Argentin Juan Martin Del Potro (6-3, 7-6, 6-3), tombeur de Nadal en demi-finale, et égale l’Américain Pete Sampras avec ce quatorzième trophée en Grand Chelem. Djokovic remonte à la troisième place de l'ATP, derrière ses rivaux Nadal et Federer. Les trois joueurs occupent les trois premiers rangs du classement pour la première fois depuis la saison 2015. De nouveau vainqueur lors du tournoi de Shanghai, le Serbe redevient numéro un mondial le 5 novembre 2018, deux ans jour pour jour après avoir été délogé de cette place par Murray. Il ne parvient cependant pas à boucler l’année par un succès au Masters, où il s’incline en finale face au jeune prodige allemand Alexander Zverev.

Chez les femmes, la saison 2018 a vu plusieurs joueuses se démarquer. Pas suffisamment préparée après la naissance de son premier enfant, l’Américaine [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Supporters célébrant la victoire des Bleus lors de la Coupe du monde de football 2018

Supporters célébrant la victoire des Bleus lors de la Coupe du monde de football 2018
Crédits : Joao Bolan/ SOPA Images/ LightRocket/ Getty Images

photographie

Kevin Mayer

Kevin Mayer
Crédits : Nicolas Tucat/ AFP

photographie

Geraint Thomas

Geraint Thomas
Crédits : Jean Catuffe/ Getty Images

photographie

Kylian Mbappé, finale de la Coupe du monde 2018

Kylian Mbappé, finale de la Coupe du monde 2018
Crédits : Michael Regan/ FIFA/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Félicien BONCENNE, « SPORT - L'année 2018 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-l-annee-2018/