SOUFRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Métabolisme

Après une rapide étude du cycle biologique du soufre, on examinera successivement les aspects essentiels du métabolisme du soufre, à savoir : l'oxydation des sulfures en sulfates dans la nature, chez certains micro-organismes présentant des caractères particuliers, et, d'une manière plus générale, chez les êtres vivants ; la réduction des sulfates et leur utilisation tout spécialement par certains micro-organismes dotés de propriétés spécifiques ; la biosynthèse des acides aminés soufrés et de leurs dérivés par les micro-organismes et les plantes ; enfin, la dégradation des acides aminés soufrés et de leurs dérivés par les différents organismes vivants.

Le « cycle » du soufre

La notion de « cycle » du soufre dans la nature et la matière vivante, dégagée depuis fort longtemps, est justifiée par de multiples observations qu'il est possible de résumer de la façon suivante : les formes minérales réduites du soufre, les sulfures, subissent des oxydations chimiques et enzymatiques qui les transforment en soufre élémentaire et en sulfates ; réciproquement, une réduction des sulfates, faisant intervenir divers intermédiaires, en particulier le sulfite et le thiosulfate, a lieu. De plus, les micro-organismes et les plantes synthétisent, à partir des formes minérales du soufre, un certain nombre de composés organiques nécessaires à leur vie, ou à celle d'autres organismes, principalement les animaux qui doivent obligatoirement trouver dans leur alimentation différents composés organiques soufrés qu'ils utilisent, transforment et dégradent en produits d'élimination.

Certaines étapes indiquées sur la figure sont chimiques ; d'autres sont catalysées par des systèmes enzymatiques.

Cycle chez les organismes vivants

Dessin : Cycle chez les organismes vivants

Schéma du cycle du soufre chez les organismes vivants. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Oxydation des sulfures en sulfates

L'oxydation chimique des sulfures soit naturels, soit produits par l'utilisation domestique ou industrielle de divers combustibles (charbon, gaz, dérivés du pétrole) a lieu essentiellement dans l'atmosphère. C'est une transformation lente mais dont l'importance est considérable. Les sulfates ainsi formés sont entraînés par les pluies et répandus sur les sols des continents, dans les fleuves et les océans. W. Kellog et ses collaborateurs (1972) ont décrit le « déséquilibre » des composés soufrés du système atmosphère-océans provoqué par les activités humaines, tout particulièrement les combustions, et souligné l'importance de ces phénomènes en relation avec les problèmes de pollution.

L'oxydation enzymatique des sulfures en sulfates est effectuée par les sulfobactéries autotrophes. Ces phénomènes d'oxydation présentent pour ces organismes une importance particulière, puisqu'ils leur fournissent la majeure partie de l'énergie nécessaire à leur croissance (H. Peck, 1962). Le mécanisme de l'oxydation du sulfite en sulfate a été bien élucidé par H. Peck et ses collaborateurs qui ont montré, en 1965, qu'au cours de cette oxydation il y a formation, à partir de sulfite et d'adénosine 5'-monophosphate (AMP), d'adénosine 5'-phosphosulfate (APS) riche en énergie.

Enfin, chez les plantes, les micro-organismes et les animaux, l'oxydation, en grande partie enzymatique, des sulfures en sulfates constitue un phénomène de détoxication et d'élimination de l'hydrogène sulfuré provenant de la désulfhydration de la cystéine et de l'homocystéine.

Réduction des sulfates et leur utilisation

À l'exception de l'incorporation directe des sulfates dans des molécules organiques pour la formation des esters sulfuriques, l'utilisation des sulfates nécessite leur réduction préalable en sulfites, et leur « activation » par des enzymes qui consomment de l'ATP. Il s'agit alors du métabolisme « assimilatoire » existant en particulier dans la levure.

Chez les animaux supérieurs, la réduction du sulfate n'a pratiquement pas lieu ; en revanche, les plantes supérieures transforment le sulfate en méthionine et cystéine. Enfin, les bactéries sulfatoréductrices réduisent les formes oxydées du soufre minéral en sulfures. Ces phénomènes sont fort importants, puisque les formes oxydées du soufre minéral sont pour ces organismes d'indispensables accepteurs d'électrons.

Biosynthèse des acides aminés soufrés

Les animaux supérieurs sont incapables de synthétiser la méthionine, qui est considérée de ce fait comme un acide aminé indispensable. En effet, elle est nécessaire, d'une part, à la biosynthèse de nombreuses protéines ; d'autre part, elle est la source des groupements méthyle pour les processus de transméthylations. Les animaux doivent donc trouver dans leur alimentation la méthionine elle-même, ou l'un de ses précurseurs.

