HAMADA SHŌJI (1894-1978)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Décrété « trésor national vivant » en 1955, Hamada Shōji fut l'un des animateurs les plus actifs du mouvement Mingei (art populaire) qui a redonné vie à l'artisanat nippon au cours des années 1930.

Né à Kawasaki, non loin de Tōkyō, Hamada, qui voulait devenir peintre, fréquenta, dès son adolescence, les galeries d'avant-garde de la capitale. Ayant remarqué les œuvres de Bernard Leach, jeune Anglais né en Extrême-Orient, qui avait travaillé avec le descendant de la lignée d'Ogata Kenzan, le grand céramiste du xviiie siècle, il décida de se consacrer à la poterie et entra au département de céramique de l'Institut de technologie de Tōkyō.

Il y rencontra Kawai Kanjirō (1890-1966), qu'il suivit à l'Institut de recherches céramiques de Kyōto. Mais, dans ces deux établissements, les études restaient théoriques et l'usage du tour était négligé. Hamada y fut initié par son maître Itaya Hazan (1872-1963) qui lui permit de fréquenter son atelier. À Kyōto, il poursuivit ses exercices avec Kawai, en utilisant un four de fortune. Ayant rendu visite à Leach qui résidait près de Tōkyō en compagnie de Yanagi Sōetsu (1889-1961), esthéticien et philosophe, il noua avec les deux artistes une longue amitié. Leach étudiait les techniques de la céramique japonaise : intéressé par les études folkloriques effectuées en Occident, Yanagi voulait sauver, alors qu'il en était encore temps, le riche artisanat de son pays. Cet idéal trouva son plus parfait accomplissement dans l'œuvre de Hamada. Leach projetant de s'établir en Cornouailles, Hamada, alors âgé de vingt-trois ans, lui proposa de l'accompagner pour l'aider à construire un four. Il y vécut trois ans, étudiant avec Leach, influencé par Yanagi, les techniques traditionnelles des potiers anglais (grès vernis au sel, vernis au plomb). De retour au Japon, qu'il affirmait avoir quitté p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien maître de recherche au C.N.R.S., professeur honoraire à l'École du Louvre, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification


Autres références

«  HAMADA SHOJI (1894-1978)  » est également traité dans :

LEACH BERNARD (1887-1979)

  • Écrit par 
  • Anthony CHRISTIE
  •  • 797 mots

Fils d'un juge du British Colonial Service, Bernard Leach, né à Hong Kong, fut envoyé en Angleterre pour les besoins de son éducation et, à l'âge de seize ans, entra à la Slade School of Art, où il suivit les leçons de dessin de Tonks. Il fréquenta ensuite la London School of Art ; là, Brangwyn lui enseigna l'eau-forte. En 1909, sous l'influence des écrits de Lafcadio Hearn, il se rendit au Japon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-leach/#i_85380

Pour citer l’article

Madeleine PAUL-DAVID, « HAMADA SHŌJI - (1894-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/shoji-hamada/