SOCIAL HISTORY

La Social History, l'« histoire sociale anglaise », se caractérise par deux traits : ses rapports étroits avec le Parti communiste auquel les historiens ont adhéré au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ; et une interprétation singulière du marxisme qui a conduit ces historiens, critiques à l'égard d'une histoire politique et diplomatique souvent conservatrice mais aussi réticents vis-à-vis d'une histoire économique quantitative, à revoir la sacro-sainte question du primat de l'économie en réintroduisant le politique et la culture. Cette révision ne se fera pas sans heurts et l'histoire sociale anglaise est marquée par de virulentes controverses qui seront en partie à l'origine du linguistic turn.

Mariage entre marxisme et histoire empirique britannique

En 1946, quelques historiens parmi lesquels Christopher Hill, Edward P. Thompson et Eric J. Hobsbawm constituent à l'intérieur d'un Parti communiste britannique – qui n'est pas, à l'inverse de ses homologues sur le continent, un parti de masse – une section d'histoire dotée de moyens de recherche et d'enseignement. Universitaires, enseignants dans l'éducation des adultes, militants actifs, ils revisitent les grandes questions de l'histoire britannique, telles que la transition du féodalisme au capitalisme, la révolution anglaise de 1688, la révolution industrielle. L'histoire qu'ils proposent est une histoire « d'en bas » (from below), histoire du peuple, de la marginalité, de la révolte, de la résistance (E. J. Hobsbawm, Primitive Rebels, 1959), et surtout histoire des classes sociales, des luttes de classes.

L'œuvre maîtresse de Thompson sur La Formation de la classe ouvrière anglaise (1963, trad. franç. 1988) prend à contre-pied les classiques analyses marxistes qui associent classe sociale et conscience de classe à l'état des rapports économiques de production. L'historien privilégie une

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  SOCIAL HISTORY  » est également traité dans :

THOMPSON EDWARD (1924-1993)

  • Écrit par 
  • Michael BESS, 
  • Universalis
  •  • 818 mots

processus long et difficile. Son ouvrage devient très vite l'un des plus importants de l'historiographie d'après guerre et amène les historiens à s'intéresser à la complexité de l'histoire « d'en bas » (from below). Il nourrit également le domaine relativement nouveau qu'est l'« histoire sociale anglaise » (Social history […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-thompson/#i_41403

Voir aussi

Pour citer l’article

Bertrand MÜLLER, « SOCIAL HISTORY », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/social-history/