SÉPARABILITÉ ET NON-SÉPARABILITÉ, mécanique quantique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Mécanique quantique et probabilités

Mécanique quantique et probabilités
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Corrélation E.P.R. avec des paires de photons

Corrélation E.P.R. avec des paires de photons
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Expérience avec aiguillages optiques

Expérience avec aiguillages optiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Albert Einstein, père de la relativité, a joué un rôle majeur dans la genèse de la mécanique quantique, notamment en interprétant, en 1905, l'effet photoélectrique en termes de quanta lumineux, ou photons, ce qui lui vaudra le prix Nobel. Cependant, lorsque, vers la fin des années 1920, la théorie quantique est en passe d'être formulée de façon cohérente, Einstein va se dresser contre l'interprétation qui se construit, appelée aujourd'hui « interprétation de Copenhague » défendue par Niels Bohr. Pour Bohr, la mécanique quantique donne, sous forme probabiliste, la description physique du monde la plus complète qu'on puisse concevoir. Pour Einstein, au contraire, la nature probabiliste des prédictions de la théorie quantique semble impliquer l'existence d'un niveau sous-jacent, permettant une description plus détaillée du monde physique, alors que la mécanique quantique ne donne qu'une description statistique de phénomènes existant à une échelle plus fine. C'est ce qu'on a appelé par la suite « hypothèse des variables cachées ». Afin d'expliciter leur position, Einstein et ses collaborateurs Boris Podolsky et Nathan Rosen (E.P.R.) publient, en 1935, dans Physical Review, un argument qui vise à démontrer l'incomplétude de la mécanique quantique, en s'appuyant sur les prédictions de la mécanique quantique elle-même ; pour cette raison, cet argument est parfois appelé « paradoxe » E.P.R.

Mécanique quantique et probabilités

Mécanique quantique et probabilités

dessin

Mécanique quantique et probabilités. Un faisceau de lumière polarisée suivant O? (intensité I0) tombe sur le polariseur orienté suivant Ox. On obtient deux faisceaux émergeants, l'un polarisé suivant Ox (intensité I0, l'autre polarisé suivant Oy (intensité… 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le débat Einstein-Bohr et les fondements de la mécanique quantique

David Bohm propose une variante de la situation découverte par E.P.R.. La mécanique quantique y prédit une corrélation très forte entre des mesures de polarisation portant sur des photons ν1 et ν2 éloignés, mais ayant été émis par la même source. Pour Einstein, les deux [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., à l'Institut d'optique théorique et appliquée d'Orsay, maître de conférence à l'Ecole polytechnique, Palaiseau
  • : docteur; chargé de recherche au CNRS

Classification


Autres références

«  SÉPARABILITÉ ET NON-SÉPARABILITÉ, mécanique quantique  » est également traité dans :

ESPAGNAT BERNARD D' (1921-2015)

  • Écrit par 
  • Michel PATY
  • , Universalis
  •  • 1 210 mots

importants. Des tests expérimentaux sont effectués qui, pour l'essentiel, concluent à la non-séparabilité, ou non-localité, des objets quantiques et rejettent les théories dites à variables cachées locales. Dans cet état de choses, d'Espagnat voit le tournant de toute une conception de la physique. Dans À la recherche du réel, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-d-espagnat/#i_19085

INTRICATION QUANTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 2 078 mots
  •  • 3 médias

L'intrication quantique de deux objets se définit comme leur inséparabilité. Leur interdépendance radicale s'exprime par l'impossibilité de décrire chacun d'eux par une fonction d'onde séparée. Une paire d'objets intriqués doit obligatoirement être considérée comme un système unique décrit par un état global qu'on ne peut pas décomposer en deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intrication-quantique/#i_19085

QUANTIQUE PHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Claude de CALAN
  •  • 5 281 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Problèmes d'interprétation et controverses »  : […] ou dans l'espace, doivent être, dans certains cas, considérés comme non séparables. Beaucoup d'encre a coulé à propos de cette non-séparabilité, certains allant jusqu'à dire que seule la fonction d'onde de l'Univers entier (tout à fait inaccessible !) avait un sens. Personne n'a vraiment explicité les conditions sous lesquelles on peut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-quantique/#i_19085

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain ASPECT, Philippe GRANGIER, « SÉPARABILITÉ ET NON-SÉPARABILITÉ, mécanique quantique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/separabilite-et-non-separabilite-mecanique-quantique/