En revanche, les plantes et les micro-organismes effectuent la biosynthèse de cet acide aminé. Cette biosynthèse a lieu, chez un micro-organisme, Salmonella typhimurium, à partir de méthylmercaptan et d'O-succinylhomosérine (M. Flavin et C. Slaughter, 1967), tandis que, chez les champignons, elle nécessite la présence d'acétylhomosérine (D. Moore et J. Thompson, 1967).

Métabolisme des acides aminés chez les micro-organismes

Dessin : Métabolisme des acides aminés chez les micro-organismes

Métabolisme des acides aminés soufrés chez les micro-organismes 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les bactéries et les tissus animaux synthétisent également la méthionine par transméthylation de l'homocystéine.

L'homocystéine est formée par les plantes et diverses bactéries à partir de dérivés de l'homosérine et de sulfure. Chez Salmonella typhi-murium, ainsi que dans diverses souches de Escherichia coli, elle est également produite par dégradation de la cystathionine, synthétisée elle-même à partir de cystéine et d'O-succinylhomosérine.

Métabolisme des acides aminés chez les micro-organismes

Dessin : Métabolisme des acides aminés chez les micro-organismes

Métabolisme des acides aminés soufrés chez les micro-organismes 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Chez les plantes, les micro-organismes et dans les tissus animaux, la cystéine résulte d'une condensation entre l'hydrogène sulfuré et la sérine, ou un de ses dérivés. Cependant, chez les animaux, la majeure partie de la cystéine provient de l'alimentation, ou de la dégradation de la méthionine.

Métabolisme des acides aminés chez les micro-organismes

Dessin : Métabolisme des acides aminés chez les micro-organismes

Métabolisme des acides aminés soufrés chez les micro-organismes 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Métabolisme des acides aminés chez les animaux et les plantes

Diaporama : Métabolisme des acides aminés chez les animaux et les plantes

Métabolisme des acides aminés soufrés chez les animaux et les plantes 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Dégradation des acides soufrés et de leurs dérivés

Chez les animaux, la première étape de la dégradation de la méthionine est son activation sous forme de S-adénosylméthionine, qui donne naissance à l'homocystéine. Celle-ci est alors transformée en cystathionine par une réaction de condensation avec la sérine. Cette réaction, catalysée par une enzyme nécessitant le phosphate de pyridoxal comme coenzyme, n'a pas lieu lorsque l'organisme est atteint d'une maladie métabolique, l'homocystinurie, généralement associée à de graves désordres mentaux ; il y a alors accumulation d'homocystéine et d'homocystine dans l'organisme affecté.

Métabolisme des acides aminés chez les animaux et les plantes

Diaporama : Métabolisme des acides aminés chez les animaux et les plantes

Métabolisme des acides aminés soufrés chez les animaux et les plantes 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La cystathionine est ensuite dégradée en cystéine par une enzyme nécessitant également le phosphate de pyridoxal comme coenzyme. Le défaut de la dégradation de la cystathionine, et donc l'accumulation de cet acide aminé, est observé dans une maladie métabolique, la cystathioninurie, qui est, elle aussi, généralement associée à de profonds troubles mentaux.

La cystéine est soit désulfhydrée, ce qui libère de l'hydrogène sulfuré, soit oxydée en acide cystéine sulfinique, qui subit deux réactions essentielles : une décarboxylation qui conduit à l'hypotaurine, puis à la taurine, l'une des formes d'élimination du soufre, mais aussi substance dont l'importance physiologique semble non néglige [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Concrétions de soufre natif

Concrétions de soufre natif
Crédits : G. Mouly-Héras

photographie

Percy Bridgman

Percy Bridgman
Crédits : Hulton Getty

photographie

Soufre : viscosité

Soufre : viscosité
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Soufre : pays producteurs

Soufre : pays producteurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SOUFRE  » est également traité dans :

CARBURANTS

  • Écrit par 
  • Daniel BALLERINI, 
  • Jean-Claude GUIBET, 
  • Xavier MONTAGNE
  •  • 10 528 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Désulfuration des carburants »  : […] Elle a été mise en œuvre à l'origine pour réduire les émissions d'anhydride sulfureux (SO 2 ) qui est un polluant majeur. Actuellement, on exige des teneurs en soufre très basses, aussi bien dans les essences que dans le gazole afin de favoriser le fonctionnement des catalyseurs disposés sur le circuit d'échappement. En effet, le soufre est un inhibiteur pour ces catalyseurs : il retarde leur amor […] Lire la suite

COLORANTS

  • Écrit par 
  • Daniel FUES
  •  • 6 756 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La classification tinctoriale »  : […] Si la classification chimique présente un intérêt pour le fabricant de matières colorantes, le teinturier préfère le classement par domaines d'application. Ainsi, il est renseigné sur la solubilité du colorant dans le bain de teinture, son affinité pour les diverses fibres et sur la nature de la fixation. Celle-ci est de force variable selon que la liaison colorant-substrat est du type ionique, […] Lire la suite

