SOMA, religion védique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mot sanskrit qui signifie simplement « jus » (obtenu par pressurage d'une substance végétale) et qui désigne dans la religion védique l'élixir d'immortalité, le nectar, l'ambroisie (amṛta). C'est parce qu'ils consomment quotidiennement le soma qui leur est offert en sacrifice par les hommes que les dieux conservent leur statut d'immortels (dans la perspective hindoue, les immortels sont ceux « qui vivent aussi longtemps que dure le cycle cosmique ») : lorsque le dernier brahmane aura offert le dernier sacrifice, les dieux disparaîtront avec l'univers tout entier. Ce « crépuscule des dieux » (Götterdämmerung) n'est pas imminent, car l'Inde compte encore aujourd'hui de nombreuses familles où le culte védique est maintenu vivant. Il l'est cependant de façon réduite, car le soma n'est plus préparé depuis une période indéterminée (probablement depuis le ~ xe siècle) : le lait répandu en oblation dans le feu sacré lors du sacrifice du matin (agnihotra) est considéré comme une nourriture de substitution pour les dieux, jouissant des mêmes vertus. Mais il s'agit d'un pis-aller, car à l'époque védique l'agnihotra et le sacrifice de soma coexistaient. L'impossibilité où les brahmanes se sont trouvés de préparer le soma tient à plusieurs causes : la première est que la plante dont il était tiré ne devait pas se trouver dans les plaines du Pendjab, où les Aryens venaient de s'installer ; la seconde est que les rites du soma furent critiqués par des réformateurs religieux qui rejetaient à la fois l'immolation de victimes animales et la consommation rituelle de breuvages toxiques. En Iran, Zarathuštra (Zoroastre) est responsable de la réforme qui visa à éliminer, de la même façon, l'usage du haoma (équivalent iranien du soma) et le sacrifice des bovins. On a longtemps disputé en Occident pour tâcher de découvrir l'identité du végétal utilisé pour la préparation du soma. Un ethnologue américain (R. G. Wasson, Soma, 1968), app [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  SOMA, religion védique  » est également traité dans :

AMANITE TUE-MOUCHES ou FAUSSE ORONGE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 371 mots
  •  • 1 média

Du genre des agaricacées, l'amanite tue-mouches , ou fausse oronge ( Amanita muscaria ), est un champignon courant dans les régions septentrionales de l'Eurasie et de l'Amérique du Nord. De nombreuses légendes font de lui, sous le nom d'amanite muscarine, un champignon maléfique, diabolique même, souvent surnommé « champignon de fou ». Le chapeau de l'amanite muscarine contie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amanite-tue-mouches-fausse-oronge/#i_43286

EAUX SYMBOLISME DES

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 4 077 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'eau médicale »  : […] Il est inscrit en effet dans cette logique « buissonnante » du symbole que, puisque l'eau est l'inductrice de toute fécondité et qu'elle est à la fois liquide séminal et matrice humide et océane, elle peut également redonner, prolonger, sauver la vie puisqu'elle en est la donatrice première. Avec Bachelard, on peut donc remarquer qu'« en examinant le problème dans le sens psychanalytique, nous dev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-des-eaux/#i_43286

HAOMA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 322 mots
  •  • 1 média

Nom iranien du « breuvage d'immortalité » qui correspond au soma hindou. La religion iranienne ancienne, analogue en cela à la religion védique, plaçait au centre du culte solennel un sacrifice offert aux dieux les plus importants du panthéon ; au cours de ce sacrifice était préparé un breuvage (obtenu par pressurage d'une plante particulière) que les fidèles et les offician […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/haoma/#i_43286

VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 13 414 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Problèmes »  : […] Ce serait une erreur de croire que la division du panthéon en trois fonctions suffit à tout expliquer de la mythologie védique. Maints problèmes subsistent. On peut citer, parmi les plus importants, celui de la rivalité entre deux classes de dieux : les Deva (« dieux », au sens de célestes, brillants) et les Asura (« forces » ou « souffles » de vie), d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/veda/#i_43286

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « SOMA, religion védique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/soma-religion-vedique/