SOLSAmélioration et travail

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'aménagement d'un terrain agricole en vue d'une production déterminée consiste à mettre en œuvre différentes techniques qui visent, les unes, à amener les facteurs de croissance (eau, éléments minéraux) à un niveau convenable, les autres, à créer des conditions de milieu telles que la plante puisse utiliser au mieux les facteurs de croissance disponibles. Outre les techniques de fertilisation et de contrôle de l'eau (irrigation et assainissement) et éventuellement de lutte contre l'érosion, décrites par ailleurs (cf. engrais, sols  - Érosion), on fait appel principalement à l'emploi d'amendements et au travail du sol.

Les amendements

Les amendements sont des produits, minéraux ou organiques, apportés au sol afin d'améliorer ses propriétés physico-chimiques, physiques et mécaniques.

Correction de la composition ionique du sol

La correction de la composition ionique du sol concerne, d'une part, des cations échangeables adsorbés par les argiles et les matières organiques (principalement Ca3+, Mg2+ , K+, Na+ et H+) et, d'autre part, des ions présents dans la solution du sol (cf. sols - Physico-chimie). Cette composition ionique commande à la fois le pH du sol et diverses propriétés physiques ou structurales du matériau.

Modification ou contrôle du pH

Bien qu'on puisse envisager des techniques d'abaissement du pH grâce à l'incorporation de soufre ou de certains amendements organiques, le but le plus souvent recherché est une élévation du pH ou un contrôle de l'acidification du sol. On a alors recours au chaulage.

Les amendements les plus fréquemment utilisés sont les marnes, les calcaires broyés, la chaux, la chaux magnésienne et, localement, le « maërl » et le « traez » bretons. Les doses dépendent de l'ampleur de la correction de pH souhaitée et de la constitution du sol. C'est ainsi qu'on peut estimer les quantités d'amendements (exprimées en kg de CaO/ha) nécessaires pour élever d'une unité le pH du sol à : 1 000 à 2 000 kg en terre sableuse, 2 000 à 3 000 kg en terre limoneuse (10 à 20 p. 100 d'argile), 3 000 à 5 000 kg en terre lourde ou humifère. Dans tous les cas, il peut être dangereux d'apporter des doses excessives d'amendements, qui entraînent des troubles de la nutrition minérale et favorisent le développement de certains parasites.

Correction des sols salés et sodiques

La présence de sel (ClNa) dans la solution du sol est toxique pour la grande majorité des végétaux. Par ailleurs, dès que la proportion de sodium dans la somme des cations échangeables dépasse 5 à 10 p. 100, les propriétés physiques et structurales du sol sont fortement dégradées. L'aménagement des terrains salés gagnés sur la mer (polders) ou ayant subi des apports intempestifs d'eau salée ou saumâtre consiste à éliminer le sel par l'établissement d'un assainissement adapté et à remplacer les ions Na+ du complexe absorbant par des ions H+ (on utilise alors du soufre élémentaire ou les acides organiques libérés par l'évolution de matières organiques enfouies) ou, plus fréquemment, par des ions Ca2+. Dans ce dernier cas, on apporte du plâtre (SO4Ca) à des doses variant de 2 à 6 t/ha suivant la quantité d'ions Na+ à déplacer.

Correction de la constitution physique du sol

En dehors de l'épierrage traditionnel dans certains terrains caillouteux, on peut parfois procéder à des apports particulièrement riches en un constituant granulométrique pour corriger la texture d'un sol : le marnage combine un apport d'argile à un chaulage ; le limonage consiste à apporter des éléments fins en suspension dans les eaux d'irrigation (vallée du Nil, par ex.) ; le colmatage et le warping reposent sur le même principe, appliqué de façon systématique par sédimentation d'eaux boueuses sur le terrain endigué (amélioration des sols de Crau). Le sablage et l'apport massif de matières organiques peuvent être utilisés pour rendre des terrains médiocres propres à l'horticulture (terrains maraîchers de Loire-Atlantique).

Correction de la teneur en matières organiques

La teneur en matière organique humifiée d'un sol résulte d'un équilibre entre les pertes par minéralisation et les apports par transformation en humus des résidus de récolte et des amendements organiques ( et tableau).

