HAOMA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom iranien du « breuvage d'immortalité » qui correspond au soma hindou. La religion iranienne ancienne, analogue en cela à la religion védique, plaçait au centre du culte solennel un sacrifice offert aux dieux les plus importants du panthéon ; au cours de ce sacrifice était préparé un breuvage (obtenu par pressurage d'une plante particulière) que les fidèles et les officiants buvaient en commun. Ce liquide ne portait pas d'autre nom que « jus » (en iranien, haoma ; en sanskrit, soma), ce qui était une façon de conserver le secret de sa préparation.

Depuis la période sassanide (iiie-viie s.) et de nos jours encore, le haoma (en pehlvi, hōm), est préparé à partir de tiges d'éphédra ; mais la comparaison avec l'Inde et avec d'autres secteurs du domaine indo-européen conduit à penser que l'éphédra n'est qu'un substitut récent d'un végétal à vertus hallucinogènes, probablement l'amanite tue-mouches (ou fausse oronge). De toute façon, le haoma ou soma est essentiellement un breuvage d'immortalité, le nectar (en iranien, ameretāt ; en sanskrit, amrita) par lequel les dieux ont obtenu, au commencement, leur statut d'immortels, et grâce auquel les hommes qui en sont dignes gagnent aussi le droit de séjourner au ciel après leur mort.

Amanite tue-mouches

Amanite tue-mouches

photographie

Amanite tue-mouches, ou fausse oronge (Amanita muscaria), champignon très vénéneux. 

Crédits : Pal Hermansen/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

La réforme zoroastrienne (~ viie s.) a tout fait pour « spiritualiser » le rite communiel (c'est à cette époque, sans doute, que l'on est passé du champignon hallucinogène à l'éphédra, anodine), cependant qu'en Inde le sacrifice de soma était progressivement abandonné au profit d'une simple « vénération » (pūjā) des images divines. Mais les mythologies iranienne et indienne ont longtemps conservé le souvenir d'un dieu-haoma (soma), vainqueur de la mort et garant d'une survie heureuse.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  HAOMA  » est également traité dans :

AVESTA

  • Écrit par 
  • Jean de MENASCE, 
  • Georges PINAULT
  •  • 1 929 mots

Dans le chapitre « L'Avesta »  : […] Du texte original de l'Avesta, rédigé dans une très ancienne langue iranienne proche du védique, il ne subsiste que ce que les minorités zoroastriennes de l'Iran, sous la domination musulmane, avaient recopié pour leur usage liturgique. Au ix e - x e  siècle, une vaste compilation zoroastrienne, le Denkart, donnait, dans ses huitième et neuvième livres, un sommaire en moyen perse de l'Avesta tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avesta/#i_11241

PARSIS

  • Écrit par 
  • Guy BUGAULT
  •  • 2 305 mots

Dans le chapitre « La religion »  : […] La religion des Parsis est la religion mazdéenne, réformée et partiellement démythisée par Zarathushtra dans un sens éthique et monothéiste. À première vue, la caractéristique principale en est le culte du feu et les temples du feu. Pourtant, le dieu des mazdéens n'est pas le feu ( atar ), mais le Seigneur sage ( Ahura Mazdā), homologue de l'Asura Varuṇa védique. C'est parfois à travers le feu (q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parsis/#i_11241

ZOROASTRISME

  • Écrit par 
  • Jean de MENASCE
  •  • 5 869 mots

Dans le chapitre « Le culte »  : […] La persistance du culte zoroastrien offre des données plus sûres. Le Yasna est tout entier consacré au sacrifice du haoma et les rubriques, notées en pehlevi, sont, dans l'ensemble et avec des variantes assez légères, encore en vigueur aujourd'hui. Le pressurage de tiges de haoma (sanskrit : soma ) fournit une liqueur qui est consommée dans un mélange de lait et d'eau en offrande aux dieux et aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoroastrisme/#i_11241

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « HAOMA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/haoma/