NEUMATIQUE, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'écriture de la musique, la notation a connu notamment les accents, dérivés des accents grammaticaux, les points superposés et une combinaison des deux. Les scribes du Moyen Âge utilisèrent des signes (en grec : neuma) pour fixer le chant liturgique de l'Église romaine. On rencontre ailleurs (Inde, Tibet, Japon) des signes analogues. Une espèce primitive de neumes vint d'Orient (Arménie, Géorgie, Syrie, Éthiopie, Byzance) pour aboutir à l'abbaye de Saint-Gall, à Ravenne, à Milan et en Espagne. On rencontre ces signes pour la première fois dans des manuscrits du viiie siècle. Même s'ils sont devenus diastématiques, c'est-à-dire disposés à des hauteurs variables (diastemata : intervalles), on ne peut déchiffrer avec une certitude absolue les neumes sans lignes. Les chantres connaissaient déjà la mélodie ; l'écriture neumatique primitive consistait seulement en un procédé mnémotechnique. Guido d'Arezzo (xie s.) fut à l'origine de la portée. Grâce à cette invention capitale, l'écriture neumatique put déterminer avec précision la hauteur de chaque note. Ce ne fut pas cependant sans une longue évolution.

À l'époque de Hucbald de Saint-Amand (840 env.-930), les manuscrits portent des textes où chaque syllabe est surmontée d'un ou de plusieurs neumes alignés horizontalement. La graphie, si élémentaire soit-elle, est cependant précieuse ; ainsi, pour indiquer une montée telle que do-ré-mi, le scribe traçait un trait montant de gauche à droite (la virga, venant de l'accent aigu), dans le prolongement duquel il plaçait un point (punctum), indiquant par là que la voix devait s'élever encore une fois. Avec l'emploi des lignes, on gagna en précision. Déjà en 986, en Italie, on signale l'existence de trois lignes ; en 1025, Guido d'Arezzo en parle comme d'un procédé ordinaire. Avec la généralisation des lignes de la portée, le point devint prépondérant dans le graphisme. Trois points, par exemple, rattachés entre eux par une ligature, signifiaient qu'un mélisme de trois notes était affecté à la même syllabe. Le point finit par devenir [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  NEUMATIQUE, musique  » est également traité dans :

NOTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Mireille HELFFER, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 5 222 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Notations à caractère neumatique »  : […] Visant à traduire un mouvement mélodique, les notations à caractère neumatique se composent de signes graphiques reproduisant dans certains cas une chironomie qui existe, ou a existé, parallèlement. Elles concernent en priorité des musiques vocales et elles se sont maintenues, sans rupture de tradition, semble-t-il, jusqu'à l'époque contemporaine. Formées de courbes plus ou moins complexes, de tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notation-musicale/#i_32974

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « NEUMATIQUE, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/neumatique-musique/