SEFER YESIRA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bref traité qui eut une influence considérable sur la mystique juive de toutes les époques et qui a été écrit entre le iie et le vie siècle, peut-être au iiie, dans un style elliptique ayant des affinités avec celui de la littérature de la Merkaba. Il contient des spéculations sur la Création, d'une nature très différente de celles du groupe d'écrits qui sont connus sous le nom de Ma‘ase Bereshit et qui reflètent des influences de doctrines pythagoriciennes.

Les trente-deux sentiers de la Sagesse moyennant lesquels Dieu a créé le monde s'identifient aux sefirot (dont on trouve ici l'emploi premier, mais dans un sens très différent de celui des sefirot de la kabbale), en même temps qu'aux vingt-deux lettres de l'alphabet hébraïque. Ces dernières se subdivisent à leur tour en trois « mères », sept lettres doubles (celles dont la prononciation change suivant leur position dans les syllabes) et douze lettres simples. Les sefirot, analogues ici aux nombres primordiaux des pythagoriciens, sont des entités créées, qui agissent comme causes secondaires dans la création du monde.

Le premier chapitre décrit la constitution des sefirot, les quatre premières étant les quatre éléments (esprit de Dieu, air, eau et feu) ; les six suivantes sont les six directions de l'espace. Les autres chapitres déterminent la fonction de chaque lettre dans la création. Chaque étape de la création correspond à une opération linguistique, « la permutation des lettres », cette doctrine paraissant étroitement liée à celle de la création accomplie par la Torah, dont le texte n'est qu'une apparence et se trouve être d'importance secondaire par rapport aux combinaisons mystiques de ses lettres, qui sont les fondements de la création. Ces combinaisons ont aussi une puissance magique et, dans certains cercles ésotériques, le Sefer Yesira a été utilisé comme un manuel de magie.

—  Gabrielle SED-RAJNA

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SEFER YESIRA  » est également traité dans :

ÉLÉAZAR DE WORMS (1163-1235)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 415 mots

Une des figures dominantes du judaïsme allemand au Moyen Âge, Éléazar, né à Mayence, étudie dans les grandes académies talmudiques de France et de la vallée du Rhin. Il appartient à la grande famille des Kalonymides. Son père, Judah ben Kalonymos, lui enseigne la halakah et la théologie ésotérique ; mais, concernant cette dernière, ce fut Judah ben Samuel le Hassid (le Pieux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eleazar-de-worms/#i_32602

GOLEM

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 633 mots

Être, le plus souvent de forme humaine, le golem est créé par un acte de magie grâce à la connaissance des dénominations sacrées. Dans le judaïsme, l'apparition du terme golem remonte au Livre des Psaumes et à l'interprétation qu'en donne le Talmud ; il s'agit, dans ce contexte, tantôt d'un être inachevé ou dépourvu de forme définie, tantôt de l'état de la matière brute. Ain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/golem/#i_32602

ISAAC L'AVEUGLE DE NARBONNE (1160 env.-env. 1235)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 285 mots

Personnage éminent de la kabbale d'Espagne, fils d'Abraham ben David de Posquières. C'est dans cette ville et à Narbonne qu'a vécu Isaac l'Aveugle. Les données biographiques le concernant se limitent aux traditions rapportées par ses élèves (parmi lesquels Azriel, Ezra ben Salomon et Naḥmanide) et reprises par des auteurs plus récents. Son surnom indique qu'il était aveugle, et certains auteurs (I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac-l-aveugle/#i_32602

ISRAELI ISAAC BEN SALOMON (850 env.-950)

  • Écrit par 
  • André NEHER
  •  • 1 037 mots

Contemporain du grand penseur et homme politique juif Saadia Gaon (892-942) et éclipsé par sa gloire, Isaac Israeli (en arabe : Isḥāq ben Sulaymān al-Isrā‘īlī) n'en a pas moins exercé une influence remarquable et durable aussi bien à l'intérieur de la communauté juive qu'au sein de l'islam et du christianisme. Ses traités de médecine sont cités avec respect et admiration et ont fait autorité jusqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac-ben-salomon-israeli/#i_32602

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « La mystique de la Merkaba (IIIe-VIIe siècle) »  : […] Le centre des enseignements ésotériques se déplace ensuite à Babylone, mais les thèmes en demeurent identiques : l'objet principal des visions reste le char divin ( merkaba  ; la référence scripturaire est Ézéchiel, chap. i ). Seule change la terminologie : le voyage céleste est désigné désormais comme la « descente » vers la Merkaba. En plus de l'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_32602

SEFIROT

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 385 mots

Terme technique de la kabbale, qui apparaît la première fois dans le texte anonyme du Sefer Yesira , où sefirot désigne les dix nombres primordiaux ou idéaux (à partir du sens littéral de la racine SFR : dénombrer). Dès les premiers écrits kabbalistiques, au xii e siècle, il est employé avec le sens, à la fois plus large et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sefirot/#i_32602

Pour citer l’article

Gabrielle SED-RAJNA, « SEFER YESIRA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sefer-yesira/