Bilan organique

Dessin : Bilan organique

Conditions culturales d'équilibre humique. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Conditions culturales d'équilibre humique

Tableau : Conditions culturales d'équilibre humique

Conditions culturales d'équilibre humique. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le but des amendements est de maintenir cette teneur à un niveau satisfaisant. Les modalités d'apport (choix des amendements, date et technique d'incorporation) doivent permettre de tirer le meilleur parti possible des conséquences favorables de la transformation des matières fraîches apportées, tout en évitant certains accidents tels que l'apparition de conditions réductrices, le blocage d'azote minéral, etc. Les quantités nécessaires sont fonction du niveau organique que l'on souhaite obtenir ou maintenir, des restitutions « spontanées » des cultures de rotation et du rendement en humus (coefficient isohumique) de l'amendement choisi.

Le système constitué par les différents stades de la transformation entraîne un ensemble complexe de conséquences que l'on peut regrouper en trois chapitres principaux : les influences sur la dynamique des éléments fertilisants ; les influences sur les propriétés physiques ou mécaniques des sols ; les actions physiologiques spécifiques sur les végétaux, dont l'importance relative est fonction du type d'amendement et des conditions d'incorporation. Les fumiers très décomposés ont un rendement humique élevé ; ils apportent des quantités importantes d'éléments nutritifs, et en particulier d'azote. Leur action dans le domaine des propriétés physiques se manifeste à long terme avec une intensité modérée. Leur utilisation présente peu de risques d'accidents culturaux.

Stabilisation de la structure

Dessin : Stabilisation de la structure

Stabilisation de la structure du sol par les matières organiques aux différents stades de leur évolution (d'après G. Monnier) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les engrais verts, jeunes, peu lignifiés ont au contraire une action brutale mais limitée à la période de leur évolution ; leur rendement humique est voisin de zéro. Leur emploi exige de grandes précautions.

Stabilisation de la structure

Dessin : Stabilisation de la structure

Stabilisation de la structure du sol par les matières organiques aux différents stades de leur évolution (d'après G. Monnier) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les pailles de céréales ont une action intermédiaire ; de plus, leur faible teneur en azote nécessite des ajustements de fumure. Leur efficacité physique au cours de leur transformation dépend étroitement des conditions de leur incorporation (date suffisamment précoce, bon mélange à la couche labourée).

Stabilisation de la structure

Dessin : Stabilisation de la structure

Stabilisation de la structure du sol par les matières organiques aux différents stades de leur évolution (d'après G. Monnier) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le repos sous prairie temporaire conduit dans l'ensemble à une action « enveloppe » en durée et intensité des différentes actions précédentes. Son introduction dans la rotation est indispensable pour certains terrains, de texture et de situations climatiques ou culturales par trop défavorables. Le tableau indique les rotations et amendements d'équilibre humique de quelques types de sols.

Stabilisation de la structure

Dessin : Stabilisation de la structure

Stabilisation de la structure du sol par les matières organiques aux différents stades de leur évolution (d'après G. Monnier) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Conditions culturales d'équilibre humique

Tableau : Conditions culturales d'équilibre humique

Conditions culturales d'équilibre humique. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Bilan organique

Bilan organique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Conditions culturales d'équilibre humique

Conditions culturales d'équilibre humique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Stabilisation de la structure

Stabilisation de la structure
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche à l'Institut national de la recherche agronomique

Classification

Autres références

«  SOLS  » est également traité dans :

SOLS - Diversité des sols

  • Écrit par 
  • Georges AUBERT, 
  • Denis BAIZE, 
  • Mireille DOSSO, 
  • Marcel JAMAGNE
  •  • 4 526 mots
  •  • 1 média

Les sols (ou couvertures pédologiques) sont fondamentalement très divers, et ce à différentes échelles : à l'échelle du globe terrestre, en fonction des grandes zones climatiques, mais aussi, au sein d'un même paysage, à l'échelle d'un versant. Cette diversité résulte de leurs processus de formation (processus dits pédogénétiques) qui dépendent de plusieurs facteurs, actifs (climat, tectonique, ru […] Lire la suite

SOLS - Biodynamique

  • Écrit par 
  • François TOUTAIN
  •  • 4 644 mots

Les sols se forment dans la zone d'interface lithosphère-atmosphère où se développent les organismes vivants de la biosphère. La biodynamique des sols étudie les transformations liées à l'activité des organismes vivants (flore, microflore, faune) et à la présence de matière organique qui apporte à l'écosystème matière et énergie.Une partie de l'énergie sol […] Lire la suite

