FLAVIN DAN (1933-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Artiste américain appartenant au mouvement de l'art minimal, Dan Flavin a réalisé ses œuvres avec un matériau aussi inattendu que typiquement moderne : le tube fluorescent. En dépit d'un vocabulaire de base élémentaire et restreint (quatre longueurs de tubes de néons et neuf couleurs), l'artiste n'a cessé de réinventer et de diversifier son langage formel et chromatique.

Symétrique et systématique

La première œuvre obtenue dans ce matériau, un néon blanc posé en oblique sur un mur selon un angle de 45 degrés, date du 25 mai 1963 et s'intitule La Diagonale de l'extase personnelle. Le choix du tube fluorescent explique déjà en partie le projet de l'artiste : ce sont des objets que l'on trouve dans le commerce, de toutes tailles et presque toujours en longueur (certains sont exceptionnellement circulaires), leurs couleurs et leur intensité lumineuse sont déterminées par les fabricants. Flavin ne crée donc pas son œuvre mais opère un simple agencement d'éléments industriels dont il conserve les propriétés physiques. Le tube de néon lui-même conditionne les trois paramètres avec lesquels travaille l'artiste : la lumière, la couleur, la dimension, paramètres inséparables, puisque partie intégrante du néon. De ces contraintes et de ce matériau banal, Dan Flavin a su tirer une réflexion plastique portant tout à la fois sur la perception, sur les conditions de présentation d'un objet dans l'espace et sur le corps du spectateur. De la même manière que la lumière de chaque tube a une forme et une couleur précises qui en feront une œuvre unique, la vision qu'en a le spectateur est à chaque fois unique car modelée par la composition, elle aussi unique, de l'objet. La spécificité de l'objet et l'unicité de ses conditions de présentation dépendent ainsi nécessairement l'une de l'autre.

Dan Flavin est né en 1933 à New York ; il s'est décrit sans complaisance comme le fils d'« un agent négligent, plus ou moins viril, d'origine catholique irlandaise et d'une mégère aussi stupide que tyrannique », ajoutant que ses parents lui inculquèrent de force une éducation religieuse, au point de l'envoyer (ainsi que son frère jumeau) successivement à Saints Joachim et Anne Parochial School, au collège de l'Immaculée Conception et au petit séminaire de Brooklyn (1947-1952), souhaitant, mais en vain, qu'il devienne prêtre. Formé comme technicien météorologiste par l'armée américaine, il passe plusieurs années en Corée ; à son retour, il entreprend des études artistiques à la New School of Social Research de New York (1956), complétées par des études d'histoire de l'art à l'université Columbia (1957-1957). Au début des années 1960, il réalise des aquarelles et des dessins abstraits, ainsi que ses premières œuvres électriques : de petits monochromes carrés dont les angles et les contours sont bordés d’une ou de plusieurs ampoules allumées, ou bien des tubes fluorescents, et qu'il nomme des « icônes ». Étant donné son passé de séminariste, ce terme associé à la matière lumineuse prêtera souvent à confusion : les critiques ont cru discerner dans l'œuvre de Flavin une quête mystique, alors que celui-ci ne s'intéressait qu'à la factualité de l'objet. Il précisera d'ailleurs : « J'ai utilisé le mot « icône » pour décrire, non pas un objet strictement religieux, mais un objet fondé sur une relation hiérarchique établie entre des ampoules électriques et un support à surface frontale carrée couverte de peinture lumineuse, les ampoules étant placées au-dessus ou au-dessous du support ou directement sur ce support. » Dédié à Constantin Brancusi, la Diagonale de 1963, outre la référence formaliste à la segmentation de la Colonne sans fin de Brancusi, marque cette volonté d'insister sur la nature « visuelle, élémentaire et uniforme » de l'objet qui sera désormais présente dans toutes ses œuvres.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art

Classification

Autres références

«  FLAVIN DAN (1933-1996)  » est également traité dans :

DAN FLAVIN (exposition)

  • Écrit par 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 972 mots

Aussi étonnant que cela puisse paraître, la rétrospective consacrée à l'artiste américain Dan Flavin (1933-1996) par le musée d'Art moderne de la Ville de Paris, accueillant, du 9 juin au 8 octobre 2006, un projet itinérant conçu par la Dia Foundation de New York, était la première organisée en France.Acteur majeur du […] Lire la suite

MINIMAL ET CONCEPTUEL ART

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Catherine MILLET, 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 6 311 mots

Dans le chapitre « Conditions et spécificités de l'objet »  : […] Dans la mesure où les minimalistes voulaient éviter tout résidu d'illusionnisme dans la peinture et d'anthropomorphisme dans la sculpture, les critères modernistes et formalistes (au sens proposé par le critique américain Clement Greenberg), qui s'appuyaient sur le rapport purement optique et empathique avec l'œuvre, s'avéraient insuffisants pour une approche critique de leur travail. Ils s'opposè […] Lire la suite

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'art minimal et ses suites »  : […] Toujours aux États-Unis, quelques figures singulières inventent, avec une poignée d’œuvres marquantes, des formes radicalement nouvelles. Ainsi Barnett Newman (1905-1970), qui réalise uniquement six sculptures, affirme avec la pure verticalité de Here  II (1965) la sculpture comme une expérience et un art du lieu. David Smith (1906-1965), de son côté, incarne le pendant sculptural de l’abstracti […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacinto LAGEIRA, « FLAVIN DAN - (1933-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/flavin-dan-1933-1996/