CHARTISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mouvement politique et social anglais qui se développe au cours des années 1838-1848 et qui tire son nom de la Charte du peuple, document exposant six revendications majeures : suffrage universel pour les hommes à partir de vingt et un ans ; éligibilité de tous les citoyens ; élection annuelle du Parlement ; scrutin secret ; indemnité parlementaire ; redistribution des circonscriptions. Ce programme démocratique n'est révolutionnaire que si on considère l'état du régime britannique en 1838, les préjugés tenaces de la classe dirigeante à l'encontre du pouvoir des « masses stupides » et la perspective d'une destruction du système socio-économique au cas où un peuple souvent miséreux serait admis à prendre légalement le pouvoir.

Le chartisme est l'expression des espérances de deux catégories sociales : une fraction de la bourgeoisie, ralliée aux idéaux du radicalisme et qui, à Birmingham en particulier, s'est regroupée autour de journalistes comme Thomas Attwood ; la partie la plus consciente de la classe ouvrière, à l'origine dominée par des chefs londoniens comme Francis Place et William Smith O'Brien, imprégnée des principes socialisants de Robert Owen, découragée par l'échec des tentatives syndicales antérieures. Aux prolétaires du Sud s'ajoutent les ouvriers de la Grande-Bretagne industrielle, ceux des entreprises textiles du Lancashire et du Yorkshire, les mineurs du Nord anglais, du pays de Galles et de l'Écosse, en général plus sévèrement frappés par les maux du système industriel nouveau, aux traditions plus combatives, à l'impulsivité plus forte : ils vont trouver leur chantre dans le journaliste Feargus O'Connor. Au départ, tous ont été ligués par la grande déception de 1832 : la réforme parlementaire promulguée alors s'est faite uniquement au profit des classes moyennes et le corps électoral a été limité à une minorité aisée et éduquée.

La méthode choisie pour la revendication est inspirée des souvenirs de l'agitation jacobine des années 1790 : faire adopter les termes d'une pétition nationale au cours de réunions de masse, y obtenir la désignation de délégués à une Convention qui serait chargée de mettre définitivement au point la pétition et de la présenter au Parlement. En cas de rejet, d'aucuns seraient disposés à déclencher une grève générale pour faire pression sur les détenteurs du pouvoir. Le mouvement obtient rapidement une grande audience populaire, due en partie aux souffrances aiguës que provoquent des crises périodiques particulièrement rapprochées dans les années 1830. Une première pétition est communiquée au Parlement en 1839, sans résultat : la grève déclenchée ici et là ne rencontre pas un soutien suffisant pour emporter la décision. En outre, les chartistes se sont très rapidement divisés entre partisans d'une action purement pacifique fondée sur la persuasion et tenants de l'emploi de la force physique, disposés à propager la révolte pour détruire l'ordre existant ; la diversité sociale du recrutement des chartistes, l'extraordinaire variété des conditions de vie et de la combativité des ouvriers, le rôle certain des traditions historiques, l'influence plus ou moins grande de scrupules religieux enlèvent au mouvement chartiste toute véritable homogénéité. À partir de 1839, le mouvement devient plus « septentrional », O'Connor s'empare des rênes, son journal le Northern Star joue un rôle capital, le bourgeois s'effraye et s'écarte, les sous-entendus sociaux de la revendication démocratique prennent plus de vigueur. Une deuxième pétition est formulée en 1842, toujours sans succès, et les troubles qui éclatent par endroits, entre autres dans le pays de Galles, permettent d'emprisonner plusieurs meneurs pour des périodes variables, dont O'Connor.

Apaisés pendant quelques années, les conflits politiques reprennent avec la grande crise économique de 1846-1848. Centrée sur le Lancashire et les comtés du Nord, l'agitation chartiste se déchaîne, les réunions publiques rassemblent des foules énormes, une pétition est signée par des millions de personnes, une menace révolutionnaire paraît peser sur le Parlement à l'époque même où l'Europe continentale entre dans la période des troubles révolutionnaires. O'Connor n'ose pas aller jusqu'à défier les mesures de sécurité imposées par le gouvernement à Londres, il va seul porter à W [...]

Fin du mouvement chartiste

Photographie : Fin du mouvement chartiste

Le rassemblement de Kennington (Londres) en avril 1848 est le dernier soubresaut du mouvement chartiste. 

Crédits : API/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  CHARTISME  » est également traité dans :

GALLES PAYS DE

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  • , Universalis
  •  • 2 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La vie politique »  : […] Les problèmes ont été longtemps sociaux et religieux ; depuis les années 1930, on note une importante résurgence du nationalisme. Au xix e  siècle, le pays de Galles a subi le reflet des luttes communes à toute la Grande-Bretagne sur le thème de la démocratie. Le mouvement chartiste des années 1838-1854 s'est manifesté avec une particulière violence en 1839 à Newport et dans sa région, où eut lie […] Lire la suite

LONDRES

  • Écrit par 
  • Roland MARX, 
  • Frédéric RICHARD
  •  • 9 603 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or de l'urbanisme et la croissance ordonnée »  : […] Avant que la révolution du chemin de fer et l'extraordinaire élan vital de l'âge victorien triomphant ne perturbent la ville, sa population augmente à un rythme soutenu, mais régulier et, sous l'égide des riches possesseurs du sol, s'étend par lotissements successifs de grande ampleur . En 1801, sa population approche le million d'habitants et représente alors environ 10,7 p. 100 du total national […] Lire la suite

RÉFORMISME

  • Écrit par 
  • Jacques JULLIARD
  •  • 3 003 mots

Dans le chapitre « Constitution du clivage politique »  : […] Le développement du réformisme est étroitement lié au régime parlementaire et à l'espoir d'une transformation sociale par le suffrage universel. En ce sens, on pourrait dire que le réformiste est celui qui pense que la démocratie politique ouvre directement la voie à la démocratie sociale. N'est-il pas significatif que le mot « réforme » et l'adjectif « réformiste » aient été introduits dans le v […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 828 mots
  •  • 67 médias

Dans le chapitre « Les difficultés politiques »  : […] Les grands problèmes qui divisent l'opinion et le Parlement ont varié. Au départ, on peut en recenser trois à l'intérieur : la politique économique, la réforme sociale et la question de la démocratisation. La première est surtout celle du choix du système douanier : aux protectionnistes invétérés, soutenus par les « intérêts fonciers », s'opposent les libre-échangistes de l'école de Manchester, d […] Lire la suite

SOCIAL HISTORY

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 1 742 mots

Dans le chapitre « Mariage entre marxisme et histoire empirique britannique »  : […] En 1946, quelques historiens parmi lesquels Christopher Hill, Edward P. Thompson et Eric J. Hobsbawm constituent à l'intérieur d'un Parti communiste britannique – qui n'est pas, à l'inverse de ses homologues sur le continent, un parti de masse – une section d'histoire dotée de moyens de recherche et d'enseignement. Universitaires, enseignants dans l'éducation des adultes, militants actifs, ils […] Lire la suite

VICTORIENNE ÉPOQUE

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT, 
  • Roland MARX
  •  • 10 874 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les affrontements politiques »  : […] La Constitution ne connaît aucun changement important, après la dernière réforme parlementaire et électorale de 1832. Assainie par la lutte contre la corruption, la vie politique demeure l'apanage des propriétaires, d'un électorat qui correspond à quelque 5 p. 1 000 de la population et alors que le cens d'éligibilité écarte les moins fortunés. Bourgeoisie et classes foncières sont associées dans u […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARX, « CHARTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chartisme/