CUIR

  • Écrit par 
  • Laurent VILLA
  •  • 11 130 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Tannages minéraux »  : […] Un très grand nombre de sels minéraux peuvent, dans certaines conditions, transformer en cuir la peau en tripe. Cependant, seuls quelques sels, en raison de leur abondance et de leur facilité de mise en œuvre, sont utilisés. Les plus importants sont sans aucun doute les sels basiques de chrome. Ce mode de tannage, utilisé seul ou associé au tannage végétal, au tannage à l'alun ou aux tannages orga […] Lire la suite

CYCLES BIOGÉOCHIMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 7 881 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le soufre »  : […] À l'état réduit, le soufre (S) est un élément indispensable à la vie. À l'état oxydé de sulfate, il constitue le deuxième anion par ordre d'abondance dans les rivières et l'océan (après l'ion chlorure). Son cycle naturel est profondément perturbé, parce que les combustions de charbons et de certains pétroles sont responsables d'émissions de soufre comparables aux flux naturels. Il n'est donc plus […] Lire la suite

ÉLASTOMÈRES ou CAOUTCHOUCS

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS, 
  • Françoise KATZANEVAS
  •  • 7 914 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La vulcanisation »  : […] La vulcanisation par le soufre est encore le procédé le plus utilisé bien que le plus ancien, car c'est un procédé très souple qui permet l'obtention d'une large plage de propriétés pour un mélange donné. Un système de vulcanisation par le soufre comprend un agent de réticulation (le soufre ou des produits libérant du soufre), des activateurs (oxyde de zinc et acide stéarique) et des accélérateur […] Lire la suite

ÉLÉMENTS NATIFS

  • Écrit par 
  • Guy ROGER
  •  • 2 060 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Soufre »  : […] Deux processus générateurs très différents, l'un volcanique, l'autre biochimique, peuvent aboutir au dépôt de soufre natif. Le soufre d'origine volcanique est déposé par les émanations fumerolliennes soit directement par sublimation, soit par oxydation au contact de l'air d'hydrogène sulfuré, et par des sources thermales. Ce sont les solfatares des régions volcaniques, tels l'Italie du Sud (Etna […] Lire la suite

ENGRAIS

  • Écrit par 
  • Albert DAUJAT, 
  • Philippe ÉVEILLARD, 
  • Jean HEBERT, 
  • Jean-Claude IGNAZI
  •  • 9 962 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Engrais phosphatés »  : […] La solution la plus élémentaire de la fertilisation phosphatée consiste dans l'utilisation directement en culture des phosphates naturels moulus ; un broyage très poussé a permis d'accroître leur efficacité. Ils sont utilisables dans les sols acides (pH  […] Lire la suite

FORÊTS - Dépérissement des forêts

  • Écrit par 
  • Maurice BONNEAU, 
  • Guy LANDMANN
  •  • 5 648 mots

Dans le chapitre « Quels enseignements peut-on tirer de toutes ces recherches ? »  : […] Après de nombreuses études menées en Amérique du Nord et en Europe, il n'existe pas de consensus global de l'impact de la pollution atmosphérique sur le dépérissement des forêts. En simplifiant, on peut dire qu'une pollution atmosphérique diffuse affecte les écosystèmes naturels même si les effets sont insidieux et les interactions au sein des écosystèmes complexes. Il reste (et restera) des incer […] Lire la suite

MATIÈRE (physique) - Transitions de phase

  • Écrit par 
  • Nino BOCCARA
  •  • 6 912 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Polymorphisme cristallin »  : […] Les transitions entre variétés cristallines différentes d'un même corps pur sont, elles aussi, des transitions sans paramètre d'ordre. À une température et à une pression déterminées, la phase la plus stable est celle dont le potentiel thermodynamique est le plus bas. La variation de volume qui accompagne une transition entre deux formes cristallines différentes étant, en général, très faible, on […] Lire la suite

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Isotopes

  • Écrit par 
  • René BIMBOT, 
  • René LÉTOLLE
  •  • 5 429 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Système 34S/32S »  : […] Le soufre des météorites a une composition quasi constante ; d'une manière générale, l'oxydation (à l'état de sulfates) conduit à un enrichissement en 34 S, et la réduction (formation de sulfure) à l'inverse. Tout ce qui a été dit pour 13 C/ 12 C s'applique ici (fig. 1c), particulièrement le rôle de l'activité microbienne, d'une part, et celui du tampon océanique, d'autre part. Le rapport 34 S/ 3 […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11 mars 1997 France. Mise en place de la circulation alternée à Paris en cas de forte pollution

soufre, dioxyde d'azote et ozone. Cette mesure est prise en application de la loi sur l'air adoptée en décembre 1996.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Fernande CHATAGNER, René LECLERCQ, Noël LOZAC'H, Serge MASSON, « SOUFRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/soufre/