SOLS - Microbiologie

  • Écrit par 
  • Yvon DOMMERGUES
  •  • 7 162 mots
  •  • 5 médias

Tous les types de micro-organismes existent dans les sols. Ce sont soit des eucaryotes (champignons, algues et protozoaires), soit des procaryotes (bactéries et cyanobactéries). Leur biodiversité est considérable. Leur distribution est fonction non seulement de la présence de substrats énergétiques (essentiellement […] Lire la suite

SOLS - Propriétés physiques et mécaniques

  • Écrit par 
  • Gérard MONNIER
  •  • 3 387 mots
  •  • 8 médias

Du point de vue de ses propriétés physiques et mécaniques, le sol peut être considéré comme un système poreux à trois phases : solide, liquide, gazeuse.Certaines des caractéristiques de ce système sont permanentes ; c'est le cas de la constitution physique du matériau : granulométrie, morphologie et espèce minéralogique des particules élémentaires. De […] Lire la suite

SOLS - Physico-chimie

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHET
  •  • 1 554 mots
  •  • 1 média

Parmi les constituants des sols, les colloïdes argileux et humiques (cf. argiles, humus), étroitement associés, possèdent des propriétés d'échange d'anions et surtout de cations comparables à celles des résines échangeuses d'ions (cf. échangeurs d'ions). La capacité d'échange, le pH et le degré de saturation en cations métalli […] Lire la suite

SOLS - Dégradation des sols

  • Écrit par 
  • Mireille DOSSO
  •  • 4 897 mots
  •  • 10 médias

Les plantes ne s'enracinent généralement pas directement dans la roche, mais dans le sol : c'est grâce à ce milieu tampon, situé entre les roches et l'atmosphère, que la vie peut se développer. Fondamentalement, le sol, milieu naturel, est à la racine de la vie terrestre et il en dépend. En effet, sous l'action […] Lire la suite

ABSORPTION VÉGÉTALE

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Jean-Pierre RONA
  •  • 4 473 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Facteurs de l'environnement »  : […] La succion du sol correspond à un potentiel de rétention qu'exerce le sol sur l'eau. Elle s'oppose au potentiel hydrique de la plante et tend à diminuer la vitesse d'absorption de l'eau. Cette vitesse est nulle lorsque les valeurs des deux potentiels sont égaux. Lorsqu'un sol est convenablement irrigué, sa succion est faible (environ — 0,1 Mpa) ; mais elle diminue rapidement avec le dessèchement […] Lire la suite

ACTINOMYCÈTES

  • Écrit par 
  • Hubert A. LECHEVALIER
  •  • 3 469 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Rôle écologique des Actinomycètes »  : […] Nous avons vu précédemment qu'on trouve des Actinomycètes presque partout dans la nature. Ils sont présents dans des sols polaires gelés en permanence tout comme dans des sols désertiques chauds et secs, dans le pétrole brut, les sols hautement contaminés avec des métaux lourds, les lacs extrêmement alcalins et les lacs salés. Par contre, ils semblent être absents des eaux minières très acides (pH […] Lire la suite

AFFAISSEMENTS DU SOL

  • Écrit par 
  • Pierre DUFFAUT
  •  • 2 164 mots
  •  • 1 média

Pour l'homme, le sol donne l'image même de la stabilité. Ni les modifications locales par érosion ou sédimentation ni les séismes ne mettent en cause cette référence. Alors, quand le sol se dérobe, l'homme est désemparé. Certes, la géologie enseigne que partout le sol monte ou descend – par exemple, les Pays-Bas s'enfoncent et la Scandinavie remonte –, mais généralement à une échelle de temps qui […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « La terre »  : […] La majeure partie de l'Afrique se compose d'un socle ancien, ou bouclier, d'origine précambrienne, à partir duquel se sont formés les reliefs actuels. Longtemps soudées à la masse africaine, la péninsule arabique et l'île de Madagascar s'en sont détachées lors de l'ouverture de la mer Rouge et du canal de Mozambique, résultat de la tectonique des plaques. Le bouclier africain a connu au cours du […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard MONNIER, « SOLS - Amélioration et travail », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sols-amelioration-et-travail/