SAMPRAS PETE (1971- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tennisman américain né le 12 août 1971 à Washington. Numéro un mondial durant deux cent soixante-seize semaines (ce qui constitue un record) et six années consécutivement (de 1993 à 1998, autre record), Pete Sampras possède un palmarès exceptionnel, malgré l'absence d'une victoire à Roland-Garros. Mais son jeu, fondé sur l'attaque, un service puissant et une volée exécutée à la perfection, ne lui a jamais permis de s'exprimer pleinement sur la terre battue, surface qui nécessite de longs échanges.

Pete Sampras remporte sa première victoire importante, à dix-neuf ans, à Flushing Meadows en 1990, s'adjugeant les Internationaux des États-Unis en dominant en finale son compatriote Andre Agassi. En 1993, il s'impose à Wimbledon (contre Jim Courier) et, encore, à Flushing Meadows (contre le Français Cédric Pioline). Il remporte de nouveau les Internationaux des États-Unis en 1995 (en dominant Agassi) et en 1996 (face à Michael Chang), et gagne les Internationaux d'Australie en 1994 (contre Todd Martin) et en 1997 (face à Carlos Moya).

Mais c'est à Wimbledon qu'il va devenir l'homme de tous les records. Il s'impose en effet sur l'herbe anglaise en 1994 (face à Goran Ivanisevic), 1995 (contre Boris Becker), 1997 (face à Pioline), 1998 (contre Ivanisevic), 1999 (face à Agassi) et 2000 (contre Patrick Rafter). Cette dernière victoire lui permet d'égaler le record de victoires à Wimbledon détenu par l'Anglais William Renshaw depuis 1889. Avec cette treizième victoire lors de l'un des quatre tournois du Grand Chelem, il bat le record détenu jusque-là par l'Australien Roy Emerson.

Mais ces dix années passées au plus haut niveau ont entamé son potentiel physique et Pete Sampras ne réussit plus, par la suite, à enchaîner les succès. Il parvient néanmoins en finale des Internationaux des États-Unis en 2001, mais doit s'incliner devant l'étoile montante du tennis de l'époque, l'Australien Lleyton Hewitt.

En 2002, alors que son déclin semblait inexorable, Pete Sampras parvient une nouvelle fois à remporter les Internationaux des États-Unis, en dominant en finale son éternel rival, Andre Agassi. Il porte ainsi à quatorze son record de victoires dans les tournois du Grand Chelem.

Pete Sampras a également remporté cinq fois le Masters, et, pour son pays, la Coupe Davis en 1992 et en 1995.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification


Autres références

«  SAMPRAS PETE (1971- )  » est également traité dans :

FEDERER ROGER (1981- )

  • Écrit par 
  • Félicien BONCENNE
  •  • 1 021 mots

Dans le chapitre « L’ère Federer »  : […] En 2002, Roger Federer remporte notamment les tournois de Sydney, Hambourg et Vienne. L’année suivante lui est encore plus favorable, puisqu’il s’impose dans sept tournois, dont Wimbledon (signant ainsi sa première victoire en Grand Chelem) et les Masters, ce qui lui permet d’accéder au deuxième rang mondial. Mais c’est à partir de la saison suivante qu’il commence véritablement à exercer sa domin […] Lire la suite

TENNIS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 531 mots

2 juillet 1874 Walter Clopton Wingfield obtient un brevet pour « un court transportable et perfectionné permettant de jouer à l'ancien jeu de tennis » et crée le sphéristique ou lawn-tennis (tennis sur gazon). Wingfield est ainsi tenu comme le précurseur du tennis actuel. 1877 Première édition du tournoi de Wimbledon. 8-9 août 1900 Première Coupe Davis. 1 er  mars 1913 Fondation de la Fédérat […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « SAMPRAS PETE (1971- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pete-sampras/